Burkina Faso : Le projet « Horizon Théâtre Cinéma » pour la défense des valeurs du pays

La Compagnie Arts En Insertion, en collaboration avec l’Institut Imagine, a présenté, le samedi 20 novembre 2021, la grande première de son spectacle Jeune public intitulé « Beoogneere, l’espoir de la savane ». Ce spectacle marquant le début du projet Horizon Théâtre Cinéma, est le récit d’un jeune homme, orphelin, qui met en avant son courage pour défendre les valeurs de son pays.  

Dans le cadre de l’opérationnalisation de son projet « Horizon Théâtre Cinéma » qui est un projet de mise en lumière du cinéma et du théâtre au Burkina Faso, la Compagnie Arts En Insertion, en collaboration avec l’Institut Imagine, a procédé à la présentation de l’avant-première dudit projet, le samedi 20 novembre 2021, à l’espace culturel Grâce Théâtre de Ouagadougou.

Ce projet, selon les organisateurs, est né dans l’optique d’initier les tout-petits au cinéma et au théâtre et cela en racontant les valeurs à incarner pour la cohésion sociale au Burkina Faso.

« Nous avons décidé de revenir chez les tout-petits. Si vous regardez aujourd’hui, peu d’enfants arrivent à parler leur propre langue. Du coup, on fabrique des complexés et après on vient nous dire, aimons notre culture. Nous pensons que c’est à la base qu’il faut soigner ce mal », a dit Paul Zoungrana, co-initiateur du projet.

A ce titre, les spectacles qui seront à l’honneur tout au long du projet seront destinés à cet objectif. Selon lui, les enfants auront droit à des enseignements par des contes, le théâtre et des mises en scène.

« Vous voyez que nous avons parlé des sujets durs hein. Au début, les gens nous disaient, ah pour des enfants, quand même. Mais avec la manière de raconter, cela passe et nous pensons qu’il était temps qu’on leur enseigne des valeurs fondamentales pour qu’ils grandissent avec », a-t-il ajouté.

Gaston Kaboré, l’autre co-initiateur du projet, volet cinéma, à quant lui indiqué que l’initiative est très noble de par la situation qui prévaut au Burkina et cela, toujours selon ses propos, il est vraiment à féliciter que l’aspect de la digitalisation de ces scènes est été pris en compte.

« La culture, c’est ce qui nourrit certainement nos âmes. Quand tous les spectacles seront terminés, nous aurons aussi la version audiovisuelle. Il est important que ces spectacles puissent passer dans nos cinés et télévisions pour espérer que le message passe bien », a-t-il souhaité.

Le lancement de ce projet, à travers l’avant-première, c’est de matérialiser par la présentation d’une scène théâtrale sur la situation sécuritaire difficile que vit le Burkina et cela, à travers une métaphore d’une histoire du peuple burkinabè.

« Je suis vraiment ravi de ce que nous avons assisté. C’est une initiative très intéressante de voir ce genre de scène qui s’intéresse à l’éducation des enfants. J’ai suivi beaucoup de scènes de théâtres mais celle-ci nous rappelle, à nous, parents, les idées que nous devons inculquer à nos enfants. Nous constatons que nos enfants ne maîtrisent pas nos cultures… Chapeau à eux », a-t-elle salué.

Il faut dire que le projet ainsi mis en place entend faire passer ces différents messages à travers des scènes similaires chaque fin de semaine dans les locaux des grâces théâtres. Il bénéficie de l’accompagnement du FDCT à travers le PAIC-GC. Le rendez-vous est pris pour les différents enregistrements les week-end, et le passage dans les salles de ciné et télévision du Burkina Faso.

Abdoul Gani Barry 

Burkina 24

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page