Marche du 27 novembre 2021: La FESCI/BF se désengage

Un groupe d’étudiants unis autour de la Fédération estudiantine et scolaire pour l’intégrité au Burkina Faso (FESCI/BF) s’est exprimé sur la situation nationale ce jeudi 25 novembre 2021. Ces jeunes soutiennent des manifestations qui se sont déroulées ce dernier temps sur toute l’étendue du territoire national mais se désengagent de celle du 27 novembre prochain.

Les étudiants membres de la fédération estudiantine et scolaire au Burkina Faso saluent les manifestations spontanées qui se sont tenues à travers les villes du Burkina Faso pour exiger plus de sécurité au pays. Ils demandent à cet effet, que les responsabilités soient situées, que les coupables et leurs associés soient traités conformément aux dispositions disciplinaires  que confère la constitution.

« Nous exigeons à cet effet et sans condition la prise en charge des enfants des forces de défense et de sécurité et des victimes civiles tombées sous les balles assassines des forces du mal. Pour nous, cette situation semble être une aubaine pour les politiques d’utiliser ces hommes et femmes en situation de vulnérabilité à des fins purement politiques, aussi les milieux scolaires et estudiantins sont devenus les bases arrières des politiciens quand il s’agit des mobilisations », a laissé entendre le secrétaire général national adjoint de la FESCI/BF, Noël Togo.

Noël Togo prévient les politiciens et organisations de la société civile de se tenir loin des écoles, des universités et cités universitaires qui, selon ses propos font déjà face à d’autres maux engendrés par les régimes qui se sont succédés à la tête du pays.

Ainsi, la FESCI/BF dit qu’elle ne participera pas à la marche du samedi 27 novembre prochain. « Ces manifestations populaires organisées dans plusieurs localités du Burkina Faso, appelant à un coup d’État militaire sont attendues depuis cette dernière attaque (ndlr Inata). La FESCI/BF interpelle ses camarades et élèves de se démarquer de cet appel, car les coups d’État sont à l’origine de tous les mots que vit actuellement notre pays. C’est pourquoi nous émettons des réserves quant à notre participation à la marche du samedi 27 novembre 2021 », a affirmé Noël Togo.

La FESCIBF a, par ailleurs, interpellé le président Roch Kaboré à qui, elle demande de « tenir et respecter » ses engagements vis-à-vis du peuple et à mettre les hommes qu’il faut à la place qu’il faut. « Nous demandons au peuple burkinabè de faire montre d’une solidarité, d’une fraternité légendaire et s’organiser à faire blocus contre l’avancée de l’hydre terroriste, coopérer avec les forces de défense et de sécurité pour faire une lutte efficace et efficiente contre les forces du mal », ont lancé les responsables de la fédération.

Le secrétaire général national de la FESCI/BF, Augustin Pallo Dapougdi a dénoncé les navettes des leaders politiques de l’opposition et des OSC dans les universités et les cités universitaires où ils tentent de convaincre les étudiants  en leur proposant des sommes d’argent afin qu’ils sortent manifester le samedi 27 novembre prochain.

« Nous sommes-là, nous sommes des étudiants, nous sommes dans nos cités universitaires. Nous remarquons que pendant un certain moment, l’opposition politique se retrouve dans les cités universitaires pour tenter de mobiliser les étudiants avec les 2000 ou 5000 francs pour participer à la marche. Pour nous, ça ne répond pas à nos attentes. Nous remarquons que quand ils font cela, ils demandent aux étudiants de brûler les pneus sur la route », a-t-il révélé.

Les étudiants se désengagent donc de ces pratiques et demandent aux leaders politiques de ne pas transformer les cités universitaires en arène politique.

Willy SAGBE

Burkina 24

Écouter l’article


Articles similaires

Un commentaire

  1. Félicitation pour votre clairvoyance. Tous ceux qui sont soucieux de l’avenir de ce pays chercherons à soutenir les efforts des autorités en place afin de retrouver la paix sans laquelle aucun avenir n’est envisageable.
    PAIX ,PAIX , PAIX pour le FASO.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page