Situation sécuritaire : Les propositions du RPD

Ceci est une déclaration du Rassemblement patriotique pour le développement sur la situation nationale. 

Ces dernières années, les attaques terroristes se multiplient dans notre chère Patrie lui faisant payer des lourds tributs. Les dernières en date sont celles de Alkoma, de Inata et de Foubé. Ces attaques ont été les gouttes d’eau qui ont fait déborder le vase, créant ainsi une vague de désolations et de mouvements d’humeur compte tenu d’un certains nombres d’éléments.

Face à cette situation, le RPD voudrait, dans les lignes qui suivent, donner son point de vue et faire des propositions pour participer à la résolution de cette crise.

Avant tout propos, la direction politique du RPD et l’ensemble de ses militants saluent la mémoire des martyrs, présentent leurs condoléances aux familles des victimes et souhaitent prompt rétablissement aux blessés.

L’attaque d’Inata est la plus révoltante qu’a connu notre pays ces derniers temps en raison des circonstances dans lesquelles elle s’est déroulée. 

Le détachement de la gendarmerie d’Inata manquait apparemment du minimum pour son alimentation quotidienne et peut-être même de moyens pour tenir ses positions. Comment des soldats peuvent-ils  être affectés sur un front et refuser d’y aller sans qu’une décision soit prise dans les meilleurs délais pour régler ce problème extrêmement grave ?

Ce drame a porté une fois de plus au grand jour, les faiblesses de notre politique de défense et de sécurité depuis le début des attaques terroristes dans notre pays. Le Président du Faso lui-même a reconnu la semaine dernière la gravité du dysfonctionnement qui a affecté le détachement d’Inata et promis des sanctions à l’encontre de tous ceux dont la responsabilité y serait reconnue.

Tous ces tristes évènements amènent les Burkinabè à douter de la capacité de nos gouvernants à lutter contre le terrorisme. C’est pourquoi, nous comprenons parfaitement, la colère et la révolte que les Burkinabé expriment dans les rues, dans les médias et sur les réseaux sociaux. Le sentiment qui se dégage de toutes ces situations est l’absence de l’autorité de l’Etat.

La fronde inédite des jeunes de Kaya contre le convoi de l’armée française en dit long sur le ressentiment des populations face à une situation qui n’a que trop duré.

La situation nationale tendue appelle le RPD à faire les propositions ci-dessous.

Premièrement, dans ce climat délétère qui entoure la gestion de la situation sécuritaire, nous ne devons pas oublier les centaines d’éléments des FDS et des VDP qui se battent chaque jour sur de nombreux fronts à travers le pays contre les groupes terroristes. Même si on compte des morts, des blessés et des traumatisés en leur sein, ils enregistrent tout de même des victoires qui sont malheureusement mal connues du grand public. Nous devons leur affirmer sans ambages toute notre solidarité. Ceci doit aller au-delà des simples incantations, par des actes concrets tels que la prise en charge psychologique des traumatisés et de leurs familles et le renforcement du soutien de leurs ayants droit.

Par ailleurs, le RPD est solidaire de toutes celles et de tous ceux qui d’une manière ou d’une autre, manifestent pacifiquement pour soutenir les FDS et les VDP.

Deuxièmement, nous réaffirmons que la lutte contre l’hydre terroriste ne peut être gagnée que dans un élan national et patriotique qui va au-delà du prisme des clivages politiques ou politiciens.  La situation est suffisamment grave pour que nous comprenions que nul ne peut se prévaloir d’une solution miracle pour mettre fin à la souffrance de notre peuple,   imposée par  les forces du mal. Comme l’a si bien dit Martin Luther King : « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots ».

Pour cela, le RPD appelle à la tenue dans un délai raisonnable, d’un Dialogue inclusif de haut niveau, réunissant le gouvernement, des représentants de tous les partis politiques, des organisations de la société civile, des autorités coutumières et religieuses et des Burkinabè de l’étranger, entièrement consacré à la situation sécuritaire.

Ce dialogue présidé par le Président du Faso,  abordera sans tabous les questions essentielles à la situation sécuritaire  et devrait aboutir à l’adoption d’un Pacte national ou patriotique qui engagerait tous les burkinabé à défendre la patrie et à soutenir les FDS et les VDP. Dans cette perspective, l’idée de la formation d’un  gouvernement de combat qui réunirait des cadres compétents au-delà de leurs appartenances politiques, pourrait contribuer à unir notre peuple dans la même lutte commune et à apaiser le climat social. La gouvernance d’un pays en temps de paix ne peut être la même qu’en temps de guerre.

Ceci étant dit, cela n’enlèvera en rien les dispositions d’urgence que le gouvernement doit prendre dans les meilleurs délais pour la réorganisation de notre dispositif de sécurité et militaire afin qu’il soit beaucoup plus en phase avec la réalité du terrain.

Troisièmement, le gouvernement doit disposer d’une politique de communication efficace qui favoriserait la transparence dans la gestion de cette crise sécuritaire. Le décalage permanent entre les faits et la réalité sont à la base de l’incompréhension des Burkinabè sur la question sécuritaire. Une bonne politique de communication anticipatrice pourrait contribuer à réduire non seulement les fausses informations ou la divulgation de certains documents internes de l’armée qui circulent sur Internet.

Il faut se convaincre que même si l’on pense bien faire, la divulgation de certaines informations sensibles peut porter un coup dur au moral des troupes sur le terrain.

Pour finir, le RPD, fidèle à sa ligne politique, œuvrera aux côtés de tous les patriotes qui luttent pour que le Burkina Faso, notre chère patrie ne sombre pas dans le chaos.

                                            S’Unir pour Bâtir !

Pour le Bureau Exécutif National du RPD

Le Secrétaire National en charge de l’Information et de la Communication

Abdou Aziz OUEDRAOGO

Écouter l’article

Articles similaires

Un commentaire

  1. Compaoré pactisait avec les terroristes qui avaient pignon sur rue à Ouaga…facile de critiquer les gouvernements suivnats !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page