Solidarité : GRAAD Burkina vole au secours de 50 étudiantes

Afin d’atténuer les effets et l’impact du Covid-19 sur la jeune fille étudiante, le Groupe de Recherche et d’Analyse Appliquées pour le Développement (GRAAD Burkina), à travers une initiative dénommée REFICAMPUS, s’est engagé à soutenir 50 étudiantes des Universités du Burkina Faso. Les différents bénéficiaires ont reçu de l’aide ce samedi 4 décembre 2021 à l’Université Norbert Zongo de Koudougou.

REFICAMPUS est une initiative qui est née du constat d’une étude faite sur l’impact du Covid-19 sur le secteur informel, selon le Dr Gountiéni Damien Lankoandé, Secrétaire exécutif du Groupe de Recherche et d’Analyse Appliquées GRAAD Burkina. « Après une étude, nous avons remarqué que les femmes étaient beaucoup touchées plus que les hommes dans beaucoup de domaines.

L’autre constat est qu’en Afrique, en matière d’éducation lorsqu’il s’agit de choisir entre un garçon et une fille, en général la fille est perdante. Nous nous sommes dit que pour atténuer les effets de cette crise sur la jeune étudiante, il fallait faire quelque chose. D’où est née l’idée de REFICAMPUS Covid-19 pour permettre aux étudiantes d’êtres plus résilientes face aux effets du covid-19 », a-t-il expliqué.

Dr Gountiéni Damien Lankoandé, Secrétaire Exécutif du GRAAD Burkina

L’initiative concerne les étudiantes de la première et de la deuxième année d’études universitaires dont l’âge est inférieur à 23 ans.  La démarche de REFICAMPUS est libre. « On a lancé l’initiative sous la toile avec l’idée de laisser chacune exprimer ses besoins. On leur demande quels sont leurs besoins par rapport à cette nécessité de rester sur le campus », a ajouté le SE de GRAAD Burkina

L’accompagnement prend plusieurs volets en compte. Le premier volet concerne la prise en charge de la bénéficiaire sur des besoins déterminés.  Entre autres on a la prise en charge de la scolarité de la bénéficiaire, l’accompagnement pour les abonnements au Restaurant Universitaire, au bus SOTRACO, le soutien à l’habillement, pour la santé de la reproduction.

Le deuxième est le volet parrainage qui consiste à mettre en contact l’étudiante avec une bonne volonté pour d’éventuel accompagnement.  Le volet assainissement s’inscrit en perspective. « Dans ce volet il s’agit de mieux équiper les universités en matériel sanitaire, toilette, lave-mains, etc. », a confié Damien Lankoandé.

L’initiative (REFICAMPUS) a été lancée en fin janvier 2021. Pour cette première édition, une cinquantaine d’étudiantes ont été retenues en s’appuyant sur des critères. « Il fallait être moins âgée de 23 ans et être régulièrement inscrite à l’université. Ensuite il fallait fournir les preuves de ce qu’on demandait et 50 bénéficiaires ont été retenues », a-t-il clarifié.

Quatre Universités à savoir l’Université Nazi Boni, l’Université Norbert Zongo, l’Université Joseph Ki-Zerbo et l’université Thomas Sankara ont été touchées par REFICAMPUS. Mahamadi Balboné, Parrain « privilégié » de l’initiative dit ne pas rester indifférent face à la situation de la jeune fille. Il a donc pris sous sa coupe des filleules.

Mahamadi Balboné, Parain avec l’une de ses filleules

« Ce qui m’a motivé, c’est le fait de voir beaucoup de jeunes filles défiler au bureau ou je travaille pour demander de l’emploi juste parce qu’elles n’ont pas pu continuer les études donc elles cherchent quelque chose à faire pour pouvoir subvenir à leurs besoins quotidiens.

C’est avec grande joie que j’apporte ma petite contribution à ces jeunes étudiantes afin qu’elles puissent bien se former pour que la relève soit assurée pour le développement de notre nation », a laissé entendre Mahamadi Balboné.

Soumbougma Edvige est étudiante en deuxième année de Science économique de gestion à l’université Norbert Zongo. Comme toutes les bénéficiaires, elle a exprimé librement son choix et elle a manifesté sa joie

« J’ai demandé à ce qu’on m’accorde la nourriture au RU et ils ont accepté. Parfois il y a des périodes très difficiles. Avant que l’aide (FONER) ne vienne, c’est très compliqué pour moi d’avoir à manger », a-t-elle exprimé.

Les responsables du GRAAD Burkina, promoteurs de REFICAMPUS compte sur l’engagement des bonnes volontés pour le parrainage des différentes bénéficiaires afin d’atteindre l’objectif escompté : « Atténuer les effets du Covid-19 sur la jeune fille et promouvoir l’égalité des sexes ».

Akim KY

 Burkina 24

Écouter l’article

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page