Le 8e congrès ordinaire du CDP suspendu : Achille Tapsoba explique

Le 8e congrès ordinaire du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) est suspendu pour raisons de justice. Achille Tapsoba, Vice-président du parti, est revenu sur certains faits ayant conduit à ladite décision ce lundi 6 décembre 2021, au cours d’une conférence de presse, tenue au siège national du parti à Ouagadougou.  

« Le matin du (vendredi) 03 décembre 2021, nous avons reçu l’information que le parti a été assigné en justice par quelques Vice-présidents, le Secrétaire général du parti et le Secrétaire en charge des élus nationaux dans l’optique de faire obtempérer la direction (du parti ndlr) par rapport au report du président d’honneur (lettre de Blaise Compaoré ndlr) », a fait savoir Achille Tapsoba, Vice-président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

Face à cette situation, la direction du parti, poursuit Achille Tapsoba, a indiqué au Bureau politique national (BPN) la nécessité de s’en remettre à la décision de justice. Car explique-t-il, il s’agissait d’un référé le même jour avant de pouvoir adopter une quelconque décision par rapport au congrès.

« Nous avons donc attendu, et à 18 h 30, le président du parti est revenu informer les camarades qui étaient présents pour le congrès que notre parti a été sommé par la décision de justice de suspendre la tenue de notre congrès », a-t-il indiqué ensuite.

Après cette sommation de justice, la légitimité de la tenue du congrès était compromise. « De ce point de vue, il était quasiment difficile, et voire inapproprié de continuer dans le processus de tenue du congrès », a-t-il avancé. Et d’informer toutefois qu’il a été interjeté appel de la décision ; de laquelle décision dépendrait la tenue ou non du congrès.

Rendez-vous donc pris pour le samedi 04 décembre à 13h avec les militants dans l’optique de faire le point de la situation, il leur a été fait part de la nécessité de suspendre le congrès. « Compte tenu du fait que le recours en appel ne pouvait pas être déposé immédiatement, il était important que le parti doive mettre en œuvre la décision de justice en tant que parti républicain, démocratique. Il a été convenu que le congrès devrait être suspendu », a expliqué Achille Tapsoba, qui réitère : « nous avons donc arrêté le processus de tenue du congrès ».

La dernière décision, des dires du numéro 2 du parti de Blaise Compaoré, est celle de faire ultérieurement appel aux militants « lorsque les conditions seront réunies pour qu’ensemble nous envisagions la ré-convocation d’un autre congrès », a-t-il précisé.

Pour rappel, le 8e congrès ordinaire du CDP a été convoqué par le Bureau politique national (BPN) et devait se tenir les 4 et 5 décembre 2021. La lettre du président d’honneur et fondateur du parti (Blaise Compaoré) adressée à la direction nationale du parti souhaitait également le report du congrès pour plusieurs motifs dont la situation sécuritaire nationale caractérisée principalement par l’attaque d’Inata.

Il invitait de même dans ladite missive, qu’attache soit prise avec la direction des libertés publiques afin d’examiner la question de délai de légalité accordé au parti en fonction de ses textes fondamentaux pour tenir obligatoirement un congrès avant la fin de l’année 2021.

Aussi, que le président Eddie Komboïgo vienne à sa rencontre, à Abidjan, avant toute nouvelle convocation d’un congrès.

Tambi Serge Pacôme Zongo 

Burkina 24 

Écouter l’article

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page