Burkina Faso : « Nous invitons tous les acteurs au dialogue » (Luc Adolphe Tiao)

Le bureau exécutif national du Rassemblement patriotique pour le développement (RPD) a tenu sa première rencontre officielle ce samedi 18 décembre 2021. Les responsables du parti venus de tous les quatre coins du pays ont pris part à cette première session de l’exécutif de leur parti.

Cette rencontre du bureau exécutif national du Rassemblement patriotique pour le développement (RPD) se tient après que le parti ait reçu tous ses papiers qui confirme légalement le RPD comme un parti politique agissant au « Pays des Hommes intègres ».

Après cette reconnaissance et cette première rencontre officielle des membres du bureau exécutif national, le président du parti Luc Adolphe Tiao a fait savoir à ses compagnons que l’heure du travail est enfin venue pour que le  parti soit implanté à travers tous les coins et  recoins du pays. « Maintenant, il faut passer aux actes concrets. La mise en place des structures », a-t-il lancé

D’après Luc Adolphe Tiao, son parti dispose de plusieurs atouts qui le positionnent comme un parti regorgeant un potentiel politique. Cependant, Luc Adolphe Tiao reconnaît que les défis qui jalonnent leur parcours sont énormes. De ces défis d’adhésion, des défis financiers « mais tout cela dépendra de notre volonté parce que nous ne sommes pas un parti conjoncturel. Nous sommes un parti d’avenir », a-t-il dit à ses camarades.

Le président du RPD a affirmé que son parti est aujourd’hui présent presque dans toutes les régions du pays. Mais il a déploré la situation sécuritaire du pays qui ne peut pas leur permettre d’aller en profondeur pour toutes les populations qui habitent les localités les plus reculées.

« Ce que nous souhaitons aujourd’hui en tant que parti politique, nous l’avons dit c’est la paix sociale. Et cette paix sociale interpelle tous les acteurs qu’ils fassent faire de leurs formations politiques des instruments de paix et de cohésion sociale. J’espère que ceux qui auront des difficultés trouveront une solution à cette situation pour que le climat social, politique au Burkina Faso soit un climat apaisé », a-t-il poursuivi.

Il a mentionné que le seul souhait majeur de son parti, c’est que le pays retrouve sa quiétude d’antan. « Nous invitons tous les acteurs au dialogue, à la réconciliation et à la paix », a-t-il appelé.

Sur la crise qui secoue son ancien parti, le CDP, Luc Adolphe Tiao craint que le parti sorte affaibli après cette période difficile de crise interne qu’elle traverse.

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page