Burkina Faso : C’est parti pour les journées statistiques de l’éducation et de l’alphabétisation

L’édition 2021 des journées statistiques de l’éducation et de l’alphabétisation (JSENA) se tient du 27 au 31 décembre 2021 à Ouagadougou. Le top départ a été donné ce jour même par Adama Bologo, directeur de cabinet du ministre en charge de l’éducation nationale. 

« Moderniser les systèmes statistiques nationaux pour soutenir le développement socioculturel en Afrique », tel est le thème sous lequel se tiennent des journées statistiques de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (JSENA).

Pour Adama Bologo, directeur de cabinet du ministre en charge de l’éducation nationale a renseigné que ces journées revêtent un double objectif. Diffuser les productions statistiques est le premier objectif et améliorer ses productions est l’autre objectif de ces JSENA.

À l’entendre, leur département est le premier utilisateur de ces données qu’il produit. Ces travaux seront une occasion, selon lui d’améliorer ces données afin de les rendre plus fiables et utiles pour plusieurs d’autres organisations qui souhaitent les utiliser.

‹‹ Vous savez très bien que si vous voulez programmer des réalisations d’infrastructures, si vous voulez recruter du personnel pour nos structures éducatives, si vous voulez acquérir du matériel pour les enseignements et apprentissages, il est clair que vous ayez des données statistiques, des effectifs qui vous permettent de faire les planifications mais aussi de faire les projections à l’avenir pour voir, comment on s’organise pour mieux prendre en charge notre système éducatif ››, a-t-il dit.

Adama Bologo a indiqué que ces journées permettront également de réunir les différents utilisateurs des données statistiques afin de les informer sur quel niveau ils y sont avec la production et se donner des idées pour améliorer ces productions.

‹‹Comme je le dis, il y a des expositions qui sont prévues au cours de ces deux jours pour que les uns et les autres puissent voir ce que nous avons comme productions statistiques au niveau du ministère en charge de l’éducation nationale ››, a-t-il fait comprendre.

Le premier responsable de la direction générale des études et des statistiques sectorielles, Olivier Bagré a de façon globale rappelé que le système éducatif en l’occurrence des autres secteurs est victime de la menace terroriste  de plus en plus grandissante au Burkina Faso. Et cette situation, selon lui, a commencé à se faire sentir depuis l’année 2018 notamment sur le taux d’accès.

À titre illustratif, il informe qu’au niveau du préscolaire, le taux de scolarisation est de 6,2 % pour l’année scolaire 2020-2021. ‹‹ Au primaire et au post-primaire qui sont vraiment les niveaux touchés par le phénomène sécuritaire, nous avons constaté depuis 2018 une baisse du taux d’accès. Le taux de déscolarisation au niveau primaire est passé de 86% en 2018-2020 et à 86,1% en 2020-2021 », a-t-il signalé.

C’est pareil au  post-primaire, affirme-t-il en indiquant que le taux de scolarisation de 49,3 % en 2019-2020 a connu une baisse de 2% en 2020-2021. Au secondaire le taux est de 30%, selon Olivier Bagré.

Willy SAGBE

Burkina 24 

Écouter l’article

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page