Burkina : Des journalistes, blogueurs et influenceurs web à l’école des biotechnologies

Ce mercredi 29 décembre 2021, le Forum Ouvert sur la Biotechnologie agricole (OFAB/Burkina)  en collaboration avec le Réseau des Communicateurs Ouest-africains en biotechnologies du Burkina (RECOAB) ont organisé un atelier d’information et de sensibilisation sur les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) et le traitement de l’information scientifique au profit de près d’une centaine de journalistes, blogueurs et influenceurs web. L’objectif étant de leur faire mieux connaitre la biotechnologie agricole, environnementale et ses applications. 

Jadis considéré comme une référence dans l’adoption des biotechnologies en Afrique à travers l’expérimentation et la culture commerciale du coton génétiquement modifié entre 2008 et 2015, le Burkina Faso ne dispose plus d’aucune culture génétiquement modifiée.

Bien que ces Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) aient été combattus par les antis OGM par le truchement de la désinformation, les chercheurs burkinabè convaincus que la biotechnologie agricole est l’alternance crédible à l’insécurité alimentaire et à la pauvreté ne désarment guère.  

Pour ce faire, OFAB Burkina qui est la cheville ouvrière de la promotion de la biotechnologie verte veut mettre à contribution les journalistes, les blogueurs et les influenceurs web pour déconstruire les clichés dont les anti OGM ont fait usage pour semer la confusion et le rejet des biotechnologies. 

Ainsi pour lever toute équivoque sur la Biotechnologie agricole et environnementale, le coordonnateur de OFAB Burkina, le Dr Valentin Edgard Traoré dans une communication, a expliqué que l’actualité mondiale sur l’environnement est marquée par des sécheresses, des inondations, des maladies et la malnutrition. 

C’est dans un tel contexte que les biotechnologies ont été développées pour apporter une réponse aux contraintes émergentes que rencontrent les producteurs agricoles. 

Les participants ont salué la tenue de cet  l’atelier 

Dans une seconde communication, les participants ont pris connaissance de l’arsenal juridique qui encadre l’utilisation des biotechnologies au Burkina. Cette communication présentée par le Directeur de l’Agence Nationale de Biosécurité, le Dr Oumar Traoré, a permis aux participants de comprendre qu’avant qu’une biotechnologie ne soit vulgarisée, elle fait d’abord l’objet d’une analyse rigoureuse pour déceler les risques potentiels associés à son utilisation. 

Et afin de permettre aux participants et notamment aux journalistes de mieux traiter l’information scientifique, le journaliste Cyr Payim Ouédraogo, président du RECOAB-Burkina a partagé son expérience avec les participants non sans leur donner des astuces pour réussir le reportage scientifique.

Nantis désormais d’un certain nombre d’informations sur les biotechnologies, les participants ont salué la tenue de cet atelier et sont appelés à utiliser leurs canaux de communications pour diffuser la vraie information sur les biotechnologies dont l’adoption pourrait contribuer à relever de grands défis comme ceux de l’insécurité alimentaire, la santé humaine et animale et la pauvreté. 

Maxime Kaboré

Burkina 24

Écouter l’article

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page