Sanctions contre le Mali : « Une violation de l’indépendance et de la souveraineté du pays », selon Alain Zoubga

Ceci est une déclaration du Dr Alain Dominique ZOUBGA, Président de l’AUTRE Burkina sur la situation au Mali.

LA CEDEAO  A  DECIDE !

Le dimanche 09 Janvier 2022,  à  l’issue de son dernier  Sommet  extraordinaire d’Accra, la CEDEAO a sanctionné très lourdement le Mali et pire, elle menace d’y intervenir militairement pour rétablir son ordre « constitutionnel » !

Pour de nombreux citoyens d’Afrique et à travers le monde,  ces sanctions sont inacceptables dans la forme, dans le fond et dans leur esprit, du fait de leur caractère inhumain, lâche et même criminel.

En effet, tout indique que l’organisation sous régionale est dans une logique de  guerre, celle  déclenchée depuis des mois par une certaine communauté internationale contre le Mali comme l’atteste ouvertement le point 11 du communiqué relatif à la société de sécurité privée Wagner de Russie.

Toute chose qui montre que dans le fond, la question de la durée de la transition n’est qu’un alibi. Ainsi cette organisation complice des Etats de la fameuse communauté internationale est interpellée vertement à renter ouvertement  en scène contre un  pays frère de notre sous-région.

En réalité, il s’agit de bloquer le processus de « refondation » entamé par la transition car selon ses adversaires, il pourrait éventuellement « déstabiliser » l’ordre sociopolitique de domination et d’exploitation en cours  au Mali et dans d’autres pays.  Dès lors, la peur  de voir réapparaitre certaines velléités d’affranchissement des nations face aux  Etas vampires est réelle ! C’est pourquoi, nous sommes convaincus que la grande divergence est loin d’être seulement un problème de la durée du chronogramme.

Et pour mieux s’en convaincre il suffit de se référer à la déclaration du Président du Faso qui considère que seul un régime « démocratiquement élu » peut conduire les réformes annoncées. Et pourtant, du fait de ses capacités d’analyse politique, et à travers l’expérience  vécue au Burkina ainsi que celle dans la quasi-totalité des Etats  de la région sous domination française,  le Président KABORE sait parfaitement que ses propos relèvent de la fiction !

Nous rappelons au Président KABORE  qu’en Août 83 nous n’avons pas eu besoin de l’avis d’un quelconque dirigeant de la région pour déclencher la Révolution car il s’agissait d’une question de souveraineté du peuple.

En outre, de nombreux régimes dits démocratiquement élus, comme c’est le cas du régime MPP,  le sont à travers la fraude électorale, la corruption et les achats de consciences et leur préoccupation première c’est de travailler à leur propre survie en préparant les prochaines élections.

On pourrait du reste demander au Président où en est-il avec sa réforme constitutionnelle depuis plus de 06 ans au pouvoir et qu’en outre, le besoin de réforme profonde contre la corruption entre autres attend toujours. Il est facile de comprendre pourquoi ces régimes ne se préoccupent guère  des  réformes fondatrices car ces réformes peuvent remettre en cause leurs  bases électoralistes et leurs intérêts souvent égoïstes !

Et si l’on s’en tient uniquement au chronogramme de fin février 2022, aujourd’hui nous sommes d’avis que dans un pays en guerre comme au Mali et au Burkina Faso, les élections ne sont pas une priorité pour le peuple. En dernière analyse, disons que l’on n’impose pas la démocratie de l’extérieur, la démocratie se construit à l’intérieur !

Dans le contexte actuel, défendre le Mali voisin c’est se défendre et nous savons que le Mali peut compter sur d’autres pays comme l’Algérie, la Russie, la Chine, la Turquie, la Guinée ce pays frère que la CEDEAO surveille comme du lait sur du feu et aussi certainement sur les peuples de la sous-région comme le nôtre.

Les sanctions contre le Mali constituent une violation de l’indépendance et de la souveraineté du pays et elles rappellent celles imposées à la Côte d’Ivoire lors de la grave crise postélectorale par ces mêmes acteurs avec leur corollaire de crimes.

Pour le cas du Mali, nous lançons un appel aux démocrates maliens à s’unir pour mener à terme ce qui peut représenter désormais le début d’un  mouvement  de libération du peuple à caractère social et démocratique, nonobstant la nécessité d’une réflexion profonde sur la direction du mouvement.

En outre, nous interpellons le Président KABORE pour qu’il prenne contact avec ses paires de la CEDEAO  afin que ces derniers  lèvent les sanctions contre le peuple malien en sortant de leur logique Sanctions–négociations pour s’inscrire  dans une logique  de négociations –concessions !

Aux autorités du Mali, nous lançons un appel pour qu’elles se penchent sur un réexamen éventuel de leur chronogramme tout en maintenant les grands objectifs du processus de refondation.

Liberté et Paix pour les peuples africains !

Que dieu protège l’Afrique !

 Ouagadougou, le 10 janvier 2022

Dr Alain Dominique ZOUBGA

Président de l’AUTRE Burkina

Ancien ministre

Officier de l’Ordre national

Écouter l’article

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page