Alliance UPC/MPP : « On s’est mariés pour le meilleur et pour le pire » (Amadou Dicko)

Le président du groupe parlementaire Union pour le Progrès et le Changement (UPC) Amadou Diemdioda Dicko a fait le bilan de la participation du groupe aux activités de la session budgétaire de l’année 2021. Une occasion également de revenir sur quelques points chauds de l’actualité. Face aux journalistes ce jeudi 13 janvier 2022, le groupe parlementaire s’est prononcé sur la vie au sein de l’Alliance des Partis de la Majorité Présidentielle (APMP). 

Alors que le « pays des Hommes intègres » fait face à une situation d’insécurité sans précèdent, certaines voix s’élèvent pour demander la démission du président du Faso Roch Marc Christian Kaboré. Si jusque-là ces appels à la démission venaient de l’opposition et de certaines organisations de la société civile, un parti membre de la majorité présidentielle a rejoint la danse en appelant à la démission du président Kaboré.

Face à cette situation, l’UPC, parti membre de l’APMP a donné sa position. Selon le président du groupe parlementaire UPC Amadou Diemdioda Dicko, l’APMP va statuer bientôt sur le sort de ce parti. Pour lui, toute alliance comporte des risques. Il ne comprend donc pas comment on peut s’aligner avec la majorité et demander la démission du président Kaboré. « C’est très mal placé de faire une telle déclaration », a-t-il laissé entendre. 

Sur la vie au sein de l’alliance, « l’UPC se sent à l’aise à l’APMP », selon les députés du parti. Amadou Diemdioda Dicko est également revenu sur le comportement du parti une fois à la majorité. Pour lui,  « les choses ont changé ».

« On vient de se marier avec le MPP et ses amis et on nous pose très souvent la même question de savoir c’est quand le divorce ? Nous on s’est mariés pour le meilleur et pour le pire. On sait qu’il y a des insuffisances qu’on peut noter », a indiqué Amadou Diemdioda Dicko. 

Selon ses explications, l’entrée de l’UPC au sein de l’APMP a pour objectif d’apporter la contribution du parti à la résolution de la question sécuritaire et la réconciliation nationale. Pour lui, le retour de la paix est une priorité actuellement pour le Burkina Faso. 

Revenant sur le bilan de la participation du groupe parlementaire aux activités de la session budgétaire de l’année 2021 de l’Assemblée nationale, Amadou Diemdioda Dicko et ses camarades se disent satisfaits. Sur la session consacrée au budget, le groupe parlementaire a fait « des recommandations et des interpellations au gouvernement pour l’utilisation rationnelle et efficace des ressources allouées ». 

De manière détaillée sur le budget, il faut retenir que les recettes totales s’élèvent à plus de 2 349 milliards de francs CFA. Les dépenses sont de l’ordre de 1 919 milliards de francs CFA. Plus de 20% du budget total est alloué à la défense et à la sécurité.

Basile SAMA

Burkina 24

Écouter l’article

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page