Grippe Aviaire au Burkina : 500 000 volailles mortes et plus de 1 300 000 plaquettes d’œufs perdues

Le ministre en charge des ressources animales a animé un point de presse ce vendredi 14 janvier 2022. Il s’est agi pour Moussa Kaboré de donner des informations sur la grippe aviaire déclaré au « pays des Hommes intègres ».  

Environ 500 000 têtes de volailles mortes et plus de 1 300 000 plaquettes d’œufs perdues, soit une perte financière de 4 780 000 000 de Francs CFA, c’est le bilan de la grippe aviaire à la date du 7 janvier 2022. Face à cette situation, le ministre en charge des ressources animales, Moussa Kaboré, a annoncé des mesures pour lutter contre la propagation de la maladie. 

« Un plan de riposte est élaboré et mis en œuvre pour contrer la dissémination de la maladie. Dans les sites où la présence de la maladie est confirmée par les services vétérinaires ou de la santé, il est procédé au recensement de la volaille, à l’abattage, à l’incinération et à l’enfouissement des volailles et d’autres oiseaux morts », a expliqué le ministre Moussa Kaboré.

Il a aussi annoncé des mesures pour accompagner les producteurs dans cette lutte contre la grippe aviaire. Ainsi donc, une indemnisation des producteurs est prévue en cas d’abattage des oiseaux. Seulement, cette indemnisation ne sera possible que si les services vétérinaires constatent l’effectivité de la maladie et procède à l’abattage des volailles. En d’autres termes, les animaux morts avant ne sont pas pris en compte.

La maladie est seulement contagieuse par voie respiratoire

« Un point d’honneur est mis dans l’indemnisation des producteurs dont les volailles ont fait l’objet d’abattage constaté par un procès-verbal par les services compétents », a signifié Moussa Kaboré. Toujours dans le plan de riposte, il est prévu la surveillance des sites de rassemblements des oiseaux sauvages et la capture d’oiseaux malades ou blessés à des fins de prélèvement biologiques pour des analyses de laboratoire.

Le conseil donné par le ministre est celui de déclarer tout cas de grippe aviaire constaté. « Pour empêcher l’introduction de la maladie dans les sites d’élevage et sa propagation, il est recommandé aux producteurs d’éviter tout contact de la volaille entre différents élevages et d’autres animaux et se garder de vendre de la volaille ou tout produit issu d’un élevage infecté », a laissé entendre le ministre en charge des ressources animales.

Sur les zones touchées par la maladie, il faut noter que 7 régions ont enregistré l’apparition de la maladie. Au total c’est 42 foyers confirmés de mortalité de volailles que connait le pays. Sur l’origine de la maladie, le ministre en charge des ressources animales pense à deux causes qui sont les oiseaux migrateurs et des contaminations d’autres animaux provenant des pays voisins qui ont enregistré des cas de grippe aviaire. 

Selon les propos de Moussa Kaboré, la grippe aviaire menacerait l’entièreté du cheptel aviaire national estimé à 52 millions de têtes. Si cela arrivait, c’est une perte de plus de 163 milliards qui sera enregistrée. Revenant sur la contagion avec des sujets humains, le ministre a indiqué que cela est possible. Son collègue de la santé le Pr Charlemagnes Ouédraogo a indiqué que la maladie est seulement contagieuse par voie respiratoire et non par voix digestive.

Il déconseille fortement alors la manipulation des sujets contaminés. « Le virus de la grippe aviaire  peut se transmettre exceptionnellement à l’homme lors de contacts fréquents et intensifs avec des sécrétions respiratoires ou des déjections d’animaux infectés. Chez l’homme, la grippe aviaire se manifeste par la fièvre, la toux, des douleurs musculaires, des infections oculaires et respiratoires », expliqué le ministre en charge des ressources animales.

Basile SAMA

Burkina 24

Écouter l’article

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page