Tabac : 4 800 décès

Posté par - 30 mai 2018

A la veille de journée anti-tabac, la section burkinabè d’Action contre le tabac (ACONTA) hausse le ton.  Quatre mille huit cent décès ont été enregistrés liés à l’action de la fumée émanant de la cigarette.  Annuellement, avancent les conférenciers en cette veille de la journée anti-tabac, ce sont sept millions de décès répertoriés dont 900 000

Ancien fumeur, il lutte aujourd’hui contre le cancer tabagique

Posté par - 9 septembre 2017

Le Réseau des journalistes pour la lutte antitabac au Burkina Faso (REJAT-BF), en collaboration avec l’ONG ACONTA (Afrique contre le tabac) a organisé, le samedi 9 septembre 2017 à Ouagadougou, un atelier d’information sur la lutte antitabac à l’intention d’une vingtaine de journalistes. Selon des données officielles, le tabac est le facteur de risque de

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT : L’INDUSTRIE DU TABAC MANIPULE DES ELEVES DE BOBO POUR DEFENDRE SA CAUSE

Posté par - 10 avril 2017

C’est avec consternation et étonnement que les acteurs de la lutte antitabac au Burkina Faso ont appris la tenue à Bobo-Dioulasso, le 06 avril 2017 d’une conférence de presse animée par l’Association des élèves et étudiants pour l’émergence du Faso (AEEEF), en collaboration avec la coordination régionale des délégués généraux des Hauts-Bassins. De curieux arguments ont

Lutte contre le tabac : CODENTIFY, une “farce” selon ACONTA

Posté par - 27 octobre 2016

L’Association Afrique contre le tabac (ACONTA) a donné de la voix ce 27 octobre 2016 pour dénoncer l’intégration du système de suivi et de traçabilité CODENTIFY dans la règlementation burkinabè. Pour ses membres, ce système pas une garantie pour le contrôle du commerce illicite du tabac au “Pays des hommes intègres”.  Deux sujets ont tenu

Burkina : « Les grands cigarettiers ciblent les petits écoliers » (ACONTA)

Posté par - 22 septembre 2016

Les industries du tabac ciblent les écoliers du Burkina. C’est la conclusion à laquelle est parvenue Afrique contre le tabac (ACONTA) après une enquête réalisée dans 16 établissements scolaires du Burkina. L’industrie du tabac au Burkina a mis le grappin sur les élèves burkinabè. Cette affirmation formulée par  Salif Nikiéma, coordonnateur de l’association ACONTA, tire