IUTS : Le « jusqu’au boutisme » du gouvernement condamné

Posté par - 7 avril 2020

La coalition de syndicats en lutte avait annoncé, le 31 mars 2020, la suspension des salaires de 675 agents de la fonction publique. Ces suspensions, jugées « abusives » par l’Opposition burkinabè ont eu lieu après des mouvements d’humeur et une grève générale du 16 au 20 mars 2020. Le Chef de file de l’Opposition au Burkina

Burkina : 675 salaires suspendus suite à la grève du 16 au 20 mars

Posté par - 31 mars 2020

Les syndicats en lutte contre l’application de l’IUTS sur les primes et indemnités des agents publics ont fait le point des salaires suspendus, le mardi 31 mars 2020. Souleymane Badiel, Secrétaire général de la fédération des syndicats de l’éducation a indiqué qu’à la date du mardi 31 mars, 675 travailleurs ont vu leur salaire être

Remis Dandjinou : « La personne qui n’a pas travaillé n’a pas droit à son salaire »

Posté par - 24 mars 2020

Le ministre de la communication, Remis Dandjinou a réagi, le mardi 24 mars 2020, au commentaire des syndicats en lutte contre l’indexation de l’IUTS sur les primes et indemnités des agents publics. Ces derniers avaient dénoncé « une répression contre les responsables et militants syndicaux ». A la suite de la grève générale décrétée du 16 au 20

Tribune I Lettre de protestation des syndicats au Premier ministre

Posté par - 21 mars 2020

Ceci est une lettre de protestation des secrétaires généraux de la coalition syndicale adressée au Premier Ministre, Chef du gouvernement, Christophe Dabiré. Excellence monsieur le Premier Ministre, Il nous souvient à tous que le 27 février 2020, la coalition des syndicats suscités, a adressé au gouvernement un préavis de grève pour la satisfaction d’une plate-forme

Grève générale au Burkina : Bilan d’étape

Posté par - 17 mars 2020

Ceci est un communiqué de la coalition syndicale sur le point d’étape de la grève générale entamée le 16 mars 2020. Les Secrétaires généraux des syndicats membres de la coalition se sont réunis le 16 mars 2020 dans la soirée à l’effet de faire le point sur le premier jour. A ce premier jour de

Burkina : La cité de Bassinko dotée de sa deuxième école primaire publique

Posté par - 5 mars 2020

Le ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN) a doté la cité de Bassinko d’une autre école primaire. Avec cette deuxième infrastructure, le Pr Stanislas Ouaro veut palier au manque de classes et stopper le surpeuplement dans les classes. La cérémonie d’inauguration est intervenue ce jeudi 5 mars

Burkina : Contre l’IUTS, les mots d’ordre maintenus

Posté par - 3 mars 2020

Le mouvement syndical en lutte contre l’indexation de l’IUTS sur les primes et indemnités des agents de la fonction publique maintient les différents mots d’ordre lancés le 26 février 2020. Des actions à mener, une marche-meeting est prévue le 7 mars 2020 sur l’ensemble du territoire, suivie d’une grève générale de quatre jours, allant du

Bassolma Bazié : “Le saignement de la Pierre Tombale !”

Posté par - 7 février 2020

Ceci est une contribution de Bassolma Bazié. Qu’elle vienne du flanc ou du sommet d’une Colline, elle est, au-delà d’un caillou, notre aboutissement social : riche ou pauvre, vertueux ou dévergondé, courageux ou poltron ! Notre Histoire construite ou désaxée, notre vie Harmonieuse ou agitée… toutes déposent leurs échos dans cette Pierre Tombale ! Arrêtons d’Enjamber

Burkina : Syndicats et opposition se parlent

Posté par - 27 décembre 2019

L’Union d’Action Syndicale (UAS) s’est rendue ce vendredi 27 décembre 2019 au siège du Chef de File de l’Opposition Politique du Burkina Faso (CFOP). Les deux parties ont discuté sur des sujets en rapport avec la lutte syndicale et la vie de la nation. L’Impôt Unique sur les Traitements et Salaires (IUTS) et l’assurance maladie

Burkina : « Ce n’est pas sur les maigres ressources des populations qu’il faut compter » (Bassolma Bazié)

Posté par - 2 décembre 2019

Le Premier ministre, Christophe Marie Joseph Dabiré a reçu l’Union d’Action Syndicale (UAS) ce lundi 2 décembre 2019. Il s’est agit pour les deux parties de s’entendre sur une date pour la reprise des discussions. « Nous avons entamé des discussions avec l’Union d’Action Syndicale et ces discussions se sont heurtées  à un certain nombre

Code du travail : Syndicats et Patronat renouent le dialogue

Posté par - 22 octobre 2019

Sur initiative du Conseil national du patronat burkinabè (CNPB), le mouvement syndical a été convié à une rencontre de concertation sur la réforme du Code du travail, le mardi 22 octobre 2019 à Ouagadougou. Le processus de relecture du Code du travail amorcé sous l’égide du gouvernement peine à aboutir. Les deux entités, à savoir

Marche dispersée du 16 septembre : Ce que Bassolma Bazié en dit

Posté par - 18 septembre 2019

« 19 blessés ». C’est l’un des bilans dressés par Bassolma Bazié, secrétaire général de la CGT-B et co-initiateur de la marche-meeting du 16 septembre 2019 réprimée par des éléments de la Police nationale. Dans cette interview accordée à Burkina 24, le mercredi 18 septembre 2019, Bassolma Bazié surnommé « le général » par ses partisans, revient entre autres

Marche-meeting de l’UAP : « Une action déstabilisatrice du régime », selon Me Bénéwendé Sankara

Posté par - 17 septembre 2019

Après la marche-meeting du lundi 16 septembre 2019 de l’Unité d’action populaire (UAP) réprimée par la Police, Burkina 24 a tendu son micro à Me Benewendé Sankara, Président de l’Union pour la renaissance/parti sankariste (UNIR/PS). Burkina 24 (B24) : La marche-meeting des syndicats et de certaines organisations de la société civile (OSC) a été réprimée

Sujet concours professionnel: Les récriminations du « général » Bassolma Bazié

Posté par - 1 septembre 2019

Le sujet présenté au concours professionnel de recrutement d’élèves attachés de santé n’est pas du goût du « général Bassolma Bazié ». Il a tenu à le faire savoir lors du panel coorganisé par le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés et le réseau Africtivistes samedi 31 août 2019. « Au regard des nombreuses conséquences néfastes

Bassolma Bazié : “Stop aux confusions dramatiques !”

Posté par - 12 août 2019

Ceci est une tribune de Bassolma Bazié de la Confédération générale des travailleurs du Burkina. Identifier mes valeurs culturelles au terrorisme est un crime ; Confondre mon appartenance ethnique au terrorisme est un crime ; Assimiler mon appartenance communautaire au terrorisme est un crime d’Etat ! Traiter mon choix de combat pour la liberté, la

Droits et libertés au Burkina : L’UAS dénonce un “tournant répressif”

Posté par - 8 juillet 2019

De la mise en lien des différents faits effectuée par l’Unité d’action syndicale (UAS), « c’est un tournant répressif qu’amorcent les autorités de notre pays ». L’unité d’action syndicale a dénoncé, ce lundi 08 juillet 2019, « une remise en cause progressive, continue et flagrante des libertés démocratiques et syndicales » au Burkina Faso. Parmi les faits qui

Forêt de Kua : L’appel à “vivre dignement” de Bassolma Bazié

Posté par - 20 mai 2019

Les oppositions à la construction du centre hospitalier universitaire sur seize (16) hectares de la forêt de Kua n’ont pas fini d’être exprimées. Après la dénonciation du “crime grave (qui) se prépare” par Sams’k le Jah, influent membre du Balai Citoyen, le secrétaire général de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B), par ailleurs

Bassolma Bazié : “Celui n’a pas les capacités de faire face aux besoins du peuple, il peut débarrasser le plancher”

Posté par - 4 janvier 2019

3 janvier 1966 – 3 janvier 2019. Pour commémorer ce 53e anniversaire du soulèvement populaire, les syndicats ont animé une conférence publique sous le thème «Loi de finances 2019 : quelles similitudes avec le Budget de l’Etat de 1966 de Maurice Yaméogo et quelles leçons ?». Comme à l’accoutumé, chaque 3 janvier, les syndicats marquent une pause

Marche de la CCVC : “Le peuple burkinabè sait être patient mais quand on le pousse jusqu’au bout…”

Posté par - 29 novembre 2018

La Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) s’oppose à la « mesure brusque, injustifiée et injustifiable prise dans un contexte extrêmement difficile pour la très grande majorité de nos populations des villes et campagnes qui ploient sous le poids de la vie chère et la misère ».

IUTS : L’éternel débat

Posté par - 10 février 2018

Déduit dans le secteur privé, point d’achoppement entre le gouvernement et les syndicats depuis 2016, la surchauffe des esprits autour de l’Impôt Unique sur les Traitements et Salaires (IUTS) sur les gratifications et les primes n’est pas prête de prendre fin. Les syndicats ne cachent pas leur volonté de voir l’IUTS sur les primes et

Annonce et appel de Roch Kaboré : La CGT-B réagit

Posté par - 3 janvier 2018

Jugeant que « le message (à la nation du président du Faso) lui-même  sonne faux », la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B) annonce qu’elle « ne va pas se laisser engager dans un chemin de la démagogie ». « Pourquoi il (Roch Kaboré) envoie ça (réforme du système de rémunération) en février ? »,  s’interroge Bassolma Bazié,  secrétaire général

Burkina : « Les autorités politiques et judiciaires jouent à saute-mouton » (Chrysogone Zougmoré)

Posté par - 4 novembre 2017

Les autorités politiques et judiciaires « jouent à saute-mouton sur la vérité et la justice ». Forte de ce constat, une quinzaine d’organisations avec à leur tête le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) a manifesté ce samedi 4 novembre 2017 leur indignation à travers une marche aller-retour de la Place de la Nation

Grèves à répétition : Le gouvernement peut s’en servir, selon Bassolma Bazié

Posté par - 18 mai 2017

Lors de la conférence de presse du Syndicat autonome des agents du trésor du Burkina (SATB), Bassolma Bazié, Secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Burkina (CGT-B), s’est prononcé sur les mouvements de grève au Burkina Faso. Il fait comprendre que le non respect des engagements par le gouvernement fait le lit de ces

Grèves à répétition : « Des manœuvres politiques, des provocations d’officines peu crédibles », selon Salifou Diallo

Posté par - 1 mars 2017

Le président de l’Assemblée nationale, a commenté les grèves à répétition au Burkina : « On voit bien que, dans certains cas, derrière les arrêts de travail se cachent des situations de non-dits », relate Salifou Diallo à l’ouverture de la première session ordinaire de l’année 2017, le mercredi 1er mars 2017. Dans son commentaire sur la situation

« Si j’étais syndicaliste, il faudra qu’on me présente des excuses » (Député Daouda Simboro)

Posté par - 1 mars 2017

« Je ne pense pas qu’il ait choisi les bons mots et la bonne manière lorsqu’il a apostrophé les syndicats. S’il connait la vie syndicale au Burkina, il sait que les syndicats sont autonomes par rapport aux partis politiques, ils sont émancipés par rapport aux partis politiques », ainsi commence le député Daouda Simboro en analysant les

Burkina : Si «je ne peux pas, je démissionne »

Posté par - 15 février 2017

Le syndicaliste Bassolma Bazié souhaite voir s’installer une culture de la démission au Burkina Faso. Il a partagé son vœu lors d’une conférence de presse le samedi 11 février 2017 à la bourse du travail de Ouagadougou. « Le comportement des uns et des autres, même au sommet de l’Etat, ce qui égratigne et même fait