Burkina : Le CNT propose de modifier l’article 37

Posté par - 30 juillet 2015

Le Conseil national de la transition (CNT), organe législatif de la transition burkinabè, a, selon ce communiqué de sa direction des médias, fait une proposition de modification de la constitution burkinabè au gouvernement. Cette modification porte, entre autres, sur le renommé article 37 de la Loi fondamentale. La modification proposée par le CNT consacre «

Ablassé Ouédraogo : « L’opposition fera tout pour faire capoter cette initiative »

Posté par - 21 octobre 2014

Le Conseil des ministres extraordinaire du 21 octobre 2014  a décidé de soumettre à l’Assemblée nationale, un projet de loi portant convocation d’un référendum sur la révision de l’article 37 de la Constitution. Ablassé Ouédraogo, membre de l’opposition politique burkinabè et président du Faso Autrement, joint au téléphone par Burkina 24, a donné ses premières

Le MPP s’intéresse aux aspects de la modification de l’article 37, ce week-end

Posté par - 2 août 2014

Ce samedi 2 août 2014 sera chargé politiquement pour le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le parti fondé par les récents démissionnaires du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). En plus de la deuxième session du bureau politique, le parti aborde dans un séminaire politique, la problématique du moment : la modification

Référendum sur l’article 37 : “Cela pourrait faire immensément mal au Burkina”, selon Ablassé Ouédraogo

Posté par - 13 décembre 2013

Ablassé Ouédraogo, Président du parti politique d’opposition, Le Faso Autrement, a réagi aux propos du Chef de l’Etat burkinabè sur un éventuel recours à un référendum pour modifier l’article 37 de la Constitution. Dans une déclaration, Ablassé Ouédraogo, qui était jusque-là convaincu que Blaise Compaoré ne sera pas de la partie en 2015,  estime que

Evrard Sorgho, président du PEDN : « Hollande est une opportunité pour modifier l’article 37 »

Posté par - 20 mai 2012

L’élection de François Hollande « est une aubaine, une opportunité », pour la modification de l’article 37 de la Constitution burkinabè. C’est la conviction d’Evrard Sorgho, président du Parti écologiste pour un développement nouveau (PEDN), qui pense également qu’il faut une intervention militaire au Nord-Mali au lieu d’un dialogue. Il l’a dit lors d’une conférence de presse