Hommage à la Patrie

Posté par - 1 octobre 2015

Ceci est un poème écrit par un citoyen à la nation. Mon Burkina Faso, un pays enclavé Certes, mais avec un peuple très déterminé ; Alors, si tu touches à ma patrie, Tu rencontreras ma furie ; Si tu fais un coup d’Etat, Tes projets voleront aux éclats ; Parce que, notre intégrité, on ne la vend pas ;

Au Général qui perd ses galons

Posté par - 25 septembre 2015

Ceci est un poème d’Emile Lalsaga adressé au Général  Gilbert Diendéré. Dites au Général que le coup d’Etat n’est pas fini ; Que, par sa faute, des vies innocentes sont parties, Que des blessés de tout genre restent meurtris Et que le vaillant peuple burkinabè a été trahi. Dites au Général que le putsch n’est pas

Poême: Barry, l’intègre

Posté par - 27 juillet 2015

Ceci est un poème d’Abdoulaye Derra sur l’ancien ministre de la sécurité Auguste Denise Barry. A l’instar de beaucoup de burkinabè, tu fais la fierté de l’Afrique, Utile comme le sang dans le corps humain, ton départ du gouvernement tique Globalement tous les africains épris de justice, d’honnêteté, de droiture, et d’éthique. Une fois de

Poème : Régiment de sécurité présidentielle

Posté par - 15 juillet 2015

Bernard Zongo nous revient avec un nouveau poème qui porte cette sur le Régiment de sécurité présidentielle. Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP), dis-moi qui est ton maître? Est-ce le Peuple? Ou l’histoire t’a-t-il offert son meilleur choix de traîtres? Gloire et Burkindi soldat, quel est ton code d’honneur? Es-tu neutre ou politique? I ndispensable? Criminel en

Les déchets des indépendances

Posté par - 21 décembre 2013

Ceci est l’opinion d’un lecteur de Burkina 24, tout en poésie en “vers denses”, sur les indépendances africaines.  “Nous avons encore célébré notre indépendance cette année, disait Emile Lalsaga, l’auteur. Mais sommes-nous vraiment indépendants ? On nous dira que nous sommes un peuple souverain, et pourtant…” Bonne lecture. 

Rimes d’Afrique : Le Mali bientôt libéré

Posté par - 26 janvier 2013

Madou, Madou, sors ! Sors de ta demeure ! C’est fini ces tumeurs Qui nous ont infligé des torts.   Sors Madou, ils ont fui ! Ces hommes en turban Qui ont changé nos vies Depuis cet obscur temps.   Sors et allons voir  Mohamed. Nous irons jouer au football Fumer et boire un peu