Burkina : Vers la création d’une faîtière des transporteurs routiers

Posté par - 23 février 2020

Les acteurs des différentes associations des transporteurs sont en congrès à Bobo-Dioulasso. A l’issue de cette Assemblée générale constitutive, ils procéderont à la mise en place d’une faîtière chargée de porter leur voix auprès gouvernement. La cérémonie d’ouverture s’est tenue le samedi 22 février 2020 à Bobo-Dioulasso. En principe ce 23 février 2020, le secteur

Mouvement d’humeur des chauffeurs : Les mesures du gouvernement

Posté par - 3 avril 2019

Le porte-parole du gouvernement Remis Dandjinou, au sortir du conseil des ministres de ce 3 avril 2019,  a annoncé des mesures face au mouvement d’humeur des chauffeurs routiers. Il s’agit d’abord de  la suspension des élections à la faîtière des organisations des transporteurs. Le ministre de la communication a aussi indiqué, selon ses propos sur

Grève des chauffeurs: Ouagadougou en panne de carburant

Posté par - 27 août 2018

Depuis le vendredi 24 août 2018, une crise oppose l’Organisation des transporteurs routiers du Faso (OTRAF) à l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB). Cette crise se manifeste par un arrêt de travail des chauffeurs notamment ceux des camions de transport de marchandises. L’une des conséquences de cette grève des routiers est une pénurie de

Transport : Les chauffeurs routiers marchent pour leurs conditions de vie

Posté par - 31 mars 2015

Transport : les chauffeurs routiers battent le pavé pour exiger l’application de la convention collective sectorielle Qu’est ce qui se passe ? C’est la question que l’on peut se poser lorsqu’on fait un tour du coté de la place de la Révolution ce mardi 31 mars 2015. En effet, ce lieu a été investi de manifestants (des

Prix au Burkina : Ces hausses qui ne savent jamais descendre

Posté par - 17 avril 2012

Au Burkina, les prix ont toujours grimpé, toujours plus haut. Ne souffrant pas du moindre vertige et semblant n’avoir aucune crainte de se fracasser les os s’ils tombaient. Ils font de l’alpinisme extrême, n’ont point peur des aspérités forgées par l’exaspération des Burkinabè ni des façades polies par leurs larmes.  Et comme dans toute communauté,