Madina Soré : Entreprendre, “une condition essentielle à la croissance de notre économie”

518 0

Le concours “3 idées du monde pour le Burkina que j’aime” a été un franc-succès. Découvrez à travers cette interview, Madina SORÉ qui a remporté le troisième prix grâce à son article que vous pouvez lire et relire ici.

Pour nous permettre de découvrir qui vous êtes : pouvez-vous vous présenter pour les internautes ? 

Je me nomme Madina SORE, 24 ans, célibataire sans enfants et je suis originaire de la belle région de Ouahigouya. Je suis titulaire d’une maîtrise en Droit des Affaires de l’Université Saint Thomas d’Aquin et actuellement auditrice en Qualité Hygiène Sécurité Environnement (QHSE) à l’Institut Supérieur de Management (ISM) de Dakar.

Racontez-nous une journée typique dans votre vie? Quels sont vos loisirs préférés ?

Actuellement je suis sur la rédaction de mon mémoire donc ma journée typique se résume à arpenter les couloirs de la bibliothèque de l’UCAD. Heureusement, je n’habite pas trop loin de l’UCAD (je suis au quartier Gueule Tapée), donc je n’ai pas à prendre le bus ou les cars rapides pour m’y rendre. Mais avec le soleil de Juin qui tape fort, j’avoue beaucoup regretter ma moto.

Je suis une passionnée de lecture, de musique, de cuisine, de cinéma, internet, les voyages même si je n’ai malheureusement pas beaucoup l’occasion de voyager …

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous inscrire à ce concours ?

« 3 idées du monde pour le Burkina que j’aime ». Tout vient de là en fait. J’ai eu  envie de partager ce que j’avais vu de spécial ici. Des idées, des innovations qui, à mon avis, apporteraient beaucoup à mon cher Burkina.

En résumant les trois idées que vous avez proposées dans votre article, qu’est ce qui pourrait aider au développement du Burkina Faso ?

Je dirai d’abord mettre en place des institutions qui répondent à un besoin réel, et qui peuvent apporter une vraie valeur ajoutée.

Ensuite, revoir l’organisation et le  fonctionnement des institutions qui existent déjà. En ce sens, ce qui est indispensable à mon avis c’est toujours faire en sorte de placer les personnes qu’il faut aux places qu’il faut. Ce qui nous fait défaut, c’est une sérieuse politique de gestion des compétences.

C’est en cela je trouve absolument formidable la norme ISO 9001:2008. Elle permet à n’importe quelle organisation de revoir et d’améliorer son système de management selon trois dimensions : Celle organisationnelle, celle économique (technique) et celle humaine.

Ce qui favorise, entre autres, une réduction des coûts de fonctionnement, une maîtrise des gaspillages, et une meilleure satisfaction de la clientèle. J’espère vraiment que nos institutions et nos entreprises vont de plus en plus se lancer dans cette démarche

Enfin, je dirai encourager l’entrepreneuriat des jeunes. Nous manquons de moyens et d’outils lorsque nous souhaitons concrétiser nos projets. Que ce soit en termes d’argent ou de formation.

Surtout en matière de formation. Je trouve dommage que notre système éducatif ne développe pas plus en nous cet esprit, cette volonté d’entreprendre et de créer. C’est pourtant une condition essentielle à la croissance de notre économie, surtout que nous avons, nous les jeunes, quel que soit notre  niveau de diplôme, un rôle essentiel à jouer.

L’écriture fait-elle partie de vos passions ?

Oui, j’ai toujours aimé écrire. C’est ma thérapie personnelle. C’est d’ailleurs ainsi que j’ai pris mes meilleures décisions. Mais maintenant je m’essaie à écrire non plus uniquement pour moi, mais aussi pour les autres. Partager ses opinions, je pense que c’est important.

Je suis d’ailleurs actuellement stagiaire blogueur pour La Voix des Jeunes (http://www.voicesofyouth.org/fr), que je vous invite à découvrir. Il s’agit d’une plateforme de discussion en ligne qui a été créée par l’UNICEF en 1995 et qui offre  la possibilité à la jeunesse d’en apprendre plus sur les problématiques mondiales.

Comment avez-vous découvert Burkina 24 ?

Sur Facebook,  je pense.

Qu’appréciez-vous le plus à propos de Burkina 24 ?

J’apprécie particulièrement la couverture en direct que vous faites de certains événements sur Facebook. Grâce à vos publications et photos, je ne rate presque rien de ce qui se passe au pays.

Qu’est-ce que vous aimeriez voir/améliorer à propos de Burkina 24 ?

Plus d’initiatives de ce genre, des concours d’écritures…

Quels sont vos projets académiques et professionnels  pour le futur ?

J’envisage de faire un doctorat en Risques industriels et environnementaux mais ce n’est pas pour tout de suite. Pour le moment, je suis surtout en quête d’expérience. D’ici décembre,  j’aurai mon MBA, donc il s’agira de trouver un emploi ou un stage pour mettre en pratique tout ce que j’aurai appris.

Aussi, je compte dans quelques années ouvrir un cabinet de consultance et de formation dans le domaine de la QHSE à Ouagadougou. Ça c’est LE projet !

Planifiez-vous de rentrer au Burkina Faso ? Si oui, pourquoi ? Sinon, pourquoi ?

Oui je compte rentrer au pays pour vivre et travailler. Je suis venue au Sénégal juste pour faire mon master. Mais il semble que les entreprises sénégalaises sont plus demandeuses de diplômés en QHSE, ce que je trouve bien dommage.

Mais je compte bien rentrer chez moi pour travailler, j’espère vraiment y trouver de bonnes opportunités.

Dis-moi où tu manges, je te dirai qui tu es : quel est votre lieu de restauration préféré au Burkina ? 

Dur de choisir. Mais je vais souvent au Moulin rouge sur Kwamé N’Krumah, ils font surement la  meilleure pizza calzone  de tout Ouagadougou.

Avez-vous un message pour les internautes de Burkina 24, et en particulier ceux qui vous ont soutenue en votant pour votre candidature ? 

Je remercie tous les lecteurs de B24 qui ont pris le temps de me lire et de voter pour moi. Une pensée spéciale à tous ceux qui m’ont contactée par mail pour discuter de mes idées.

Et merci à Burkina 24 de cette opportunité que vous nous avez donnée de nous exprimer et partager nos expériences à travers le monde.

Propos recueillis par Rihanna Diabo
Pour Burkina24


Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *