Tibila Kaboré, secrétaire général du ministère de l’économie et des finances (©Burkina24)

Le ministère des finances interdit toute “manifestation au sein et aux alentours” du ministère “jusqu’à nouvel ordre”

621 0

La coordination des syndicats du ministère de l’économie et des finances prévoit organiser un sit-in ce 31 juillet 2014 pour protester contre “l’arrêt brutal par les forces de l’ordre du sit-in organisé par le SYNAFI (Syndicat national des agents des finances) les 22, 23 et 24  juillet 2014” et “l’atteinte répétée aux libertés syndicales au sein dudit département“. Mais le ministère prévient que toute manifestation est interdite jusqu’à nouvel ordre au sein et autour du département.

Dans deux courriers, dont Burkina 24 a obtenu une copie,  adressés  l’un à la coordination, à la date du 30 juillet 2014, et l’autre au SYNAFI en date du 29 juillet, le Secrétaire général du ministère de l’économie et des finances, Tibila Kaboré,  informe que “pour compter de ce jour (29 juillet, NDLR), et ce jusqu’à nouvel ordre, il est interdit toute manifestation au sein et aux alentours du ministère de l’économie et des finances“.

Ces manifestations s’entendent, selon toujours ces courriers, “des sit-in, assemblées générales ou toute autre activité apparentée“.

Pourquoi ? 

Que s’est-il passé pour que le Secrétaire général prenne une décision aussi radicale ? Il faut remonter à un autre courrier, daté du 24 juillet et adressé au SYNAFI, qui prévenait le syndicat que le sit-in qu’il a organisé le 23 juillet était appuyé d'”animations sonores et de coups de sifflets perturbant la quiétude des agents ayant choisi de travailler“.

Le courrier a ensuite invité le secrétaire général du SYNAFI à “discipliner” la manifestation, le cas échéant, “l’administration se verra obligée de prendre des mesures pour y mettre fin“. Le secrétaire général aurait même été verbalement interpellé par Tibila Kaboré.

→ Lire : Les syndicats se disent déterminés à tenir le sit-in 

Face à l’intensité des nuisances sonores occasionnées par cette manifestation, j’ai interpellé oralement le 23 juillet 2014 le Secrétaire général du SYNAFI pour qu’il puisse discipliner ses militants de façon à permettre aux autres travailleurs de travailler sereinement”, a en effet  écrit Tibila Kaboré, avant d’ajouter que “cet appel n’a pas été attendu et une lettre lui a été adressée le 24 juillet“.  Laquelle lettre interdit donc toute manifestation “jusqu’à nouvel ordre” à l’intérieur et aux alentours du ministère.

Dans le courrier du 30 juillet, le Secrétaire général a rappelé que le ministère a toujours reconnu au SYNAFI, “le droit de manifester dans le strict respect des droits des uns à manifester et (ceux) des autres à ne pas manifester“.

La situation risque par conséquent d’être tendue, ce 31 juillet, avec la volonté affichée des syndicats de tenir malgré tout,  leur sit-in.

Synthèse de Abdou ZOURE
Burkina 24 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *