Modification de l’article 37: “Le parlement qui aura donné son accord sera discrédité”

565 38

Le gouvernement a décidé de soumettre un projet de loi visant la révision la constitution, précisément pour allonger le nombre de mandats présidentiels consécutifs de deux à trois. Dans quelques artères de la ville de Ouagadougou, les commentaires vont bon train. Certains ont accepté de les faire au micro de Burkina24. Lisez donc. 

Ibrahim Zerbo, Président des managers du Burkina

«Dire que la stabilité d’un pays repose sur un seul individu, c’est archi-faux»

ibrahim ZerboNous avons pris connaissance de cette modification comme tout le monde après le conseil extraordinaire qui s’est tenu. En tant que citoyen de ce pays, nous estimons qu’un homme et un groupe de personnes qui ont dirigé le pays pendant près de 27 ans, il est temps de passer la main à d’autres afin qu’ils puissent faire leur preuve.

Partout on crie alternance certes, mais nous au Burkina Faso, l’alternance est ce que le bas peuple souhaite le plus.

Je crois que nos gouvernants feront mieux d’écouter cette population qui crie son ras de bol, cette population qui dit non à cette modification et qui dit oui à l’alternance afin que la sagesse s’exprime pour que notre Burkina Faso soit un pays de paix et de stabilité.

Si le président croit qu’en modifiant l’article 37, que c’est la constitution qui le veut ainsi, je crois que le devoir du peuple est de respecter la constitution en décrétant une journée de désobéissance civile, qui est inscrite aussi dans notre constitution.

C’est de bonne guerre que ceux qui sont contre le référendum puissent observer ce jour-là, la désobéissance comme il se doit afin que les gens sachent qu’au Burkina Faso, nous avons besoin de ce changement, pour un avenir meilleur pour nos enfants et nos petits-enfants.

Le CDP est un vieux parti, c’est-à-dire qu’il a des cadres compétents à même de prendre le relais après le départ du président actuel. Dire que la stabilité d’un pays repose sur un seul individu, c’est archi-faux.

Anonyme

« C’est une seule personne, un clan, une famille qui veut s’accaparer le pouvoir»

Pour moi, il faut que l’article 37 reste en l’état. Actuellement, on polémique sur un certain nombre de choses qu’on ne pourra pas gérer après. Tout le monde sait, tout le monde le voit. C’est une seule personne, un clan, une famille qui veut s’accaparer le pouvoir pourtant nous sommes en démocratie.

Et en démocratie ,on donne la chance à tout un chacun de se présenter. Mais depuis 27 ans que le président est au pouvoir, il y a des gens compétents pour diriger le pays. Son mandat est fini, on avait dit sept ans renouvelable, après c’était cinq ans renouvelable, c’est pour dire dix ans  renouvelable ? Il ne faut pas jouer avec le peuple. On n’est pas d’accord, on n’est pas d’accord !

L’opposition fait ce qu’elle peut faire. On n’appelle pas les gens pour casser (…) nous sommes des gens civilisés. Ils sont dans leurs droits. Le droit dit qu’on peut manifester si on n’est pas d’accord. On manifestera pacifiquement mais si le pouvoir en place ne veut pas de cela, il y aura des affrontements et dans ce cas, c’est le peuple qui paie. On ne souhaite pas que cela arrive comme en Côte d’ivoire, comme au Liberia, nous  voulons la paix.

Kiéma Karim, retraité

Le problème est qu’on n’est pas contre Blaise. Sauf que son temps est arrivé, il doit partir en retraite. Il n’y a pas de question, pourquoi il ne veut pas partir ? Y-a-t-il quelque chose qui l’empêche de partir?

Anonyme

“Je ne sais pas pourquoi il s’entête à modifier l’article 37”

Personnellement, je suis contre la modification de l’article 37. Si on prône la démocratie, il n’y a pas de raison qu’on touche encore à cet article.

Je ne sais pas pourquoi il s’entête à modifier l’article 37. Une fois qu’on modifie l’article 37, qu’est-ce qui prouve que ça ne sera plus modifié encore plus tard ? Je pense que c’est mieux de le conserver comme ça.

On ne peut pas tous diriger le pays mais qu’on se respecte tous. Si jamais l’assemblée s’amuse à vouloir voter pour la modification de l’article 37… Déjà, je serai de  la partie pour la désobéissance civile.

Banda K. Amadé Kouka, syndicaliste

« J’ai l’impression que nous sommes des mutants de cette race de Burkinabè aujourd’hui disparue».

Il faut dire que pour la question de la modification de l’article 37, on voyait venir le président du Faso. Mais on a essayé depuis de lui demander par les marches et autres interpellations, de ne pas franchir le rubicon. Il faut dire que ce qui s’est passé le mardi ne nous surprend pas. On a aussi une vague alarme mais ceux qui connaissent le président savent que son pouvoir c’est des formes qu’il y met ; il n’a que faire de la loi.

La loi c’est lui, il donne sa volonté et les autres se chargent de l’écrire sous forme de loi et que les Burkinabè doivent respecter si ça les enchante. S’ils ne veulent pas, c’est à eux de se décider. Sur cette question, c’est pour dire qu’en définitive, c’est véritablement aux Burkinabè de choisir.

BandaVeulent-ils être gouvernés par lui ? (…) Les sources du droit, c’est quoi ? Il y a la jurisprudence, la doctrine, les accords internationaux qui font partie de l’ordre de constitutionnalité parce qu’on les a ratifiés, il y a la coutume.

En Angleterre d’ailleurs, la constitution est coutumière. Donc aller dire que c’est parce qu’on n’a pas sacralisé ça, qu’il modifie, c’est la même chose. C’est une mauvaise foi qu’on tente de blanchir.

D’autres disent que c’est dit dans la constitution, non ! C’est un blanchissement permanent.

On a accepté cela jusque-là parce qu’on ne se sentait pas les moyens ou tout le monde n’avait pas l’éclairage nécessaire pour se dresser contre ça.

Est-ce que nous sommes des Burkinabè ? J’ai l’impression que nous sommes des mutants de cette race de Burkinabè aujourd’hui disparue.

Oui, parce qu’on a sacrifié des gens, à quoi a servi la mort de Norbert Zongo? Jusque-là on ne sait pas qui l’a tué mais on est parvenu à un consensus minimum, la règle de l’alternance. Mais Blaise Compaoré vient de démontrer qu’il n’a que faire de l’éthique du consensus.

Si l’ADF/RDA soutient le président, ce ne sera pas une première”

Quant à l’action du CFOP, je ne connais pas vraiment la force réelle du MPP (…) ainsi que la position claire de l’ADF-RDA. Je dis que d’ailleurs que, si cette dernière formation politique soutient le président, ça ne sera pas une première. Parce qu’en 1978, on se souvient que c’est l’UDV-RDA qui a sauvé la mise à Lamizana, c’est donc une tradition.

Ça serait une surprise s’ils viennent barrer la route au referendum, parce qu’ils ont dit que si eux ils ne donnent pas leur accord, ça ne passera pas. Donc on attend d’être surpris mais on les voit venir. Mais il ne faut rien attendre d’eux. Si on tient compte de ces forces, si tout le monde est engagé comme ils le disent, l’UPC et la trentaine de députés, qu’on dit être proches du MPP, le président ne peut pas avoir 64 députés pour se prononcer en faveur de l’ouverture d’un référendum.

Le projet sera définitivement enterré si les députés prenaient leur responsabilité. C’est aux citoyens burkinabè de leur adresser un avertissement suffisamment clair, à eux et aussi bien qu’à la cour constitutionnelle.

Chacun, Chaque député individuellement ; il n’y aura pas ici à venir s’abriter derrière une quelconque décision collégiale pour dire oui, le vote est individuel, chacun va assumer sa part de responsabilité. On sait ce que Blaise veut, chacun va répondre.

“Le parlement qui aura donné son accord sera discrédité”

Concernant la marche du CFOP, est-ce qu’elle n’est pas trop tôt ? Ça va dépendre de leur force réelle pour barrer la route à la révision à l’assemblée, je pense que les actions déjà engagées sont les bienvenues. S’ils n’ont pas aussi cette force, c’est mieux que les députés qui sont là-bas démissionnent et que les institutions se bloquent et qu’on sache à quoi s’en tenir.

S’ils ne sont pas sûrs et qu’ils assistent au vote et que le oui l’emporte, c’est toujours mieux de démissionner parce que dans tous les cas le président va dissoudre le parlement. Le parlement qui aura donné son accord sera discrédité, personne ne voudra de ses députés. Il est mieux que chacun prenne ses responsabilités  avant.

Kaboré Kouka, économiste agricole 

« On attend les jours à venir le mot d’ordre qui sera donné dans l’intérêt du peuple »

Mon avis à ce sujet est tout à fait clair. Je crois que beaucoup d’organisations de la société civiles, même si parfois certains de nos membres ont déjà donné leur position. C’est vrai que la constitution peut être révisée, mais comme on le répète, pas pour les intérêts d’un groupe ou d’une personne. Ce n’est pas normal, qu’on se mette dans une logique de patrimonialisation du pouvoir.

Dans la plupart du temps, même si nous n’appartenons pas à des partis politiques, nous appartenons à des organisations bien structurées, on attend les jours à venir le mot d’ordre qui sera donné dans l’intérêt du peuple”.

Anonyme

«J’ai deux fillettes pour qui je lutterai»

Ce que je peux dire seulement, c’est que (…)  les gens ne veulent pas de quelque chose et ils nous font la force. Nous on veut parler d’autre chose. C’est le bon Dieu qui va nous sauver. Ce n’est pas que j’ai peur qu’on m’étouffe mais j’ai deux fillettes pour qui je lutterai.

Boly Amadou, fonctionnaire

“J’ai espoir qu’il va revenir à la raison”

Je ne suis pas juriste mais à mon avis, si son mandat doit prendre fin en 2015, je pense que c’est mieux de respecter la constitution. Je me dis qu’après 27 ans de pouvoir, il a fait ce qu’il a pu. Réellement, s’il aime ce pays, il n’a pas à  s’accrocher et puis aller se reposer et laisser ce pays en paix.

Personne n’a quelque chose à gagner. Si le pays bascule dans une situation, personne ne pourra le maîtriser. C’est une réaction normale, cette situation ce n’est pas aujourd’hui que les gens ont commencé à manifester. On lui a dit de laisser l’affaire et de partir, ce n’est pas plus compliquer que ça.

Il faut partir. L’opposition n’a que cette arme.  On ne gagne rien en cassant. C’est facile à casser mais pour reconstruire ce sont des décennies. Mais j’ai espoir qu’il va revenir à la raison. Aujourd’hui, je suis convaincu que ce n’est plus le président qu’on connait. Quand on est chef d’Etat, on est pris dans un engrenage, un système où c’est les à-côtés qui te pilotent. Il n’a qu’à avoir un sursaut d’orgueil, le vrai burkindi, s’il aime son pays, il n’a qu’à lâcher.

Kabtaogo Djibril

« Un bon chef doit céder la place un jour à son élève »

Je suis contre le référendum. Je sais que même quand on ne donne pas l’argent de popote à la maison, ce n’est pas possible de venir manger le même repas tous les jours. Le problème ici, c’est que c’est la population même qui veut un changement. En 27 ans, il n’a rien réussi,  on a toujours le problème de santé, d’éducation.

Il peut présenter quelqu’un d’autre, même son frère mais nous ne voulons plus de lui. C’est comme le Bobolais Jafar l’avait dit, un bon chef doit céder la place un jour à son élève. Il ne peut pas prendre le pouvoir et vouloir mourir là-bas. On sait comment il est arrivé là. Mais il s’en ira par la force du peuple.

Anonyme

“C’est juste pour faire plaisir à un individu”

Moi je trouve qu’il y a une confusion totale. Ils disent qu’ils maintiennent le nombre de limitation du mandat présidentiel et Blaise va encore se représenter aux élections présidentielles.

Si je comprends bien, il y avait bien avant la limitation à deux mandats et il a déjà fait les deux mandats, il ne doit plus se représenter donc. Même si on insère l’article 37 dans l’article 173, cela ne le concerne plus parce qu’il a déjà épuisé son mandat. La logique voudrait qu’il ne se représente plus et qu’on insère l’article 37 dans les articles non modifiables.

Pour moi aller au référendum, c’est juste pour faire plaisir à un individu. Je ne vois pas l’enjeu politique. Cela ne concerne que Blaise seulement. D’ailleurs,  ce référendum va nous coûter de l’argent alors qu’on en a besoin pour d’autre chose. Il a déjà fait 27 ans au pouvoir. C’est un argument suffisant et sur les 16 millions de Burkinabè, il y a des gens qui sont présidentiables et  même au sein du CDP.

Propos recueillis par Reveline SOME
Burkina24


Article similaire

Il y a 38 commentaires

  1. Jeunesse consciente, manifestation d’accord, c’est constitutionnel, mais pourquoi casser ce qu’on a tous les probl?me du monde ? construire? On ne manifeste pas contre les routes ni contre les feux tricolores ni contre les v?hicules mais manifester c’est juste donner son point de vu sur une question. Et on n’a pas besoin de tous casser pour s’exprimer. Soyons responsables et savons ceux que nous voulons.

  2. Jeunesse de la mode ou jeunesse consciente? C’est inqui?tant que la jeunesse aujourd’hui qui se dit consciente n’est pas capable de distinguer le mal du pire et qui est pr?te ? aller au pire juste pour leur propre ventre. Cette jeunesse qui n’a pas de convictions, qu’on peut acheter par un simple mea culba et on se dit digne de Sankara. pensez vous que la g?n?ration de Sankara va suivre ses gros crapules juste pour leur argent, non je pense que cette g?n?ration Sankara a d?nonc? pour moins que ?a et a m?me renonc? ? des postes minist?riels pour le bien du peuple. mais aujourd’hui la jeunesse est pr?te ? se prostituer pour des miettes. Quelle ?volution de la jeunesse, que j’ai honte de faire partir de cette jeunesse.

  3. Jeunesse Consciente |

    Oh quand je vois tous ces jeunes instrumentalis?s par la politique, je me demande comme un pays aussi pauvre en ressource naturelle peut avancer? A chacun son domaine, mais non au Burkina tout le monde est politicien. mais qui va construire le pays alors? Les politiques ne construise pas un pays, ils ne fond que prendre les ressources cr?es par les citoyens pour faire fonction les institutions, prot?ger la nation contre des menaces internes et externes. Voila le r?le des politiques mais ils cr?ent de richesse. Donc quand je vois tous ces jeunes qui se transforment tous en politiciens je ne demandes qui va cr?er des richesses dans ce pays, qui va b?tir le pays. J’ai mal de voir tous ces jeunes se laisser instrumentaliser par la politique.

  4. Je pense que son excellence monsieur Baise COMPAORE, Pr?sident du Faso doit faire preuve de discernement pour que le Burkina tout entier gagne. Il est grand temps pour mon pr?sident que j'admire tant, de se d?barrasser de ces vautours accroch?s ? leur int?r?ts ?go?ste pour rentrer d?finitivement dans l'histoire.

  5. Il ne faut pas suivre aveuglement un homme politique parce qu?on veut l?alternance ou parce qu?on veut la chute du r?gime en place. Il faut avoir un esprit critique et analytique. La d?sob?issance civile pensez que c?est une solution pour des personnes responsables qui comptent gouverner le pays demain? Pour une question politique on invite les citoyens ? ne plus travailler, comment une nation qui ne travaille pas puisse changement. Par ce mode l? que les opposants comptent cultiver dans l?esprit des burkinab?. Aujourd?hui pour une question politique on parle de d?sob?issance civile et demain quand il y?au un probl?me plus grave, qu?est ce que l?opposition demanderait au citoyen de faire. Je pense que tout le monde doit ?tre responsable et regarder la r?alit? en face. On ne va pas br?ler notre pays une question politique.

  6. Au nom quoi les leaders politique devraient parler pour pr?s de 16 millions d?habitants alors qu?ils pourraient leur permettre de s?exprimer directement ? Pourquoi tant de m?pris pour le peuple dans son ensemble ? Le peuple sait ce qu’il veut et qui il veut ? la tete de l’Etat. Donc laissons le peuple faire son choix.

  7. Vous savez la gouvernance n’est pas l’apanage d’un individu. A cet effet il faut que le peuple aide le ppr?sident ? pouvoir quitter dans la dignit? parce que sa seule volont? de partir ne suffira pas compte tenu de son entourage accroch? ? ses talons. Comme dit le proverbe qui a une queue ne peut sauter au dessus du feu.
    On peut ?tre prisonnier de sa propre prison.

  8. Soyez responsables. Toute ?me p?trie des droits humains et des droits d?mocratiques sait le choix qui vaille. Celui des urnes. Le temps du suffrage n?est pas celui des croque-morts.

  9. Non au pouvoir ? vie de Blaise Compaor?. Il a trop dur? au pouvoir pour ?tre encore efficace. Actuellement, rien ne va dans le pays. Nous sommes dans un pays sans gouvernail. Blaise est fatigu?. Qu’il aille se reposer.

  10. Ouvrez les yeux ? nos leaders d’opposition sur la n?cessit? de la paix et de la stabilit?. Le peuple doit s’exprimer imp?rativement comme le veut la d?mocratie sur ces questions cruciales comme l’article 37 de la constitution. Ce n’est pas ? l’opposition dire ce que le peuple veut, le peuple est mature et sais ce qu’il veut.

  11. Au nom quoi les leaders politique devraient parler pour pr?s de 16 millions d?habitants alors qu?ils pourraient leur permettre de s?exprimer directement ? Pourquoi tant de m?pris pour le peuple dans son ensemble ? Le peuple sait ce qu’il veut et qui il veut ? la tete de l’Etat. Donc laissons le peuple faire son choix.

  12. Pourquoi l’opposition a t-elle si peur du referendum? On se rendra compte que sous le pr?texte de s?opposer ? un projet de referendum, les opposants craignent en r?alit? la d?faite et la sanction du peuple. Sinon, il est incompr?hensible qu?ils d?ploient autant de moyens pour rejeter le r?f?rendum alors qu?ils auraient pu, en lieu et place, appeler leurs militants ? faire triompher le non.

  13. Il ya toujours un moment pour prendre les d?cisions qui s?imposent pour l?int?r?t national. Ce n?est ni par plaisir, ni pour les beaux yeux de qui que ce soit. Arrive alors ce moment des d?cisions et c?est le pr?sident qui a la l?gitimit? pour prendre cette d?cision. c?est ainsi que la d?cision est prise hier et on doit aller au r?f?rendum. L?opposition va manifester c?est normal puisque la d?cision est contraire ? ce qu?elle veut et que les manifestions sont l?gales. Mais le CFOP est une institution r?publicaine et je suis sure qu?elle va finir par prendre une d?cision r?publicaine pour pr?server la r?publique et la paix. On sait que Zeph est un r?publicain, et il ne ferra rien contre la r?publique, d?autant plus que le r?f?rendum est inscrit dans la constitution. Mais ce sont les RSS qui veulent br?ler le pays pour satisfaire leur ego surdimensionn?. Mais le MPP est mort depuis hier avec cette prise de d?cision d?aller au r?f?rendum puis que le MPP ne veut pas passer par des voies r?publicaines et d?mocratiques.

  14. La d?sob?issance civile est le refus assum? et public de se soumettre ? une loi, un r?glement, une organisation ou un pouvoir jug? inique par ceux qui le contestent, tout en faisant de ce refus une arme de combat qui peut-?tre pacifique ou violente. Elle est reconnu par la loi. C’est un acte patriotique et r?publicain.
    Tout Burkinab? qui refuse cette forfaiture du clan Compaor? doit prendre ce combat comme la sienne.
    La d?sob?issance civile, c’est d?sob?ir au r?gime. C’est d?sob?ir ? tout ce qui vient du r?gime. C’est refus? d’ob?ir aux lois venant du r?gime.

  15. Ka r?pond a Tapsobade(H) de son message au Faso.net. ?????????J?ai lu ? plusieurs reprises cette article sur Jeune Afrique partisan au pr?sident Blaise Compaor? dont je te reproduit le contenu, et j?ai pens? au jeux politique qui est au-dessus de tout, l?ADF/RDA est un arbitre redoutable pour la situation actuelle, concernant la modification de l?article 37, et la solution finale que le peuple attend c?est son maintien, et l?ADF/RDA votera le 30 octobre ce maintien pour sa parole donn? au peuple. Le reste nous avons une justice et un peuple qui peut refuser la candidature du citoyen Blaise Compaor? dont la lettre et l?esprit interdisent de candidature en 2015, par soul?vement populaire qui est l?gitime, puisque ce referendum bidon sera obtenu par la r?pression pour pouvoir violer la limitation du mandat pr?sidentiel : et j?en s?r que l?ADF/RDA soutiendra ceux qui vont sortir pour ce qui est mieux pour le peuple, et non ce qui est mieux pour un individu et sa famille. Voil? ce qu?on dit sur Jeune Afrique, l?analyse d?un journaliste : ?????????L?assembl?e compte 127 d?put?s, la majorit? se situe ? 64 d?put?s, et la majorit? des trois quarts ? 96 d?put?s. Le CDP en a ? lui seul 70, et les partis membres de la majorit? (qui n?ont jamais fait d?fection), 11.
    Soit un total de 81 d?put?s : suffisant pour approuver le r?f?rendum, mais pas pour adopter directement, sans passer par l?appel au peuple, la r?vision constitutionnelle. C?est l? qu?intervient l?Alliance pour la d?mocratie et la F?d?ration / Rassemblement d?mocratique africain (ADF/RDA). Ce parti navigue entre deux eaux depuis trois ans : s?il est membre de la mouvance pr?sidentielle, il n?a aucun repr?sentant au sein du gouvernement. Surtout, il s?est toujours dit oppos? ? l?abolition de la limitation du nombre de mandats pr?sidentiels. Voil? des mois que ses dirigeants le r?p?tent. Des mois aussi que les cadres du CDP tentent de les rallier ? leur cause.
    C?est que l?ADF/RDA, avec 18 d?put?s, est dans la position du faiseur de roi. Si ce parti approuve la r?vision constitutionnelle, cela portera le nombre de d?put?s susceptibles de l?adopter ? 99, soit trois de plus que le nombre requis. Le suspens ne devrait pas durer longtemps : le bureau du parti doit se r?unir ce jeudi 23 octobre pour prendre une d?cision, et on voit mal ses membres aller ? l?encontre du v?u de leurs dirigeants. Ce sont eux en effet qui ont n?goci? dans le plus grand secret le contenu du projet de loi avec l?entourage du pr?sident. Et qui ont abouti ? un compromis qui convient ? l?un comme ? l?autre des camps. Un projet de loi sur mesure
    Selon nos informations, ce projet de loi sera soumis aux d?bats le 30 octobre dans l?h?micycle. Il stipule que le nombre de mandats pr?sidentiels est toujours limit? (une ligne rouge pour l?ADF), mais que d?sormais, le pr?sident est r??ligible deux fois, et non plus une seule fois comme le pr?cise la Constitution actuelle. “Tout le monde est content, souffle un proche du pr?sident. Compaor? peut se repr?senter, et l?ADF peut sortir la t?te haute, puisque la limitation du nombre de mandats est maintenue”. Le parti de Gilbert No?l Ouedraogo a aussi obtenu que l?article 37 de la Constitution ne soit ? l?avenir plus modifiable. Un verrou suppl?mentaire? apr?s en avoir fait sauter un.
    “Avec ce compromis, on ?vite que la crise ne d?g?n?re”, pense un responsable de l?ADF. Mais l?opposition, qui s?est toujours oppos?e ? la r?vision de l?article 37 et ? un nouveau mandat de Blaise Compaor?, au pouvoir depuis 27 ans, menace de descendre dans la rue.?????????

  16. Chers internautes, pourquoi jeter la pierre sur ma?tre Gilbert avant le 30 octobre ? il a toujours suivi une seule concernant la modification de l?article 37 (qui est non ? sa r?vision.) Le fils de G. Kango n?est pas comme celui de Bila Compaor? qui s?appelle Blaise Compaor?. Les descendants de l??talon ont toujours tenus leur parole et leur franc parl?, et Gilbert que je connais fait partie de ces descendants valeureux de notre histoire. Les d?put?s de l?ADF/RDA ?couteront leurs consciences et celui de leur repr?sentant qui veut rentrer dans l?histoire de notre pays ?tant fils d?OUAYOUGUYA, en tentant de prendre le volant du Burkina dont nous aimons tous. Qui sait ? Le peuple Burkinab? a besoin d?un jeune au volant de sa destin?e, pourquoi pas le jeune avocat qui est ma?tre G. Ou?draogo a Kossyam en 2015.

  17. Merci de preciser cet element dont beaucoup ne voit pas le subterfuge. Le president a oublie que le peuple n’est plus le meme d’il y a 10 ou 15 ans

  18. Il est clair que vous n’avez rien compris de la situation politique actuelle et du refus de tenir un referemdum. Il ne s’agit pas de la peur de perdre mais :
    1- Eviter de diviser le peuple pour une question d’interet personnel et egoiste
    2- Eviter d’etre confronter a une situation de fraude et de corruption comme on l’a toujours vu dans ce pays

  19. Issoufou Welgo il faut arr?ter d’accuser les journalistes qui font leur travail honn?tement. aujourd’hui le front anti r?f?rendum est au-dessus des couleurs politiques et tr?s majoritaire comme me le disais hier un ami ? juste titre.Il suffit d’ouvrir les yeux pour le voir alors soyons burkinab? avant tout en ces temps de tension extr?me.

  20. Le d?bat autour de la modification de l?article 37 de la Constitution est d?abord juridique et ensuite, politique. Le fait d?inviter le peuple ? se prononcer sur des questions juridiques a un caract?re inconstitutionnel.

    En faisant r?f?rence aux articles 161 et 165 de la Constitution burkinab?, le r?f?rendum des Compaor? est anticonstitutionnel car ( pouvoir ? vie ), contraire ? la nature et ? la forme r?publicaine de l’Etat. Nous sommes dans une r?publique et non une monarchie. Et pire, ? cause de la non r?troactivit? de la loi, Blaise ne peut se pr?senter pour un 3e mandat m?me si par un tremblement de terre, l’article 37 est modifi?.

    Du point de vu politique, le Pr?sident viole son serment de respecter ou de faire respecter la Constitution. Sa modification, concerne une seule personne qui est Blaise Compaor?. Ce n?est donc pas un probl?me d?int?r?t national mais de l’?go?sme.
    Un autre ?l?ment important qui explique l?inutilit? de la modification de l?article 37, c?est la protection de la Constitution par la d?sob?issance du peuple. On entend par d?sob?issance du peuple, la mani?re populaire de manifester sa d?sapprobation. Elle peut ?tre pacifique (marche, meeting, etc.) ou violente ? travers notamment un coup d?Etat civil (casses,manifestations bruyantes, soul?vement populaire) ou militaire

  21. Le d?bat autour de la modification de l?article 37 de la Constitution est d?abord juridique et ensuite, politique. Le fait d?inviter le peuple ? se prononcer sur des questions juridiques a un caract?re inconstitutionnel.

    En faisant r?f?rence aux articles 161 et 165 de la Constitution burkinab?, le r?f?rendum des Compaor? est anticonstitutionnel car ( pouvoir ? vie ), contraire ? la nature et ? la forme r?publicaine de l’Etat. Nous sommes dans une r?publique et non une monarchie. Et pire, ? cause de la non r?troactivit? de la loi, Blaise ne peut se pr?senter pour un 3e mandat m?me si par un tremblement de terre, l’article 37 est modifi?.

    Du point de vu politique, le Pr?sident viole son serment de respecter ou de faire respecter la Constitution. Sa modification, concerne une seule personne qui est Blaise Compaor?. Ce n?est donc pas un probl?me d?int?r?t national mais de l’?go?sme.
    Un autre ?l?ment important qui explique l?inutilit? de la modification de l?article 37, c?est la protection de la Constitution par la d?sob?issance du peuple. On entend par d?sob?issance du peuple, la mani?re populaire de manifester sa d?sapprobation. Elle peut ?tre pacifique (marche, meeting, etc.) ou violente ? travers notamment un coup d?Etat civil (casses,manifestations bruyantes, soul?vement populaire) ou militaire.

  22. gare aux d?put?s de la r?gion du sud ouest qui vont voter"oui" pour cette modification! les ?lecteurs vous attendent au tournant donc faites tr?s attention d?s!

  23. O? sont pass? les Grandes Gueules qui avaient en sont temps dis que la loi n'est pas r?troactive et qu'il fallait laisser le pr?sident faire deux nouveaux mandats de 5 ans apr?s qu'il ai fait deux de 7 ans. le Conseil constitutionnel qui avait en sont temps r?gl? l'affaire par la ruse n'a cas nous dire ce qu'il en pense aujourd'hui. On ne peut pas ?ternellement se foutre des gens en torpillant a chaque fois les r?gles du jeux en cours de match. M?me si la r?vision est l?gale ?a ne devrait pas profiter a une seule personne

  24. les gars du MPP et de l?opposition en general ont peur d’aller au r?f?rendum parce qu’ils ne sont pas s?re que la majorit? du peuple partage leur avis. s’ils vont au r?f?rendum ils ne sont pas sure de gagner

  25. au lieu d’inciter le peuple a la r?volte et a la violence, l’opposition burkinab? devrait encourager le peuple a aller au r?f?rendum pour que vos id?aux passe l?galement.

  26. Il ne faut pas suivre aveuglement un homme politique parce qu’on veut l?alternance ou parce qu’on veut la chute du r?gime en place. Il faut avoir un esprit critique et analytique. La d?sob?issance civile pensez que c’est une solution pour des personnes responsables qui comptent gouverner le pays demain? Pour une question politique on invite les citoyens ? ne plus travailler, comment une nation qui ne travaille pas puisse changement. Par ce mode l? que les opposants comptent cultiver dans l’esprit des burkinab?. Aujourd’hui pour une question politique on parle de d?sob?issance civile et demain quand il y’au un probl?me plus grave, qu’est ce que l’opposition demanderait au citoyen de faire. Je pense que tout le monde doit ?tre responsable et regarder la r?alit? en face. On ne va pas br?ler notre pays une question politique.

  27. LINGA PIEGE DE 15ANS |

    Vigilance! Une fois encore des gens na?vement font encore la mauvaise interpr?tation de l’article 37 qu’on doit relire; vous pensez peut ?tre que si on r?vise comme le projet le dit il restera 5 ans pour BLAISE mais non. Dans l’entendement de BLAISE il va lui rester 15 ans puisque la loi n’est pas r?troactive comme ce fut le cas lorsque suite ? la modification survenue apr?s le drame de Sapouy. Le juge constitutionnel de l’?poque avait estim? que les 02 septennats pass?s ne comptaient pas et que le compteur devait revenir ? ZERO;

  28. Gilbert Noel Ou?draogo |

    ? Ne c?dons pas ? la provocation, l?ADF/RDA n?a pas de le?on politique ? recevoir de personne ?. Ainsi s?est fendu le d?put? maire, pr?sident de l?Alliance pour la d?mocratie et la f?d?ration/Rassemblement d?mocratique africain (ADF/RDA), et troisi?me vice-pr?sident de l?Assembl?e nationale ? l?occasion de la rencontre des sages de son parti.
    les positions du parti sur le s?nat, le r?f?rendum et la modification de l?article 37 sont claires. L?ADF/RDA se pr?pare ? investir son candidat ? la prochaine ?lection. Ce qui n?est pas contraire ? sa ligne politique actuelle.

    Au contraire, le parti s?investit ?norm?ment pour une sortie de crise pacifique. Contrairement ? bien d?autres. Ce qui est une bonne posture pour un parti qui veut aller loin dans la recherche de la paix et du bien-?tre des populations. Car, finalement, tout le monde politique et m?me les Burkinab? d?une mani?re g?n?rale, recommandent le dialogue pour une sortie de crise. Le parti se positionne donc aujourd?hui comme celui qui a d?nou? la crise.

    Pour un tel objectif, Gilbert et ses camarades doivent justement rester sereins, ne pas c?der ? la provocation et surtout maintenir le cap. Tout comme eux, tous les patriotes, ?pris de paix et de justice sociale doivent prendre toutes leurs responsabilit?s. Le Burkina Faso est ? un tournant historique de son itin?raire politique. Cette p?riode ne doit pas ?tre prise ? la l?g?re et trait?e dans des salons de th?, ni dans la haine, ni dans l?intol?rance, ni dans l?exclusion encore moins, dans la passion purement politicienne.

    Les tous prochains jours nous situeront chacun, sur ses responsabilit?s et le r?le qu?il aura jou

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *