Blaise Compaoré : “Cette réforme, ce n’est pas pour moi”

787 151

Dans une interview accordée à BBC et à Africa N°1, le Président du Faso, Blaise Compaoré, a déclaré que la révision de la Constitution burkinabè, dont la procédure est entamée pour repousser la limitation des mandats présidentiels à trois à travers le référendum en passant par l’Assemblée nationale, ne lui était pas  forcément destinée. Il s’agit, selon lui, de permettre aux Burkinabè de faire l’expérience du référendum comme moyen de prévenir ou régler de « graves crises ».

Le Président Blaise Compaoré compte-t-il un jour quitter le pouvoir et quand ? Telle a été la substance de la question posée par la journaliste Lilianne Nyatcha au Chef de l’Etat burkinabè.

Que fait Blaise Compaoré chaque 15-octobre ?

« Depuis des années, nous n’avons plus organisé de festivités pour cette date. C’est un jour de travail.

Cela a toujours été pour nous une période douloureuse et triste pour notre pays, pour nous même personnellement. Mais nous avons assumé des engagements pour notre pays qui indiquent que la rectification était la bonne voie (…) », a été la réponse de Blaise Compaoré à cette question.

Quant à l’épouse de Thomas Sankara, Blaise Compaoré a indiqué  qu’« elle est libre de revenir » au Burkina. Quant aux évènements du 15 octobre 1987, « le dossier est en justice », a invariablement répondu Blaise Compaoré.

Et voici  sa réponse : « Après ce que j’ai fait,  je ne crois pas que je suis en train de préparer un avenir. Je suis plutôt là en train d’organiser ce départ, cette transition ».

Quand songe-t-il à partir ? «  Ça, je ne peux pas le dire », répond-t-il, avant d’ajouter ceci plus loin :   « Mais de toute façon, cette réforme qui est souhaitée, ce n’est pas pour moi.  

C’est d’abord de régler par le référendum, c’est une école pour notre peuple de savoir que par le référendum on peut traiter des crises graves dans notre système et que ça puisse servir au-delà de ma présence à la tête de l’Etat.

Il y a de l’argent pour organiser le référendum et la présidentielle de 2015

 Et ce n’est pas automatiquement parce que je serai candidat en 2015. C’est d’abord traiter la question qui divise la nation et après on verra ». (Même si ce n’est pas ce que le Secrétaire exécutif du parti au pouvoir a affirmé à des militants du parti (voir).

« Aller à l’école du référendum, c’est aussi prévenir des crises plus fortes qu’on pourrait résoudre par le référendum  en amenant tout le peuple à se prononcer », avait-il soutenu plus tôt dans l’interview, affirmant par ailleurs que, selon les assurances du gouvernement, il y a de quoi, sur le plan financier, organiser le référendum et la présidentielle de 2015 en l’espace d’une année.

En attendant, le Chef de l’Etat burkinabè estime que la voie qu’il a choisie ne comporte pas de risque pour la stabilité du pays et que la majorité des Burkinabè comprendra.

A la question de la journaliste de savoir s’il n’est pas effrayé des possibles troubles, il répond « non », lui demandant « dans quelle démocratie vous ne voyez pas de manifestations», la priant de “dédramatiser” la situation.

« Je comprends difficilement qu’on soit toujours prompt  à nous  dire ce qu’il faut faire »

Blaise Compaoré a également défendu, tout au long de l’entretien, la légalité de la révision de la constitution via le référendum et qu’elle se fait en totale conformité avec la Loi fondamentale.

« La constitution dit que le président du Faso peut consulter le peuple sur toute question d’intérêt national. Pourquoi on veut empêcher le président de le faire ? », interroge Blaise Compaoré, qui fonde l’organisation du référendum sur l’appel des 81 députés et les « 50  000 » Burkinabè mobilisés par le CDP dans les stades.

Quant  à la désapprobation des pays européens comme la France et les Etats-Unis sur les modifications des constitutions,  Blaise Compaoré, a, à mots couverts, demandé de quoi ils se mêlaient.

« Vous ne verrez pas le Burkina aller se mêler de comment on organise la vie politique en France aux USA. Ce que nous souhaitons, c’est la liberté d’organiser la vie politique de notre pays. On ne va pas se mêler des lois américaines, françaises et autres, nous Africains. Je comprends difficilement qu’on soit toujours prompt  à nous  dire où il faut aller, où il ne faut pas aller, qu’est-ce qu’il faut faire.

« L’Eglise catholique était pour le mariage pour tous ? »

On nous dit il faut éviter la France-Afrique, il faut éviter ceci ou cela. On est prompt  toujours à nous dire, non, ça ce n’est pas bien pour nous comme si nous n’avons pas de peuple, mature qui sait choisir ses dirigeants ».

La même remarque sera faite lorsque la journaliste évoquera le soutien démenti du président Macky Sall. Pour Blaise Compaoré, « chacun s’occupe  d’abord de son pays » et il ne lui viendra pas à l’idée de « gouverner le Burkina en comptant d’abord sur le soutien de tel ou tel ».

Quant à l’Eglise catholique, dont la position n’est pas favorable à la révision, Blaise Compaoré a demandé à la journaliste si  « L’Eglise catholique était pour le mariage pour tous ? » en France, avant de préciser que l’Eglise « n’est pas une institution républicaine » et que la seule boussole reste la Constitution.

Synthèse de Abdou ZOURE
Burkina 24

Ecouter l’interview : Cliquez ici. 

Lire aussi : 

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 151 commentaires

  1. Avec le recul, qu’en pense le Grand Matador ?????. Qui avait raison entre le CDP et le digne et vaillant peuple ? Dieu n’est jamais press? et toute chose bien en temps opportun. Dieu b?nisse le BF.

  2. Le pays vit actuellement une phase cruciale de son histoire, j appelle tous les dignes fils et filles du pays ? la retenue ,nous devons ?viter le bain de sang . Le burkina n a pas besoin d une crise inutile,alors calmons nous,tranquilisons nous et nous reglereons le probl?me pacifiquement car la violence ne servira ? rien .

  3. Monsieur le Pr?sident,vos propos montrent parfaitement les signes d'un pouvoir en d?clin.Et l'histoire r?cente de l'Afrique l??lucide tr?s bien. votre ancien ami Le capitaine Thomas SANKARA disait bien je cite ":L'ESCLAVE QUI NE PEUT PAS ASSURER SA PROPRE R?VOLTE NE M?RITE PAS QUE L'ON S?APITOIE SUR SON SORT ,SEULE LA LUTTE PAIE."Nous peupple burkinab? avons bien compris ce message et nous ne comptons donc pas rester esclaves 15 ans durant encore.LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS.

  4. VRAIMENT MERCI CHER ZOURE

    JE N’EST RIEN A AJOUTE OU A DIRE.
    JE CROIS QUE NOS D?PUTES PRENDRONT LA BONNE MESURE DE LA SITUATION NATIONALE ET FERONT LE BON CHOIX POUR LA PAIX ET LA STABILIT? DE LA D?MOCRATIE EN PENSENT AUSSI A L’AVENIR DU PAYS PARTANT DE LEURS ENFANTS ET DE LEURS PARENTS.

    A BON ENTENDEUR SALUT!
    NA LARA AN SARA!

  5. VRAIMENT MERCI CHER ZOURE.

    JE N’EST RIEN A AJOUTE OU A DIRE.
    JE CROIS QUE NOS D?PUTES PRENDRONT LA BONNE MESURE DE LA SITUATION NATIONALE ET FERONT LE BON CHOIX POUR LA PAIX ET LA STABILIT? DE LA D?MOCRATIE EN PENSENT AUSSI A L’AVENIR DU PAYS PARTANT DE LEURS ENFANTS ET DE LEURS PARENTS.

    A BON ENTENDEUR SALUT!
    NA LARA AN SARA!

  6. il serais mieux pour la jeunesse consciente de se mettre au travail au lieu des politiciens qui ma foie ne se soucis que de leur compte en banque .Ces derniers utilisent la jeunesse comme un bouclier .Ils appellent la jeunesse ? descendre dans la rue pourtant toute leur vie politique ,ils n'ont jamais rien fait pour la jeunesse et c'est quand il s'agit de bien garnir leur compte ils savent que la jeunesse existe .S'il vous plait ne nous parlez d'int?r?t national car nous savons que c'est pour votre propre cause !!!

  7. L'adf a fait un choix judicieux .l'article 37 sera modifi? sans passer par le r?f?rendum dont certains ont qualifier de budg?tivore .Leur choix permettra d'injecter les onze milliards pr?vus pour le r?f?rendum dans d'autres projet .adf votre choix est propre !

  8. Je trouve que c’est une injure a la nation.a t’on besoin de cette ecole unitile de referendum pdt q’on a pas a manger a se soigner et a s’instruire???????????????????????????

  9. mort de rire il y aura referendum pian!!! il n’y a aucune strat?gie qui puisse faire ?chouer cette modification .Si vous tenez vraiment ? ce que blaise compaor? quitte le pouvoir , il va falloir d?velopper un bon projet de soci?t? afin de convaincre le peuple en vu des ?lections de d?cembre 2015 .

  10. Il faut ?tre un pr?sident responsable sur de lui et sur de l?int?r?t de sa d?cision pour dire ce qu’il a dit aux am?ricains et fran?ais qui veulent se m?ler de l’organisation de notre vie politique.

  11. R?fl?chissez un peu les gars et lisez entre les lignes de l’interview du president. Le president n’est plus vraiment int?ress? par le pouvoir pour le pouvoir, c’est avant tout l’interet national qui est mis en jeu et qu’il veut prot?ger

  12. Cette marionnette francaise a amplement prouv? son incomp?tence en tant que pr?sident…et ce pendant beaucoup trop longtemps. Il est temps que Sankara revienne et qu'il y reste!