Burkina : Le 4e scénario des “médiateurs auto-saisis” se réalise

452 6

En mars 2014, quatre autorités religieuses et morales avaient pris sur elles d’engager une médiation en vue de dénouer le bras de fer qui opposait la majorité et l’opposition sur la question de l’article 37. Après l’échec de leur tentative, ils ont écrit quatre scénarrii  sur ce qui pourrait arriver au Burkina à l’intention du Chef de l’Etat d’alors Blaise Compaoré et des Burkinabè. Des quatre scénarios, un se réalise actuellement. Celui de la catastrophe.

Le scénario de l’honneur (Blaise Compaoré renonce à se présenter en 2015), celui de la défaite (où Blaise Compaoré est battu au référendum)  et celui à risque (Blaise Compaoré réussit au référendum et à la présidentielle, mais fait face à un pays “ingouvernable”) n’ont pas trouvé de réalisateurs.

C’est celui de la catastrophe qui a trouvé producteur, avec cependant un léger réaménagement dans les rôles des acteurs. L’ancien président Jean-Baptiste Ouédraogo et ses collègues avaient en effet prévu l’arbitrage de l’armée si Blaise Compaoré s’entêtait à modifier la constitution. C’est finalement le peuple lui-même qui a fait cet arbitrage, l’armée n’étant finalement intervenue qu’à “la fin du film”.

Mais les autres séquences du scénario restent intactes. “Le grave désordre” est intervenu avant 2015. Il y a actuellement en effet “une remise en cause du régime constitutionnel“, puisque la constitution a été suspendue. Par conséquent, “il n’y a (en ce moment) aucune garantie pour personne : le  Président, la majorité, l’opposition, le pays, la sous-région“.

Les scénaristes n’ont cependant pas prévu ce qui se passerait après le coup d’Etat.  Mais comme il y a toujours une suite même quand le mot “fin” apparaît sur l’écran, il ne reste plus qu’à souhaiter que le lieutenant-colonel Isaac Zida tienne parole et que tous les acteurs s’entendent pour conduire à bien cette nouvelle ère qui s’ouvre pour le Burkina.


Le  libellé du quatrième scénario

4.    Le scénario catastrophique : L’arbitrage de l’Armée

En cas de grave désordre un coup d’Etat et l’avènement d’un régime d’exception peut toujours se présenter

–       Soit avant 2015

–       Soit après 2015 (sortie à la TANDJA).

Dans cette remise en cause du Régime Constitutionnel, il n’y a aucune garantie et pour personne :

–        Le Président

–        La Majorité

–        L’Opposition

–        Le Pays.

–        La sous Région

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Related Post

There are 6 comments

  1. Un peuple qui se met debout est capable de tous les exploits. Ceux qui tentent de s?attribuer la paternit? de la victoire du peuple Burkinab? sont bien ridicules et peu respectueux de la m?moire de nos martyrs et bless?s. Nos jeunes fr?res et enfants ont ?t? le fer de lance de l?insurrection populaire qui a balay? le r?gime impopulaire et pr?dateur d?un clan. C?est une belle victoire, fruite de la conjugaison des efforts et de la d?termination. A pr?sent, sortons de l??motionnel pour entrer dans le rational afin de r?ussir la transition, oh combien d?licate. Les intelligences ne manquent pas au Burkina pour r?ussir ce pari, malgr? les nombreux pi?ges laiss?s par pr?s de 30 d?un syst?me de gouvernance, dont les aspects horribles appara?tront les jours ? venir. C?est le lieu d?inviter les vautours qui commencent ? descendre sur le Burkina de refaire leurs valises, car on ne les as pas vus porter secours au peuple en d?tresse et nous avons engag? les concertations pour une transition civile et d?mocratique. Alors qu?ils empochent leurs perdiem et retournent dans leurs tours d?ivoire.
    La neutralit? relative de l?arm?e a permis que le prix ? payer pour notre lib?ration ne soit pas trop ?lev?.
    La participation de l?arm?e ? l?assaut final, en contraignant l?ex-pr?sident ? la d?mission est ? saluer.
    Mon Lieutenant-colonel, vous demandez qu?on vous laisse travailler ? Eh bien, du boulot, il y en a :
    -emp?chez les voleurs du peuple de dispara?tre dans la nature ;
    -assurez l?int?grit? territoriale et la s?curit? des citoyens et de leurs biens ;
    -travaillez ? restaurer l?unit? et la coh?sion de l?arm?e.
    Si vous r?ussissez ce pari, le peuple, que vous connaissez suffisamment maintenant, chantera un hymne ? votre gloire.

  2. Pour le mariage pour tous le Burkina Faso n’a jamais imposer un cotat de 15 jours ? la France ou aux Etats Unis de l?galiser le mariage pour tous Le Burkina n’a pas donner 15 jours ? Lincoln pour l?abolition de l’esclavage! L?Am?rique n’est pas devenu ce qu’elle est aujourd’hui en 15 jours! Que l’on arr?te de se berner nous ne sommes pas les Etats Unis et nous sommes loin de l’?tre! Il fixe toujours le prix de nos denr?e et veux nous faire croire que nous sommes comme eux! Ceci est une utopie

  3. La graine de l’amour ne peut ?tre semer dans nos c?urs quand s’op?re dans le pays des r?glement de compte de vrai chasse aux sorci?res. Mais surtout un opposition avide de pouvoir et non lib?rateur! Saran qui soit disant sur un appel du peuple se d?clare pr?sidente! Zp?hirin qui dit de remettre le pouvoir au peuple mais pas ? Saran! Effectivement que Saran ne fait partir des classes politique mais qu’ils sachent tous que nous ferons un p?riode de transition de 90 jours avec a la t?te l’arm

  4. de quelle catastrophe parlez vous? si le fait qu’un peuple se soul?ve et mette fin ? un regime sanguinaire est pour vous une catastrophe, je ne sais pas ce que vous avez dans le cr?ne. de quelle majorit? parlez vous cette bande de criminels qui ont des crane humains chez eux? on leur a montr? o? se trouve la vraie majorit

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *