Les trois engagements de Michel Kafando

1556 111

C’est un discours qui, pour le moins, ne passera pas inaperçu. En attendant d’en voir l’application sur le terrain, le président de la transition au Burkina Faso Michel Kafando a pris trois engagements devant le peuple burkinabè, à l’occasion de sa prise de fonction, ce 21 novembre 2014.

Michel Kafando a dit avoir entendu le peuple et compris son voeu : « Plus jamais d’injustice. Plus jamais de gabegie, plus jamais de corruption. Tout nous conduit donc à prendre nos responsabilités et à répondre à cet appel ».

Régler les comptes avec les délinquants à col blanc. Cet engagement, Michel Kafando l’a pris depuis que son nom est annoncé pour prendre la tête de la transition. Dans le discours du 21 novembre, il fait une confidence. « Toute ma vie, je me suis toujours fait une haute idée du respect du bien public et milité pour l’avènement d’une vraie justice sociale ».

Raison pour laquelle il a donné rendez-vous « bientôt (…) avec ceux qui ont méprisé cette justice et qui pensent qu’ils peuvent impunément dilapider les deniers publics », parce que Michel Kafando entend « ramener la morale à la première place dans l’exercice du pouvoir politique ».

Voici « le Panthéon des martyrs de la Révolution ». De nombreuses personnes sont décédées lors des évènements des 30 et 31 octobre 2014. Michel Kafando s’est incliné, après avoir demandé une minute de silence en leur mémoire.

 Puis, il change le nom du Monument au Héros nationaux, qui trône sur la route du Palais de Kossyam et érigé sous Blaise Compaoré : « Panthéon des martyrs de la révolution ».

Le monument aux héros nationaux, désormais "Panthéon des martyrs de la Révolution"
Le monument aux héros nationaux, désormais “Panthéon des martyrs de la Révolution”

Pourquoi ? « Nous allons donc faire entrer dans ce panthéon, nos valeureux martyrs en lieu et place des héros qui n’y ont jamais séjourné », déclare Michel Kafando, dont le discours prend, à ce tournant, des accents poétiques : « Héros à la fleur de l’âge, fauchés pour que triomphe la liberté au Burkina Faso, entrez dans votre sanctuaire. Vous tous qui dormez maintenant dans l’ombre, entrez dans votre sanctuaire. Entrez et reposez en paix ».

A la recherche du corps du président Thomas Sankara. C’est cet engagement qui a le plus été applaudi. Michel Kafando a pris la décision d’autoriser l’identification du lieu de sépulture de l’icône de la Révolution d’Août 1983 (qu’il a d’ailleurs citée, tout comme le lieutenant-colonel Isaac Zida, le 16 novembre dernier) et qui a été et est la mauvaise conscience et le boulet du régime de Blaise Compaoré.

« Au nom de la Réconciliation nationale, j’ai aussi décidé, par le fait du prince, que les investigations pour identifier le corps du président Thomas Sankara, ne seront plus assujetties à une décision de justice, mais seront du ressort du gouvernement. Et d’ores et déjà, aujourd’hui même, à  cet instant même, cette autorisation est accordée », déclare le nouveau président du Faso.

Un discours qui vaut cahier de charges et que nombreux doivent être sans doute les Burkinabè qui  attendent son exécution dans les 12 mois impartis à la transition.


Ecoutez le discours

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/178030013″ params=”auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true” width=”100%” height=”450″ iframe=”true” /]

Lisez un extrait du discours

Je suis très heureux de vous accueillir aujourd’hui à l’occasion de cette cérémonie de passation de charges. Vous êtes chez vous dans cette terre libre et éternelle du Burkina Faso.

Nous revenons de loin. Il y a seulement trois semaines, ce lieu si  calme où nous sommes joyeusement réunis a été témoin de l’insurrection populaire qui a ébranlé notre pays. Jamais au cours de sa longue histoire, le Burkina n’a été confronté à une aussi tragique et douloureuse épreuve.

Jamais depuis que nous sommes indépendants, nous n’avons été  au devant d’une situation qui, sans le secours de Dieu, nous aurait mené tout droit au cataclysme. Le bilan lui-même est parlant. Des vies humaines fauchées en pleine jeunesse, de très nombreux blessés, des maisons incendiés, des biens pillés et par-dessous tout, cette psychose et ce traumatisme dont nos vaillantes populations sont à jamais meurtries.

Nous payons ainsi les errements et l’aveuglement d’un système qui, jusqu’à l’entêtement, a refusé de regarder la réalité en face. Cette révolution n’est que la résultante d’une exaspération sociale face à l’injustice flagrante, au népotisme,  à l’impunité et à la corruption.

Voilà un pays modeste et humble, dont la simplicité de  vie des populations aurait pu en faire un modèle de  développement homogène et égalitaire. Tel était au demeurant l’idéal prôné par la Révolution de 1983. En lieu et place, 30 ans après, nous assistons à un saut qualitatif et surtout quantitatif, brusque, pourvoyeur de richesses inexpliquées, de privilèges indus, d’avantages oligarchiques.

Le message du peuple est clair et nous l’avons entendu : plus jamais d’injustice. Plus jamais de gabegie, plus jamais de corruption. Tout nous conduit donc à prendre nos responsabilités et à répondre à cet appel.

C’est dire que les actions que nous engagerons dès l’entame de notre mandat, seront essentiellement centrées sur ce que nous considérons comme un mandat impératif.

Toute ma vie, je me suis toujours fait une haute idée du respect du bien public et milité pour l’avènement d’une vraie justice sociale. L’on comprendra pourquoi, avec ceux qui ont méprisé cette justice et qui pensent qu’ils peuvent impunément dilapider les deniers publics, nous règlerons bientôt les comptes.

En un mot, nous entendons ramener la morale à la première place dans l’exercice du pouvoir politique.

Excellence, Mesdames et messieurs,

Au moment  où se tient cette cérémonie de passation de charges, je tiens à rendre un hommage appuyé au Chef de l’Etat sortant, le lieutenant-colonel Isaac Zida, lui et son équipe, pour leur sens élevé des responsabilités et du devoir patriotique, qui a permis à notre pays d’échapper au chaos.

Je rends hommage aux partis politiques, aux organisations de la société civile, aux forces de défense et de sécurité, aux autorités religieuses et coutumières pour leur précieuse contribution dans la préservation de la paix et de la stabilité dans notre pays.

Je rends enfin hommage aux femmes et à la jeunesse burkinabè qui ont œuvré avec détermination pour qu’advienne le changement. Leur conscience du devoir pour que s’instaure une société plus juste et plus solidaire a ouvert les portes d’un Burkina nouveau.

Je m’incline très respectueusement devant nos morts, les martyrs de la révolution. Ils sont rentrés dans l’histoire par la grande porte de l’héroïsme. La patrie leur sera reconnaissante.  Et donc, j’ai décidé leur dédier  le Mausolée des héros nationaux qui portera désormais le nom de « Panthéon des martyrs de la révolution ».

Nous allons donc faire entrer dans ce panthéon, nos valeureux martyrs en lieu et place des héros qui n’y ont jamais séjourné. Valeureux combattants tombés au champ d’honneur pour  que vive la liberté au Burkina Faso, entrez donc  dans votre sanctuaire.

 Héros à la fleur de l’âge, fauchés pour que triomphe la liberté au Burkina Faso, entrez dans votre sanctuaire. Vous tous qui dormez maintenant dans l’ombre, entrez dans votre sanctuaire. Entrez et reposez en paix.

Aux blessés, le gouvernement veillera à leur allouer les compensations nécessaires.

Au nom de la Réconciliation nationale, j’ai aussi décidé, par le fait du prince, que les investigations pour identifier le corps du président Thomas Sankara, ne seront plus assujetties à une décision de justice, mais seront du ressort du gouvernement. Et d’ores et déjà, aujourd’hui même, à  cet instant même, cette autorisation est accordée.

A tous les pays qui nous ont soutenus dans notre dure épreuve, le Burkina par ma voix vous dit merci !

A nos différents partenaires qui ont compris le sens de notre combat, nous disons merci. A tous les hommes épris de bonne volonté et de paix, nous disons merci.

Vive le Burkina Faso vaillant et éternel !

Vive la solidarité et l’amitié et les peuples !

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 111 commentaires

  1. Ma pri?re pr mon cher pays est que Dieu continue d`ecarter ts ceux qui ceux qui continueront de nuire ? la justice et au d?veloppement.

  2. je suis d’accord avec mon sieur KY Adams Frank Alain la transition consiste a remettre les choses telles que les institutions en marches et faire avancer les choses pouvant aboutir le scrutin du 2015.mais j’ai l’impression que les choses vont tres tres vites.on a d’autres choses a regler au cour de la transition, que l’affaire thomas sankara.c’est bien vrai qu’il y ait un monde de justice.merci.

  3. Tapsoba H, merci, nous sommes les internautes les plus farouches qui ont lutt? pour le maintien de l?article 37 et le non au referendum bidon : je suis un de vos lecteurs et vous me lisez tr?s souvent. Oui je suis d?un certain ?ge, et j?ai vu plus que vous depuis l?ind?pendance de notre pays. Disons un chat un chat, je connais mieux que vous, j??tais au c?t? d?Herv? Ouattara depuis la porte de Kossyam, j??tais a la place de la r?volution j?ai failli m?me tenir le micro pour le premier discours de Zida au c?t? de Kam, vous n?aviez pas ? me donner des exemples des biens faits de Zida, je suis plus pr?s de lui plus que vous le pensez, m?me si mes messages arrivent dans les sites avec un syst?me pas catholique je suis plus pr?s du c?ur de la situation nationale et rien ne m??chappe, alors je vous redis que l?alternance politique n?ira pas loin sans une restructuration radicale de la garde pr?sidentiel, et le BPN du CDP, le premier a ?cart? c?est Gibert Diendi?r?, ainsi le premier ministre Zida saura qui est le chef de l?arm?e selon notre constitution. Tapsoba, 99% des 16 millions de notre pays sont de mon avis comme ils etaient a peut pr?s de ce nombre a cautionn? votre lutte et la mienne pour le maintien de l?article 37 qui est l?arbitre entre un pr?sident pr?dateur et son peuple. Si ce n?est pas moi qui dit cette v?rit? afin que les choses soient en ordre, vous vous n?amuserez pas le dire. Nous avons ?t?s trahis pendant 27 ans par Gilbert et Blaise, l?occasion est venu de laisser un h?ritage de v?rit? et de transparence a notre jeunesse qui son affam? de l?alternance politique transparente. Diendi?r? doit laisser la place, si Zida est sinc?re la premi?re chose c?est de dire grand-fr?re Diendi?r?, il est temps que vous vous faites oubli? pour une bonne retraite honorable. Ce n?est pas le r?giment du camp Guillaume qui me dirait le contraire. Sans rancune Tapsoba H, mais ne laissons pas torpiller notre victoire pour une continuit? du r?gime Compaor

  4. Thomas sankara ces bien pour qil repose la ou il doit l’etre mem sil est mort de mort naturel.
    Et les autres crimes crapules dont :david ouedraogo, norbert zongo et autre, juge nebie …qi ont secouer le pays pendant +seur annees??
    Si la declaration fait part le chef de l’etat est appliqe d’ici la fin de la transition il n’aura plus personne d’eligible au burkina mem eux mem…

  5. Je ne sais pas pourquoi ce monsieur fait des promesses comme s’il etait en campagne electorale. En politique, il est tres facile d’haranguer une foule avec des engagements et des promesses mais la gestion pratique des problemes d’un Etat pourri comme le Burikina est tout autre. On peut faire un descours fort sans faire des promesses. Lui, il a failli en tenant ce discours. Je prie neanmoins le Tout Puissant afin qu’il reussisse sa noble mission pour le bonheur de ce grand peuple qui aspire ? des lendemains meilleurs

  6. Mich?le avec le respect que je te dois, je te prie de ne pas prendre le chemin de Blaise Compaor? qui ?tait que des mensonges et des trahisons avec des paroles donn?es qui ne se respectent pas. Ne promet pas au peuple affam? de la justice de ce qui infaisable. Tant que tu n?as pas mis hors-jeu Gilbert Diendi?r?, tu ne peux en aucun cas dans ce pays r?gler le probl?me des crimes impunis. Tant que Gilbert Diendi?r? t?l?guide le jeune Zida dans toutes les d?cisions des affaires de l??tat, Kossyam est encore tenu par Gilbert Diendi?r? et Djibril Bassolet, toi Mich?le a l?heure actuel n?est qu?un pr?sident en otage : Tu ne pourras faire quoi que ?a soit sur les crimes politique, ni sur la question de la tombe de Thomas Sankara tant que le chef des arm?e Traor?, Gilbert Diendi?r?, et Bassolet tiennent encore le pouvoir. Tous les acteurs de ce 15 Octobre 1987 ? 16h20 ne te laisseront pas les mains libres. J?ai toujours cri? dans mon coin l?injustice et l?impunit? du r?gime Compaor?, ceux-ci m?ont forc? ? connaitre le plus grand secret d??tat qui est la tombe de Thom et le nom du vrai meneur de la pr?sidence du Faso. Michel tu seras le deuxi?me Mandela du continent Africain si tu arrives a t??carter de Diendi?r? Gilbert et confirmer par un ADN que la tombe de Thom est vraiment le sien. Tu me connais et mon franc parl? qui m?a condamn? a ne plus se relever dans le r?gime de Blaise Compaor?, mais j?ai toujours dit ce qui va mieux pour le peuple et non ce qui est mieux pour un individu ou pour un clan. J?esp?re que ce message sera publi? et que tu le liras. Bonne chance.

  7. Le discours d?un pr?sident nouvellement ?lu est toujours ?mouvant, comme celui d?un pr?sident Fran?ais qui disait ?????moi X, je vous donnerai du miel et du lait, moi X, je d?velopperai le pays en un clin d??il, moi X, je ferai descendre le taux de ch?mage a zero, moi X j?augmenterai les salaires, moi X, je diminuerai les imp?ts : Tous ceux-ci n??taient que la fiction, comme celui du pr?sident de la transition Mich?le Kafando. Le Ch?mage en France est plus ?lev?, et le pr?sident est au plus bas des sondages. Tous les discours des pr?sidents nouvellement ?lus sortent de la fiction, ?a aussi c?est dans le jeu politique des rigolos Africains.

  8. Je ne me fais pas de souci. Il est un President en otage et il ne pourra pas ten ir parole car les acteurs des crimes sont au pouvoir. C’est le meme RSP qui gere le pouvoir actuellement et je doute fort que Diendere, Djibril, Salif Diallo, Zida etc…. Ne tombons pas dans la demagogie

  9. Le CSC a su dompt? notre site bien aim? qui est B24, nos messages qui vont ce qui est mieux pour le peuple sont sanctionn?s par le B24 tant dit que d?autres sites qui n?ont aucune subvention du CSC les publient ? volont? pour le bonheur du peuple. Vive la libert? d?exprim?, ? bas le CSC qui r?prime les sites faibles.

  10. Bonne arriv?e M. Le Pr?sident Kafondo !
    Belle allocution !
    Bravo pour le discours que j’esp?re n’est pas de facette.
    Aussi, oserais – je souhaiter que, quel que soit le contenu du canari politique, aussi pourri ou naus?eux soit-il, vous garderez le cap !
    Parce que, et sachez le bien, votre brave peuple, les hommes et femmes du pays des hommes int?gres vous observent avec tous les sens bien en alerte !
    En bon entendeur, bon boulot et que de courage je vous souhaite.

  11. belle analyse, belle vision mon frere! je sais maintenant que nous partageons les memes points de vue par rapport aux attentes de la population du gouvernement de transition. alors que j’etais sceptique a votre silence face a mon mail qui disait que les balayeurs seront tous balayes apres la dissolution des conseils de collectivites, je me redonne espoir. le burkina nouveau et tant attendu est en voie de renaissance.

  12. Je pense ke notre justice est pouri et corrompue dc laisser ces dossiers aux juges cest se foudre le doigt ds le nez en .avant mon presi les vaillants combattants vs soutiennent ke dieu benisse le faso amen

  13. Mich?le avec le respect que je te dois, je te prie de ne pas prendre le chemin de Blaise Compaor? qui ?tait que des mensonges et des trahisons avec des paroles donn?es qui ne se respectent pas. Ne promet pas au peuple affam? de la justice de ce qui infaisable. Tant que tu n?as pas mis hors-jeu Gilbert Diendi?r?, tu ne peux en aucun cas dans ce pays r?gler le probl?me des crimes impunis. Tant que Gilbert Diendi?r? t?l?guide le jeune Zida dans toutes les d?cisions des affaires de l??tat, Kossyam est encore tenu par Gilbert Diendi?r? et Djibril Bassolet, toi Mich?le a l?heure actuel n?est qu?un pr?sident en otage : Tu ne pourras faire quoi que ?a soit sur les crimes politique, ni sur la question de la tombe de Thomas Sankara tant que le chef des arm?e Traor?, Gilbert Diendi?r?, et Bassolet tiennent encore le pouvoir. Tous les acteurs de ce 15 Octobre 1987 ? 16h20 ne te laisseront pas les mains libres. J?ai toujours cri? dans mon coin l?injustice et l?impunit? du r?gime Compaor?, ceux-ci m?ont forc? ? connaitre le plus grand secret d??tat qui est la tombe de Thom et le nom du vrai meneur de la pr?sidence du Faso. Michel tu seras le deuxi?me Mandela du continent Africain si tu arrives a t??carter de Diendi?r? Gilbert et confirmer par un ADN que la tombe de Thom est vraiment le sien. Tu me connais et mon franc parl? qui m?a condamn? a ne plus se relever dans le r?gime de Blaise Compaor?, mais j?ai toujours dit ce qui va mieux pour le peuple et non ce qui est mieux pour un individu ou pour un clan. J?esp?re que ce message sera publi? et que tu le liras. Bonne chance.

  14. Amen. Je vous comprends et c’est plus logique. J’ai juste ?mis des inqui?tudes moi mais bon. Pour revenir sur l’article 37 (d?bat d?pass?), c’est la l?gitimit? du projet m?me et les acquis d?mocratiques qui ?taient en cause. Bref moi j’ai foi que la transition sera r?ussie. Du moins je l’esp?re

  15. Mr Mar?, d?sol? que le preniez ainsi, mais vous et moi savions tr?s bien de quoi est-ce que je parle… Rien ? voir avec une ethnie quelconque… Bref!!!
    Il faut que vous comprenniez quelques choses, Mr KAFANDO n’?tant pas menu d’une baguette magique, ne vous attendiez pas ? le voir transformer totalement le Burkina en l’espace de un an de transition SVP.
    Il fera ce qu’il pourra dans la limite de ses possibilit?s et s’en ira apr?s des ?lections libres, cr?dibles et transparantes, constituant le centre m?me de sa mission.
    Certes, il se doit d’agir selon la Constitution.
    La modification du fameux article 37 n’?tait-elle pas pr?vue dans la dite Constitution!???
    Mais cela n’a pas emp?cher au peuple de lui barrer la route.
    Alors c’est quoi la Constitution pour vous ch?r ami Mar?!!!???
    Pour ma part, je dis que la Constitution c’est d’abord et avant tout le respect de la Volont? du Peuple… Et si c’est bien notre Volont? ? tous de connaitre toute la v?rit? sur la mort de Thomas SANKARA, alors je crois que Mr KAFANDO ne s’est toujours pas encore ?gar? du droit ch?min et ce n’est pas une simple d?cision de Justice (une justice qui a elle-m?me besoin d’une tr?s bonne toilette) qui va l’emp?cher de respecter la Volont? du peuple.
    Alors, je pense que nous devons leurs accorder le b?n?fice du doute et attendre de voir ce qu’il en sera… Et si toutefois, ils venaient ? fallir ? leurs engagements, nous pourrions leurs indiquer la direction ? prendre pour se rendre au Maroc via Yamoussokro!!!
    Suivez bien mon regard!
    Que DIEU b?nisse le BURKINA.