Manifestations au ministère des transports: la version de Moumouni Dieguimdé

185 17

Le ministre des infrastructures, du désenclavement et des transports, Moumouni Dieguimdé, accompagné de « quelques-uns de ses spécialistes », a organisé une conférence de presse, ce dimanche 28 décembre 2014 pour éclairer l’opinion publique concernant les versions des faits avancées par les agents de son ministère notamment à l’origine des protestations contre sa nomination à la tête de ce ministère.

Le débat était houleux entre les journalistes et le ministre Moumouni Dieguimdé, ce dimanche 28 décembre 2014, au ministère des infrastructures, du désenclavement et des transports. Pour le ministre, s’il est aujourd’hui à la tête de ce ministère, « c’est par la grâce de Dieu. Je ne suis pas l’homme parfait, mais je veux servir, rien que servir ».

« Le Burkina se trouve dans une phase de transition. Et la transition, c’est un œuf. Elle peut réussir comme elle peut échouer. Il y a des pays plus forts que nous, tels que la Côte d’Ivoire, la République Centrafricaine, la Libye, qui ont eu des transitions ». Ceci est un extrait des propos avancés par Moumouni Dieguimdé pour justicier son attachement à la consolidation et au maintien de la paix au « Pays des Hommes intègres ».

Néanmoins, à écouter le ministre, la plupart des déclarations faites à son égard par les agents du ministère des transports ne sont pas loin de la vérité en tout cas. Même si ces informations s’avéraient toutes, est-ce que cela doit le « handicaper pour le restant de sa vie », nuire à sa participation au rayonnement des institutions du pays ou à la réussite de la transition ?

Parce que de toute façon, le ministre Moumouni Dieguimdé aurait été interpellé, arrêté mais relâché contrairement à ce qui a été dit et confirmé par des arrêtés que les journalistes tenaient, même si selon le ministre lui-même, « il n’y a pas de faux dedans ».

La condamnation en contradiction avec la Charte de transition…

En fait, il aurait été condamné à quatre mois de prison aux Etats-Unis, car il était mêlé dans une affaire d’aviation civile en rapport avec un certain « Air Dabia ». Mais qu’après son arrestation, faute d’un complot lié d’une manière ou d’une autre à la couleur de sa peau, le ministre dit avoir occupé plusieurs postes à l’international.

Après des témoignages entre autres du directeur général de l’aviation civile, Abel Sawadogo, Moumouni Dieguimdé, ancien syndicaliste, a nié toute idée de condamnation à son égard. Notez en outre que la condamnation est en contradiction avec l’article 15 de la Charte de transition qui stipule que les membres qui doivent conduire la transition soient dignes de moralité irréprochable.

En résumé, à le suivre, le ministre Moumouni Dieguimdé ne pense pas démissionner si facilement et espère « contribuer pour son pays ».

Noufou KINDO

Burkina24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Il y a 17 commentaires

  1. svp vou voule qoi m?me blaise est deja parti laise le gouver.trankil just pr 11 mois vrema je sui desole pr vos tou dabor c.est un burkinabe come toi et moi nil est parfait dan ce bas monde

  2. Mr le ministre j’ai rien contre vous mais je pense qu’avec un tel climat il vous sera difficile de travailler. C’est mieux de partir tranquillement. Avec votre ma?trise du secteur vous serez utile ? votre pays dans d’autres postes aussi valeureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre