Burkina : Le CDP revient à la vie

797 3

Après la première réunion de son secrétariat exécutif national (SEN) le 6 janvier dernier, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), ancien parti au pouvoir au Burkina, a organisé sa deuxième activité, deux semaines après la levée de sa suspension par le président Michel Kafando. Le parti se prépare pour les échéances électorales et est convaincu qu’il a des atouts.

Depuis les évènements des 30 et 31 octobre 2014, certains visages connus de la sphère du CDP avaient disparu des radars. Certains sont réapparus ce 17 janvier 2015 dans l’une des salles du Stade du 4-Août à Ouagadougou, à l’occasion d’une rencontre des secrétaires généraux des sections provinciales du parti.

D’anciens députés comme Fatoumata Diendéré ou Salam Dermé, d’anciens maires tels Marin Casimir Ilboudo ou Salia Sanou ou les anciens ministres Jean Bertin Ouédraogo ou Jérémie Tinga Ouédraogo ont assisté à la réunion qu’a convoquée le directoire du parti, le nouvel organe dirigeant du CDP.

Que devient Assimi Koanda ? Car, en effet, le parti de Blaise Compaoré n’est plus dirigé, du moins provisoirement, par le Secrétariat exécutif, mais plutôt par un « directoire ».

Son président, Léonce Koné, explique : « Nous avons, compte tenu des circonstances exceptionnelles créées par la situation politique, choisi de mettre en place une structure provisoire de direction du parti jusqu’au congrès qui va procéder éventuellement à un réaménagement de la direction. Dans cet intervalle-là, c’est le directoire du parti qui gère les activités du parti ».

Léonce Koné, président du directoire du CDP/ Copyright Burkina24
Léonce Koné, président du directoire du CDP/ Copyright Burkina24

Et que devient Assimi Koanda, le patron du SEN ? « Assimi Koanda est toujours secrétaire exécutif du parti, mais pour l’instant et avec son  accord, nous avons mis en place un directoire pour gérer le parti », répond Léonce Koné. Ce nouvel organigramme cache-t-il des dissensions au sein de la formation politique ? Léonce Koné répond que chaque parti en connaît, des dissensions.

Lire aussi : Vote des Burkinabè de l’étranger : Le CDP prendra acte si…

« Cela fait partie de l’essence même de la vie politique qui est confrontations d’idées, confrontations d’ambitions personnelles, confrontations de projets politiques», continue-t-il avant d’ajouter que  « nous essayons par le dialogue, par la concertation, pour ce qui nous concerne, de résoudre ces contradictions et d’avancer »

C’est donc en tant que nouveau patron (provisoire) du CDP que l’ancien secrétaire adjoint à la trésorerie de l’ancien parti au pouvoir a dirigé la rencontre de ce samedi. La relance des activités du parti, surtout centrées sur les échéances électorales, en sont le plat principal.

Foi. « Nous avons eu depuis les évènements d’octobre 2014, une relative suspension de nos activités Il s’agit de remobiliser à la fois nos structures, nos militants et nos sympathisants pour préparer avec eux les échéances électorales. C’est cela le but principal. (…) Nous voulons dans un climat de démocratie, de réconciliation nationale, autant que possible, avoir une activité politique citoyenne, républicaine et dans ce cadre affronter les échéances qui vont venir », détaille le président du directoire.

Le CDP pense-t-il pouvoir reconquérir la confiance des Burkinabè ? Léonce Koné y croit, pensant que ces derniers ne vont pas jeter le bébé avec l’eau du bain. « Le CDP, sa vie politique ne se limite pas au combat et aux contestations qu’il y a eu sur l’article 37, soutient-il. Le CDP  a participé à la vie politique du pays, il a dirigé ce pays pendant des décennies. Je pense qu’il a dans son actif beaucoup de choses qui sont positives  et nous avons toutes les raisons de penser que cette crise étant passée, nous pouvons à nouveau participer au développement du Burkina ».

Abdou ZOURE

Burkina24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Article similaire

Il y a 3 commentaires

  1. Reponse a l?internaute le Citoyen sur Zoodmail :????Merci le citoyen : Oui Fran?ois Compaor? un petit Voyou au P50 qui ?tait la mauvaise graine de la Famille Compaor? que je connais bien surtout le p?re Bila que j?ai eu de la consid?ration sans r?serve. CDP est ?gale ???Organisation pour la D?mocratie Populaire/ Mouvement du travail, ????ODP/MT???? dont nous ?tions des membres influents, ensuite la fusion Totale venu des Progressistes, ?????CNPP/PSD??? ensuite les D?mocrates r?volutionnaires, ????GDR??? les Lib?r?s socialistes ????PACT/LS???? les Mouvements pour la D?mocratie, ?MDS???? sans oublier les greff?s tr?s gourmands sans exp?riences ?????PDR, RSI, UDS, UDPB, GDP, RDDI/RDA. Toutes ces formations politiques ayant fusionn? ont accouch?e dans la douleur un CDP orphelin d?un vrai repr?sentant car le pouvoir ?tait dans les mains d?un homme complexe et qui tue quand il veut ou il veut, et c??tait ? prendre ou a laiss?. Par peur nous avons pris la d?cision de se form? en ?quipe derri?re l?homme fort de l??poque le capitaine Blaise Compaor? qui faisait peur a tout le peuple Burkinab? ? cause de ce 15 Octobre 1987 dont il a massacr? son fr?re d?arme Thomas Sankara et ses compagnons. Nous ?tions une bonne ?quipe avec des actions concr?tes et des bonnes actions que notre pouvoir entreprend par l?interm?diaire de notre repr?sentant Blaise Compaor? qui n?avait pas le choix de nous suivre, car nous faisons ce qui est mieux pour le peuple et non ce qui est mieux pour un individu. Nos r?alisations sont visibles, y compris la fiert? du peuple qui notre quartier Ouaga 2000. Malheureusement notre ?quipe a ?t? forc? de d?guerpir et laiss? la place a celui de Fran?ois Compaor? et ses charognards qui ont mis le pays dans la braise. Oui Fran?ois Compaor? doit ?tre traduit en justice pour crime contre le peuple Burkinab?. Mon fils le Citoyen, le monde est fait ainsi, et j?ai quitt? le navire le jour ou le valeureux Norbert Zongo a ?t? assassin? par ce qu?il disait la v?rit? comme moi. Depuis ce jour du 13 D?cembre 1998 je lutte ? ma fa?on pour une alternance politique et ?conomique de mon pays par la jeunesse qui est l?avenir du 21e si?cle. Les ?lections de 2015 au Burkina seront un test pour un nouveau Burkina en d?mocratie.

  2. Si vraiment vous voulez retaper votre parti a la conqu?te de la confiance du peuple Burkinab?, oublier les noms Assimi Kouanda, Achille Tapsoba, Alain Yoda, Anicet Ollo Pooda. Je fus parti des membres des formations politiques ayant fusionn? pour cr?er le CDP et quitter depuis ce 13 D?cembre 1998 ou mon ami et fr?re Nobert Zongo a ?t? assassin?. Depuis quelques ann?es ce parti a ?t? accapar? par des ?go?stes qui pensent seulement a leur gosier et non de ce qui est mieux pour le peuple, en se focalisant sur la corruption a ciel ouvert, l?injustice, l?impunit?, les crimes, les trafics d?armes, les achats de conscience pour r?gner. Si je vous conseille d??viter les noms dont je viens de citer ce n?est pas pour se venger, mais pour que vous ?vitiez de commettre les m?mes erreurs qui ont jet? notre beau pays dans l’ab?me de l’inconscience de la classe politique qui n’a qu’une seule pr?occupation demeurer au pouvoir pour jouir des d?lices du pouvoir. Jamais les Burkinab? ne se mobiliseront avec vous pour des v?ritables projets de soci?t? et des programmes de d?veloppement de notre cher pays : Mettez ceux qui ont aveugl? le pr?sident Blaise Compaor? de tripatouiller l?article 37 au rebut, et le peuple vous suivra. Les ?lections de 2015 sans les achats de conscience des Salia et autres, vous offrent l’occasion de porter nos choix sur des projets et programmes et non sur la lutte des personnes, c?est le moment de faire oublier les noms d?ASSIMI Kouanda, Alain Yoda, Achille Tapsoba, Anicet Ollo Pooda, mais, ?galement sur le bilan des candidats qui ne se limite pas au seul mandat, mais ?galement ? leur parcours. C’est pour cela que nous ne devons pas oublier tous nos fr?res et s?urs que nous avons perdu par la faute de certains hommes politiques qui devront ?tre sanctionn?s pour avoir introduit la violence suivis des morts dans notre beau pays. Certains paient d?j? leur part de responsabilit? en exile a Yamoussoukro et au Benin. Assimi Kouanda Alain Yoda, Achille Tapsoba, Anicet Pooda devront payer ?galement leur part, par la sanction souveraine du peuple. C’est aussi ?a la maturit? politique qui doit nous permettre de sortir des r?sultats de 27 ans du r?gime sanguinaire Du CDP et son repr?sentant Blaise Compaor

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *