Burkina : La phase II du programme « Béoog Biiga » objet d’un accord

917 0

Le ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, Samadou Coulibaly et le représentant résident de l’Organisation non gouvernementale Catholic Relief Services Cathwell (CRS), Moussa Dominique Bangré, ont procédé ce mardi 12 mai 2015 à Ouagadougou, à la signature du protocole d’accord relatif à la mise en œuvre de la phase II du programme « Béoog Biiga ».

La phase II du programme « Béoog Biiga » (Enfant de demain) a été financée à hauteur de 21,6 millions de dollars (environ 10,8 milliards FCFA) par le département de l’agriculture des Etats-Unis (USDA), pour la période Octobre 2014-Aout 2018.

Le projet touchera plus de 300.000 élèves, 80.000 membres de communautés et 3.700 enseignants dans plus de 800 écoles des provinces du Bam et du Sanmatenga.

L’objectif global de ce programme initié par l’ONG américaine, Catholic Relief Services Cathwell (CRS) consiste à améliorer la qualité de l’éducation de base, en particulier le savoir lire et écrire des élèves dans cette partie du Burkina.

Spécifiquement, il s’agira de mener des activités d’éducation à l’école (formations des enseignants, des administrateurs, distribution de matériels scolaires), des activités de santé scolaire (bonnes pratiques sanitaires et nutritionnelles), des activités de cantine scolaire, celles d’éducation à la communauté et un plan de suivi, évaluation, redevabilité et d’apprentissage.

Le premier responsable du ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MENA), Samadou Coulibaly et le représentant résident de CRS, Moussa Dominique Bangré, ont apposé ce mardi 12 mai à Ouagadougou, leur signature sur le protocole d’accord relatif à la mise en œuvre de la deuxième phase du projet.

Moussa Dominique Bangré a tenu à remercier « sincèrement » tous ceux qui accompagnent la mise en œuvre du projet, notamment les structures centrales et déconcentrées du MENA, les infirmiers, les médecins chefs de district, les autorités politiques et administratives de la région du Centre-Nord, les maires, les préfets et les associations d’élèves et de parents d’élèves.

(De Droite à Gauche) Le ministre Samadou Coulibaly, le représentant résident de CRS, Moussa Dominique Bangré et Jim Parys des USA. (©Burkina24)
(De Droite à Gauche) Le ministre Samadou Coulibaly, le représentant résident de CRS, Moussa Dominique Bangré et Jim Parys de l’USAID (©Burkina24)

Pour le ministre en charge de l’éducation nationale, Samadou Coulibaly, l’amélioration durable de la qualité de l’enseignement de base est « l’un des défis majeurs du MENA, d’ailleurs inscrit en lettre d’or dans la politique éducative du Burkina ».

Selon le représentant de l’USAID au Burkina Faso, Jim Parys, « étant une suite directe de la phase I, ce projet a une cible large et les objectifs à longs termes pourront être utiles pour l’ensemble des autres provinces du Burkina ».

La phase I du programme signée le 2 mai 2012 et achevée en 2014, selon le ministre Samadou Coulibaly, a permis d’avoir des résultats qui ont contribué à améliorer durablement l’environnement scolaire dans les écoles du Bam et du Sanmatenga.

Pour rappel, tout comme le précédent, ce projet a été développé par le CRS et le département ministériel du Burkina avec la participation d’acteurs sur le terrain et le financement a été obtenu du gouvernement américain grâce en partie à la mise en œuvre réussie de la phase I du projet.

Noufou KINDO

Burkina24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *