Ablassé Ouédraogo et Yamba Malick Sawadogo entendus par la gendarmerie

Yamba Malick Sawadogo, militant du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), a été entendu le 12 juin 2015 par la gendarmerie nationale puis relâché, a appris Burkina24 de sources sécuritaires. Ablassé Ouédraogo, président du parti « Le Faso Autrement » a également été auditionné ce 13 juin 2015 par la gendarmerie avant d’être relâché.

[Article mis à jour]

Yamba Malick Sawadogo a été entendu pour des propos qu’il a tenus lors d’une rencontre de la coordination des marchés et yaars du Mouvement pour le peuple et le progrès (MPP) du Kadiogo à la Maison du peuple à Ouagadougou le 10 juin 2015.

«Préparez vos fusils, vos munitions, vos couteaux pour accompagner Roch à Kosyam. Le MPP, c’est la force. Huit mois seulement après sa naissance, vous avez vu que Blaise a dû se réfugier dans sa belle-famille. Les lions, les serpents, les coqs… sont donc prévenus ».

Ce sont les phrases, publiées dans le journal L’Observateur Paalga, qui ont valu à Yamba Malick de s’expliquer, enregistrement à l’appui, auprès de la gendarmerie.

Il a ensuite été relâché le même jour. Certains militants du parti ont estimé que les propos, dits en mooré, ont été mal compris une fois traduits en français.

 Joint ce 13 juin au téléphone par Burkina24, l’intéressé confie que cette situation est en fin de compte positive car il lui permet de s’inscrire dans une « démarche pédagogique » afin que cela « ne se répète plus » car selon lui, ce sont des propos qui auraient « pu enflammer le pays ».

Ablassé Ouédraogo, président du parti « Le Faso Autrement », a été également entendu puis relâché ce 13 juin 2015 par la Gendarmerie nationale pour des propos tenus dans le magazine « Jeune Afrique ». Il y expliquait en effet avoir comme atouts principaux pour conquérir le fauteuil présidentiel, son ethnie et sa religion.

Ablassé Ouédraogo avait ensuite expliqué que le journal avait « tronqué » ses propos. Chose qu’a démentie la Rédaction de Jeune Afrique.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page