(en direct) Premier jour du « procès Guiro » : L’ancien DG des douanes plaide non-coupable

Le dossier considéré comme le plus « complexe » des assises criminelles, « dossier Ministère public contre Guiro Ousmane » s’est ouvert ce jeudi 18 juin 2015 devant la Chambre criminelle de la Cour d’Appel de Ouagadougou et est prévu pour prendre fin le 20 juin prochain par un verdict.

[Début du direct de la Cour d’Appel de Ouagadougou à 10h : Article régulièrement mis à jour]

L’ex-DG des Douanes, Ousmane Guiro, a commis un collectif d’avocats exerçant au sein de divers cabinets en l’occurrence SCPA Ouattara-Sory et Salambéré, SCPA Yaguibou et Yanogo et Me Nion.

10 h 50 min

Déjà, dès l’entame du procès, un des avocats de l’ex DG des Douanes, Me Paulin Salambéré demande et obtient une suspension pour la recomposition du nombre des membres présents de la Chambre Criminelle.

Il précise qu’au fait, selon les articles 5 et 10 de la loi applicable devant la Chambre Criminelle, cette dernière doit comprendre un représentant du Ministère public au lieu de trois et également un Greffier au lieu de trois.

Ensuite, Me Salambéré indique également que ni son client (Guiro), ni un de ses avocats n’a reçu d’avis ou de notification les informant sur le jour du jugement.

Malgré qu’il ait soutenu que c’est par la presse qu’ils ont pris connaissance de la date même du procès, le 1er Président de la Cour d’Appel, Jean Emile Somda, n’envisage pas reporter le procès Guiro.

Le procureur général, Laurent Poda, de son côté, profite de ces instants pour rappeler les circonstances même de la tenue des Assises Criminelles (du 15 au 30 juin 2015).

11h 30mn : Reprise du procès…

Il faut rappeler que la Cour retient contre Ousmane Guiro, trois principaux chefs d’accusation : Corruption passive, Enrichissement illicite et Violation à la réglementation des changes (Possession illégale de dévises étrangères énormes). 

L’on peut, par ailleurs, constater que six témoins de l’ex-DG des Douanes sont présents au procès. Ousmane Guiro plaide non-coupable sur les faits « Corruption passive » et « Enrichissement illicite » et plaide « ignorance » sur « Violation de la réglementation des changes ».

Il dit en effet ne pas reconnaître les faits qui lui sont reprochés et ignore les réglementations autour de la possession de devises énormes.

       12 h 50 min…

L’ancien Directeur général des Douanes affirme ceci : « La lutte contre la corruption était l’une de mes priorités« . Depuis 1983, je gardais des sous (…). J’ai préféré garder mon argent à la maison au lieu de la banque, par mesure de précaution… Je ne fais pas trop confiance au secret bancaire, surtout que je suis douanier. »

« (…) Je jure que si je fais mon travail, je le fais en toute honnêteté…Je jure que je n’ai jamais demandé un centime à quelqu’un contre un quelconque travail que j’ai fait« , ajoute l’accusé.

Habillé en boubou blanc et arrêté à la barre, Ousmane Guiro risque, selon les textes prévus par la loi, 10 à 20 ans de prison (si toutefois il est reconnu coupable de tous les chefs d’accusation retenus contre lui).

L’accusé a 30 ans de service. Il reconnaît par ailleurs que la cantine (environ 2 milliards FCFA) retrouvée dans la maison de son neveu, « constitue une somme importante« .

Des questions sont posées au sieur Guiro pour davantage comprendre comment il a pu accumuler toute cette somme d’argent qu’il a gardée à domicile. Une batterie de questions émanant aussi bien du Parquet que de l’Agent Judiciaire du Trésor.

M. Guiro tente d’y répondre. Et c’est en ce moment que le procureur général finit par marteler : « la légèreté avec laquelle il répond aux questions, moi ça me choque ». Mais à ce dernier, la Défense (le collectif d’avocats de Guiro) rappelle que c’est à lui qu’il revient de prouver que l’accusé a effectivement commis l’infraction de « corruption passive« , et non de vouloir que celui-ci démontre qu’il ne l’a pas commise.

Interrogé sur la provenance de ces liasses de billets, Guiro déclare qu’il recevait entre autres des primes au service, faisait de l’orpaillage, l’agriculture, recevait très souvent des cadeaux ou dons de la part des collègues, amis, collaborateurs, etc. surtout pendant des cérémonies ou fêtes musulmanes.

Procès suspendu de 13 h 45 min à 14 h 45 min…

15 h 30 min

Après une heure de pause, le procès du titulaire de maîtrise en Économie, devenu inspecteur des douanes puis dernièrement DG des douanes du Burkina, se poursuit toujours.

Cependant, bien avant la pause, notons qu’il a y eu plus d’une heure de débats et échanges sur le 2ème chef d’accusation retenu contre Guiro : l’enrichissement illicite.

Le collectif d’avocats commis, de ce fait, par le sieur Guiro se demande est ce qu’il est « techniquement » (selon les textes) possible de juger leur client sur la base du « seul et même corps de délit« , du même montant retrouvé. Ces avocats soutiennent que non !

17h : Les six témoins de l’accusé sont en train d’être écoutés individuellement

Il s’agit  de Savadogo Adama (DG actuel des douanes), Sanou Geneviève, Kaboré Laurent Blaise (Agent de la douane), Sam Jean Silvestre, Guiro Habibou (épouse de Guiro) et Guiro Assami.

Rappelons qu’Ousmane Guiro, avant la découverte des malles lui appartenant, touchait mensuellement plus de 400.000 F CFA. Les témoignages se poursuivent jusqu’à 19 h moins.

18 h 50 min

La femme de l’accusé, madame Guiro Habibou, après un long témoignage, demande pour sa part « tout simplement pardon » aux membres du jury et également au « peuple burkinabè« . Le procès a été suspendu pour une reprise effective ce vendredi 19 juin 2015 à partir de 9h.

Le Procureur général se prête aux micros de la presse.


 

Rappel

L’ancien patron de la Douane burkinabè avait été limogé en début d’année 2012, après la découverte de malles contenant près de deux milliards de F CFA et qu’il a reconnu comme étant ses biens.

Incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) puis libéré quelques mois plus tard pour raison de santé, le dossier avait paru être enterré aux yeux de nombre de citoyens puisque l’ex-DG s’est fait élire conseiller municipal de son village en 2012, sous la bannière de l’ex parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

A l’avènement de la transition après l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014, le Président Michel Kafando avait donc fait du jugement de ce dossier, le gage de sa volonté de lutter contre les crimes économiques.

Arrêté à nouveau, Ousmane Guiro devrait comparaître lors des assises criminelles du 4 au 18 mai, avant le report de ces dernières pour la mi-juin (du 15 au 30 juin 2015).

Noufou KINDO

Burkina 24


 

Lire:        ▶  DEUXIÈME JOUR DU PROCÈS GUIRO : L’ANCIEN DG DES DOUANES POSSÈDE 31 PARCELLES

Et aussi : ▶ DERNIER JOUR DU PROCÈS GUIRO : LES CANTINES APPORTÉES À LA COUR



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

75 commentaires

  1. A mon avis, je pense qu'il faut un autre proc?s apr?s celui l? consacr? sp?cifiquement sur un de ses propos insultant. Le fait de dire qu'il a pr?f?r? garder son argent ? la maison pour faute de confiance aux banques insulte la conscience du peuple et en plus devant un proc?s. Il faut que Guiro ?vite de croire qu'il est toujours au congr?s de CDP o? chacun peut se l?ver parler sans le moindre calcul. Je pense aussi que nos juges ont int?r?t dans situation ? valoriser en prenant un bon ?lan pour dire toute la v?rit? et sanctionner ? la hauteur de ses actes pos?s.

  2. Guiro mieux vaut de plaider coupable sinon. Tu vois que le cdp n’est plus au pouvoir Tu ne sera plus ?lu conseiller de ton village
    Si le cdp n’a pas honte comment un prisonnier peut ?tre illisible dans votre parti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page