Burkina : Des partis politiques contre la dissolution du gouvernement

Au moins trois partis politiques membres de l’ex-chef de file de l’opposition ont déclaré ce 16 juillet 2015 être contre une éventuelle dissolution du gouvernement.

Me Bénéwendé Sankara s’interroge

Burkina24

Deux partis politiques membres de l’ex-chef de file de l’opposition politique (l’UNIR/PS et le CNR/MS) et un nouveau-né de la classe politique dirigé par un ancien, le Burkina Yirwa d’Etienne Traoré, ont animé un point de presse ce 16 juillet 2015 pour appeler au respect des institutions issues de la Charte de la transition et à leur maintien.

Ils affirment ainsi leur opposition à la position donnée par une délégation de l’ex-CFOP au cadre de concertation de sages mis en place par le Président Michel Kafando pour régler la crise qui existe entre le Premier ministre Isaac Zida et le Régiment de sécurité présidentielle (RSP). Cette délégation a déclaré, en rappel, qu’elle prendra acte de la décision de la hiérarchie militaire de se retirer du processus de transition et d’entraîner ainsi la démission des militaires membres du gouvernement de transition.

Voir ▶ La mise au point de la délégation

Argument. Les animateurs du point de presse de ce jeudi ont argumenté leur position autour de trois conséquences majeures.

Pour eux, le retrait de la composante forces de défense et de sécurité du gouvernement, signataire de la charte de la transition, « rendrait caduque et pourrait compromettre le processus ». Le Pr Etienne Traoré indique en effet qu’en plus du gouvernement, il faudra aussi recomposer le Conseil national de la transition où siègent des représentants de l’armée. Il termine en rappelant que le processus de transition est tripartite et ne saurait par conséquent être réduit à deux composantes.

Ensuite, note Me Bénéwendé Sankara, la démission du Premier ministre et de ses frères d’armes militaires risquerait de compromettre  la tenue effective des élections prévues pour le 11 octobre 2015. Alors que, fait remarquer le Pr Etienne Traoré, la Charte contient « une sorte d’article 37 » qui empêche toute prolongation de la transition.

Vérité. Enfin, les partis politiques demandent au président Kafando de dire ce qui se passe entre le RSP et le Premier ministre Zida. « Pourquoi on a fait partir un ministre comme Moumouni Djiguemdé sur la base des faits et on ne peut pas faire partir les autres en disant au peuple, voilà la réalité ? », s’interroge Me Sankara avant d’ajouter : « Ou les faits sont avérés, fondés ou c’est de la machination. On ne peut pas se laisser embarquer dans des subterfuges ».

Du reste, les animateurs de la conférence de presse estiment que s’il y a eu des rumeurs de complot, il existe des voies légales de recours qui ne nécessitent pas forcément une demande de démission des militaires. « Que les juridictions appropriées s’en saisissent », déclare le président de l’UNIR/PS.

Pour l’instant, les trois partis politiques « non alignés » demandent le maintien du gouvernement, l’organisation des élections le 11 octobre 2015 et quant au sort du RSP et du Premier ministre Isaac Zida, le gouvernement élu pourra s’en charger.

Fissure ? Mais pourquoi ces trois partis ont-ils une position différente de celle donnée au Cadre de concertations ? Me Sankara répondra que le 12 juillet, un SMS du directeur de cabinet de l’ex-CFOP a informé certains partis politiques d’une « réunion de concertation préalable à la rencontre avec le comité de sages » pour le 13 juillet dans le bureau de Zéphirin Diabré.

Mais le Président de l’UNIR/PS déclarera à la presse qu’il ne s’y est pas rendu car ne connaissant pas « les tenants et les aboutissants » de cette rencontre, qui, du reste, selon lui, devrait se faire au sein du Cadre de concertations des partis politiques.

Faut-il désormais constater une fissure au sein de ce cadre ? Le président de l’UNIR/PS répondra par la négative.

Abdou ZOURE

Burkina24


Voir ▶ La mise au point de la délégation

Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page