L’ANC « exclue » du RESOCEL pour sa poursuite « d’un but politique et partisan »

596 4

La Coordination nationale du Réseau des Organisations de la société civile pour une Observation Citoyenne des Elections (RESOCEL) a tenu son assemblée générale ce samedi 22 août 2015. Cette assemblée extraordinaire, tenue le lendemain de l’adoption du code de bonne conduite par les différents acteurs, a été le lieu pour les premiers responsables de revenir sur les principes directeurs d’une OSC en excluant l’Alliance des consciences nouvelles consciences (ANC) de même que son premier responsable Marc Bonogo.

L’adoption du code de bonne conduite le vendredi dernier aura été à l’origine de l’organisation de l’assemblée extraordinaire du RESOCEL. La rencontre a permis aux participants de rappeler le rôle et la place d’une OSC dans une république.

Le Réseau estime qu’« une organisation de la société civile est créée pour le bien-être des populations et fonctionne dans le but de réaliser des objectifs de développement bien définis à travers des actions et stratégies. Elle ne poursuit pas un but politique partisan et ne soutient pas un programme politique ».

C’est au regard de cette vision et de « la poursuite d’un but politique et partisan » par l’ANC à travers les déclarations de son président Sibiri Marc Bonogo, qui viole « ses principes de neutralité et de crédibilité » que le RESOCEL a statué et décidé de son « exclusion » de la liste de ses membres.

Le réseau se base sur son principe selon lequel « toute organisation membre qui ne respecte pas les clauses du Protocole d’entente peut être exclue de la plateforme ». Les premiers responsables de la structure annoncent que les décisions adoptées lors de cette réunion se basent sur les Titres II, Article 4 du code de bonne conduite des OSC du Burkina Faso et article 8 alinéa 2 de la charte constitutive du RESOCEL.

A la suite de ce dernier développement, le RESOCEL invite de ce fait les acteurs de la société civile burkinabè surtout en cette période électorale, à se démarquer vivement des intérêts égoïstes et à œuvrer pour des élections équitables et fiables, gage d’une paix durable au Burkina Faso.

En rappel Sibiri Marc Bonogo avait animé une conférence de presse au cours de laquelle il a annoncé sa démission de la Fédération des étudiants et scolaires sankaristes (FEDES). Cette dernière a au cours d’une autre conférence de presse au siège de l’UNIR/PS déclaré avoir poussé Marc Bonogo à la démission au regard du but qu’il poursuivait à la tête de l’ANC qu’il dirige. 

Synthèse de Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *