Fonds commun genre fête ses 10 ans passés à faire renaître le sourire sur le visage des femmes

Dans le cadre de la commémoration de son 10e anniversaire, le Fonds commun genre (FCG) organise une série d’activités. L’ouverture d’un colloque et le lancement d’une foire ce mardi 10 novembre 2015 au Siao ont marqué le début des festivités.  Cet anniversaire, qui se célèbre sous le thème « 10 ans au service de l’égalité femme-homme »,  permet aux participants venus de la sous-région de se retrouver pour des partages et échanges de bonnes pratiques.

Après dix années d’expériences dans la mise en œuvre et l’accompagnement de projets pour la réduction des inégalités de genre, les membres du FCG et les partenaires nationaux bénéficiaires du FCG ont développé de multiples approches et outils  efficaces.

Cependant, ces approches et outils développés ne sont pas suffisamment connus ou capitalisés.  Pour  ce faire, le FCG à l’occasion de ce 10e anniversaire a décidé d’organiser un colloque et une foire.

Cette dernière qui se tient sous  le thème « capitalisation d’expériences et passage à l’échelle des meilleures pratiques de réduction des inégalités de genre » servira de  vitrine aux projets et initiatives en cours.

Plusieurs pays de la sous-région y participent, notamment le Mali, la Côte d’ivoire, le Niger, la République démocratique du Congo et le Sénégal. L’objectif  est de capitaliser les meilleures expériences et promouvoir les pratiques efficaces dans la promotion du Genre et la lutte contre les inégalités de Genre dans le contexte burkinabè.

Pour ces 10 ans,   docteur Edwige Adekambi Domingo, chef de file du FCG,  ne fait pas de bilan chiffré des actions du fonds. Elle demande plutôt de regarder les actions.

« Les ressources sont justes des intrants, ce que je vois ce sont les milliers de femmes qui  ont  le sourire. On vous donnera les chiffres au moment opportun. Ne regardez pas les chiffres, regardez les actions  !», fait-elle comprendre.

Cependant, des indicateurs selon Edwige montrent que dans la sous- région la situation est identique. « Parler du genre ramène à la femme parce qu’elles sont celles qui sont marginalisées bien que le genre se rapporte  aussi à l’homme. Dans cette perspective,  lorsque nous parlons de genre dans la sous régions, c’est ramener  les femmes au même niveau d’équilibre que les hommes ».

La ministre de la promotion de la femme et du genre, Bibiane Ouédraogo/Boni, marraine de la cérémonie,  dit apprécier l’action de Diakonia pour la promotion du genre et a émis le souhait que le pays soit aussi plus engagé.

Cette commémoration qui a débuté le 9 novembre prendra fin le 12 novembre par une activité sportive et une soirée gala.

Pour rappel, le Fonds commun genre est une initiative menée depuis 2005 par les partenaires techniques et financiers de l’Etat burkinabè et dont la gestion a été confiée à l’ONG Diakonia. Ce fonds a pour but de soutenir les organismes nationaux, œuvrant dans la promotion et le développement du genre au Burkina Faso.

Le fonds a financé 82 projets entre 2005 et 2015, pour un montant de plus de 3,10 milliards de FCFA au Burkina Faso. Les domaines ou activités financés portent sur les initiatives favorables à l’accès et au maintien des filles à l’école, la lutte contre les grossesses précoces et non désirées, de même que les initiatives privées et communautaires contre le VIH et le Sida.

Revelyn SOME

Burkina24



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page