Mandat d’amener contre Soro : « Méconnaissance des pratiques et usages diplomatiques », selon ses avocats

Les avocats du président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Kigbafori Soro, protestent contre le mandat d’amener lancé contre lui ce 7 décembre 2015 par Sabine Khéris, juge d’instruction au Tribunal de Grande Instance de Paris. 

Dans un communiqué parvenu à la rédaction de Burkina24, Maître Jean-Paul Benoît  et Maître Jean-Pierre Mignard, avocats à la Cour d’appel de Paris, Conseils de Guillaume Soro, déclarent s’élever contre ce mandat d’amener. L’un des arguments brandis se base sur le statut diplomatique de Soro.

« Il est, en effet, l’un des représentants officiels de la Côte d’Ivoire à la Conférence sur le climat (COP21) dûment mandaté par le Président de la République de Côte d’Ivoire et par l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire. Ce mandat est délivré en méconnaissance des pratiques et usages diplomatiques admis et reconnus », arguent les avocats.

Ils ajoutent, concernant le fond du dossier, avoir signifié à la justice française de la volonté du mis en cause de coopérer et que cette dernière a d’ailleurs « les documents nécessaires qui pouvaient lui manquer ». Du reste, toujours selon le communiqué, concernant la plainte de Michel Gbagbo,  les « faits allégués, minimes, restent à prouver ».

« Dans les limites des usages diplomatiques et dans ces limites seulement, il coopérera avec la justice française qu’il saisit de son côté d’une plainte en dénonciation calomnieuse contre Monsieur Michel Gbagbo et tous autres », termine le communiqué.

Si la justice française recherche Guillaume Soro, la raison est qu’il y a plus de trois ans, le 25 juin 2012, Michel Gbagbo, fils de l’ancien président Laurent Gbagbo avait déposé par le biais de ses avocats une plainte contre lui.

Michel Gbagbo avait été arrêté en même temps que son père le 11 avril 2011, avant d’être incarcéré à Bouna, dans le nord du pays, jusqu’en août 2013. C’est donc pendant sa détention que le fils de l’ex-président (dont la mère est française, et qui possède donc la nationalité française) avait porté plainte à Paris contre Soro et tous les autres chefs rebelles commandants de zones, les fameux «comzones», pour «enlèvement, séquestration, traitements inhumains et dégradants». La plainte avait été jugée recevable par la justice française en mars 2013.

Synthèse de Abdou ZOURE

Burkina24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page