Top 3 des offenses faites au drapeau national

1357 3

Le drapeau national est le symbole le plus important d’un pays. Fierté, dignité et honneur sont inscrits sur ce bout de tissu. La suprême offense à un ennemi, c’est de porter un geste déshonorant, quel qu’il soit, sur ces couleurs. A ce titre, respect et considération doivent être dus au drapeau national, particulièrement de la part ceux qu’il représente. Malheureusement, au Burkina, les offenses deviennent de plus en plus nombreuses à l’égard de ce symbole. Burkina24 en a répertorié trois, les plus récurrentes.

1 – Montée des couleurs en pleine descente

Montée des couleurs au Haut-comissariat des Hauts-Bassins le 7 juillet 2015 - © AIB
Montée des couleurs au Haut-comissariat des Hauts-Bassins le 7 juillet 2015 – © AIB

Le principe est établi que toute personne doit marquer un arrêt lorsqu’il est procédé à la montée des couleurs. Que ce soit dans une cour d’école, dans une enceinte administrative ou n’importe quel endroit où le drapeau est en train de rejoindre le sommet du mât (et lorsqu’il est rentré, d’ailleurs), tout citoyen dans les parages doit cesser toute activité et attendre la fin de l’opération.

Il ne s’agit pas d’une adoration mais plutôt d’un signe de respect pour le pays auquel l’on appartient. Mais le constat sur le terrain ? De nombreux citoyens ont peu  d’égard pour le drapeau et continuent de vaquer tranquillement à leurs occupations lors de ce cérémonial.

2 – Drapeau bafoué

L'état du mât du drapeau après le passage des élèves (capture d'écran RTB Télé)
L’état du mât du drapeau après le passage des élèves à Nagaré (capture d’écran RTB Télé)

Cet acte restera gravé pour longtemps dans les annales de l’histoire du Burkina. Des élèves du CEG de Nagaré  ont en effet déchiré le drapeau national dans le feu d’une furie inexplicable. Non contents de cela, ils s’en ont servi pour éponger leur sueur. En langage symbolique, ces élèves veulent déchirer leur pays et sont à le traiter moins qu’une vulgaire serviette.

Il reste à espérer qu’ils ne savaient  pas ce qu’ils faisaient.

3 – Couleurs nationales renversantes !

Président Kouda Salif (milieu) Vice pdt Roamba Issa (micro)
Les deux drapeaux derrière les conférenciers ne respectent pas l’agencement normal

De nombreux Burkinabè ont tendance à changer de nationalité. C’est ce qui arrive lorsqu’ils brandissent des drapeaux dont l’agencement des bandes et des couleurs ne désigne en rien le Burkina Faso. Parmi les multiples exemples, l’on peut citer ces curieuses couleurs derrière les membres du comité du « Haut conseil national des Burkinabè » en Côte d’Ivoire, lors de leur point de presse.

Pour leur gouverne, ils feraient mieux de se souvenir que le drapeau burkinabè est formé «de deux bandes horizontales, une rouge au-dessus et une verte au-dessous. Au milieu se trouve une étoile jaune  à cinq branches ».

A bons citoyens, salut !

Rassemblés par Abdou ZOURE

Burkina24


Vous avez remarqué d’autres comportements anormaux à l’égard du drapeau national ? Répertoriez-les dans la rubrique “commentaire”.


Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *