Procès du putsch manqué : Des retraits et une expulsion de la salle des banquets

729 0

Le Président de l’Association des parents des victimes du coup d’Etat manqué, Boubakar Yelnogo, a été expulsé de la salle des banquets ce 30 mars 2018, pendant que le procès se poursuivait, avant d’être suspendu pour être repris ce samedi 31 mars 2018. 

11h 40. C’est l’heure à laquelle le Tribunal refait son entrée dans la salle d’audience après une brève suspension. Le Président du Tribunal annonce que sa juridiction n’a pas accédé à la demande de renvoi d’audience voulue par la défense.

Le Tribunal s’est ainsi opposé à la requête des avocats de la défense et annonce la poursuite de l’audience. Face à cette décision du juge militaire, des avocats de la défense se retirent de la salle. « Désolé, monsieur le Président !… Nous avons décidé de nous retirer », lance l’un des avocats, Me Bonkoungou.

« Passez s’il vous plaît par l’autre porte. Vous entendez ? »

Mais au moment où une bonne partie de la défense se retirait, un cri retentit dans la salle des banquets : « Hé ! Hé ! Hé ! Allez-y. Allez-y ». Il s’agit de la voix du Président de l’association des victimes du coup d’Etat manqué, Boubakar Yelnogo. Il n’a pas pu retenir ses émotions face au retrait des avocats de la défense. Il sera expulsé de la salle, après ordonnance du Président du Tribunal. Une vingtaine d’autres jeunes, venus pour assister au procès, quittent également la salle et le rejoignent dehors.

« Passez s’il vous plaît par l’autre porte. Vous entendez ? », ordonne le juge militaire. L’audience se poursuit sans ces derniers et avec seulement cinq avocats de la défense dont Me Alidou Ouédraogo, Me Issiaka Zampaligré, Me Mamadou Sombié, Me Mahamadi Sawadogo et Me Ouattara.

Une fois hors de la salle d’audience à moitié presque vide, des membres de l’association des victimes du coup d’Etat ont annoncé une conférence de presse pour demain 31 mars 2018.

Quant au procès, il s’est poursuivi avec la citation à comparaître de neuf prévenus dont Fatou Diendéré, Alima Bougouma , Yacouba Kinda. Ces 9 personnes sont sommées de se présenter dans un délai de 10 jours à compter de la date d’affichage de la note par le Tribunal.

Après une suspension d’une heure, le procès du putsch manqué se poursuit depuis 13h30 avec la lecture de l’arrêt de renvoi. Il sera dit ce pour quoi sont poursuivis tous les 84 accusés dans l’affaire de la tentative de coup de force de septembre 2015.

Rendez-vous samedi

A la reprise du procès à 13h 30, il a été procédé à la lecture de l’arrêt de renvoi. Jusqu’à 17h, celle-ci n’avait pas pris fin.

Le président du tribunal a décidé de la suspension «pour raison de sécurité ». La séance reprend le samedi 31 mars à 9h avec la suite de la lecture de l’arrêt de renvoi et l’examen des demandes de mise en liberté.

Noufou KINDO et Ismaël Ignace NABOLE

Burkina24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

APPEL A CANDIDATURES

Posté par - 10 janvier 2017 0
Le Président de l’Université Ouaga II informe le public de l’ouverture de tests pour le recrutement pour l’année universitaire 2016-2017,…

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *