Planification santé en 2018 : Revue à mi-parcours du PNDES

813 0

Les textes portant création, attribution et fonctionnement du dispositif de suivi et d’évaluation du PNDES 2016-2020, prévoient la tenue de la revue sectorielle annuelle et la revue à mi-parcours en vue d’examiner et de porter un regard analytique sur les performances de chaque secteur de planification afin d’engager des actions fortes pour le futur. Les membres statutaires du cadre sectoriel de dialogue (CSD) santé font le bilan à mi-parcours de 2018 ce lundi 30 juillet 2018 à Ouagadougou.

Le Plan National de Développement Économique et Social (PNDES) est le référentiel national des interventions de l’Etat et ses partenaires sur la période 2016-2020. Un cadre sectoriel de dialogue (CSD) a été mis en place au niveau de chaque secteur de planification, pour assurer la coordination, le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre du PNDES.

Le CSD du secteur de planification santé contribue à la mise en œuvre du PNDES à travers l’axe stratégique « le développement du capital humain » dont l’objectif est de promouvoir la santé des populations et accélérer la transition démographique. Il regroupe les ministère de la santé, de la femme, de la solidarité nationale et de la famille et de l’agriculture et des aménagements hydrauliques.

Lire également : Planification santé : Revue à mi-parcours du PNDES

Dans le but d’apprécier les performances à mi-parcours du secteur de planification santé de l’année 2018, 3e année de la mise en œuvre du PNDES, une rencontre est organisée ce lundi 30 juillet 2018 à Ouagadougou.

Le ministre de la santé, Nicolas Méda, a rappelé que dans le cadre du secteur de la santé, trois résultats étaient attendus. Il s’agit de la couverture sanitaire, la transition démographique et la nutrition de la femme, de l’enfant et de la mère.

Les membres statutaires du cadre sectoriel de dialogue (CSD) santé font le bilan à mi-parcours de 2018

Selon Nicolas Méda, ce sont 16  mesures qui étaient prévues pour cette année 2018. Il a fait savoir que sur chacune des mesures,  il y a eu des avancés. Par contre, il reste insatisfait. Il a pris l’exemple en ce qui concerne l’accélération de la transition démographique avec la gratuité de la planification familiale.

« Nous sommes à la moitié du budget nécessaire pour déclarer cette gratuité », a expliqué le ministre de la santé. Ainsi, pour ce qui concerne les défis, il a fait savoir qu’il faut de l’accélération tant pour la couverture sanitaire universelle, la transition démographique et l’état nutritionnel.

Jules César KABORE

Burkina 24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *