Terrorisme au Burkina: « Il ne fallait pas dissoudre le RSP » (Diendéré)

2214 4

La première journée de l’interrogatoire du Général Gilbert Diendéré a été consacrée à la narration de sa version des faits. Le prévenu n’a pas hésité à tirer à boulets rouges sur l’ancien Premier ministre, Yacouba Isaac Zida. Il s’est également prononcé sur les attaques terroristes.

C’est dans une Salle des Banquets pleine à craquer que le Général Gilbert Diendéré a entamé sa défense ce 26 novembre 2018. Selon lui, Yacouba Isaac Zida a tout fait pour aboutir à la dissolution de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP). Le mis en cause a eu largement le temps pour justifier ses dires.

Le Général Diendéré a commencé par les contextes qui ont précédé les évènements. A écouter cet Officier militaire, le 31 octobre 2014, le Lieutenant-Colonel Yacouba Isaac Zida, alors Chef de Corps adjoint, a mis en place « un dispositif sécuritaire défaillant », ce qui aurait permis aux manifestants de s’approcher du Palais présidentiel.

50 millions distribués à des responsables d’OSC ?

« Envoyé en mission à la Place de la Nation, Zida est allé avec d’autres idées. Quand il a reçu la déclaration de démission du Président Blaise Compaoré, il l’a lue et il a été vu comme le sauveur. Il a été porté en triomphe. Il avait sur lui 50 millions de FCFA qu’il a distribués à des responsables d’Organisations de la société civile (OSC), une somme destinée à la mission du RSP à Bobo, pour la fête des Forces armées nationales prévue pour le 1er novembre 2014 », se rappelle Diendéré.

Le 27 novembre 2014, Le Président Michel Kafando l’informe qu’il sera déchargé de la tête du Chef d’Etat-major particulier de la Présidence du Faso. « Je lui ai dit qu’il n’y a aucun problème et qu’il pourra me faire appel dès qu’il aura besoin de moi. C’en est suivi une vague d’affectations d’une dizaine d’Officiers du RSP à leur insu », a indiqué l’accusé.

La goutte d’eau qui a pu faire déborder le vase, selon le Général Diendéré, c’était lors de la commémoration de l’assassinat de Norbert Zongo quand Isaac Zida a annoncé la dissolution future du RSP.

« Michel Kafando avait peur de son Premier ministre »

« C’est ce qui a conduit à un mouvement d’humeur le 30 décembre 2014 », a-t-il fait savoir. Toujours selon le « Père spirituel » de l’ex-RSP, une fois à la tête du pouvoir, Zida a souhaité que les éléments du RSP abandonnent leur tenue spéciale et les activités du Corps avaient également été suspendues.

« Les jeunes m’ont dit qu’ils souhaiteraient que je revienne à la tête de l’Etat-major particulier de la Présidence parce qu’ils voulaient travailler », foi du Général Diendéré. A l’en croire, le Président Kafando ne contrôlait pas la situation.

« Le Président Michel Kafando nous a dit que s’il savait que c’était comme cela, il allait refuser d’assurer la tête de la Transition. Il a dit que son Premier ministre, Yacouba Isaac Zida, prenait des décisions à son insu. Et qu’il a tout fait pour l’empêcher de rencontrer les Chefs militaires. Mais, là, je suis tombé des nues », a déclaré le Général Diendéré qui ajoute avoir remarqué que « Michel Kafando avait peur de son Premier ministre ».

Considéré comme le libérateur d’otages des griffes d’Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), le Président proclamé du CND s’est par ailleurs prononcé sur les attaques terroristes notamment au Burkina Faso.

« Il y avait une envie de me liquider »…

« Le RSP n’était pas la seule unité antiterroriste, mais il ne fallait pas le dissoudre, parce que c’était un maillon important de la lutte contre le terrorisme. C’est ce que j’avais dit à l’époque. J’avais même pris l’exemple du Mali voisin où ils étaient en train de parler de béret rouge et de béret vert. Et les terroristes en ont profité. Je ne pense pas qu’aujourd’hui ils parlent de béret rouge ou vert. C’est presque la même situation que nous vivons. On a qualifié le RSP de milice ou d’armée dans une armée. Mais, de nos jours, c’est pire », a-t-il dit.

Dans son speech du jour, le Général Diendéré a soutenu que « c’est Zida qui semait le désordre » : « L’ancien PM a proposé 17 milliards pour la sécurité des élections de 2015… Il y avait une envie de me liquider parce que je gênais ceux qui étaient à la tête de la Transition. Zida a même donné 25 millions au Sergent Compaoré pour qu’il empoisonne ses camarades… Pendant que Michel Kafando louait un avion pour aller à Bamako, Zida se promenait hors d’Afrique avec le Pic du Nahouri »…

Lire aussi : Général Diendéré : « Zida voulait que l’armée suive sa volonté »

Noufou KINDO et Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

There are 4 comments

  1. DJIGUIMDE FAHROUDINE |

    Si ce que le général dis est vrai je suis parfaitement d’accord avec lui.

  2. Je suis pas parfaitement avec le general la mission du RSP car ils terrorissaient le people ils avaient trop de pouvoir donc c’est le solution ideal on peux creer une force speciale pour combattre les terrorist

  3. Je suis pas parfaitement avec le general la mission du RSP car ils terrorissaient le people ils avaient trop de pouvoir donc c’est le solution ideal on peux creer une force speciale pour combattre les terrorist

  4. DJIGUIMDE FAHROUDINE |

    Si ce que le général dis est vrai je suis parfaitement d’accord avec lui.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *