Statue de Thomas Sankara : Des corrections annoncées dans un délai de deux mois

800 0

Depuis le samedi 2 mars 2019, après le dévoilement de la statue géante en hommage au Capitaine Thomas Sankara, par le manque de ressemblance avec celui-ci, nombreux ont été les Burkinabè à s’en offusquer. Le lundi 4 mars 2019, le Comité international pour le mémorial Thomas Sankara (CIM-TS) a présenté ses excuses après avoir reconnu que l’œuvre dévoilée ne reflète pas le visage du Capitaine Sankara.

« Le Comité mémorial Thomas Sankara présente tout d’abord ses excuses pour les insuffisances constatées. A l’endroit de tous ceux qui sont choqués par le manque de ressemblance de la statue avec les traits du Président Thomas Sankara, nous demandons pardon. Nous demandons pardon au Président du Faso, nous demandons pardon au Parrain, nous demandons pardon aux parents des victimes, nous demandons pardon aux populations du Burkina Faso, d’Afrique et du monde ».

C’est par ces mots que le colonel Luc Damiba, secrétaire général du Comité international pour le mémorial Thomas Sankara (CIM-TS) a présenté les excuses du CIM-TS. Le Comité dit apprécier surtout la grande vigilance de toutes les personnes qui ont constaté le manque de ressemblance et qui ont formulé des conseils à leur égard. Mais même si excuses il y a, des questions demeurent. Comment et pourquoi une œuvre « inachevée » peut être dévoilée officiellement ?

Lire 👉 Thomas Sankara « renaît » au Conseil de l’Entente

Selon Luc Damiba, la statue du Président Sankara est une commande publique qui date avant le début du projet du mémorial Thomas Sankara. Elle a été prévue pour être installée dans un carrefour important de la ville de Ouagadougou. Le ministère public a réceptionné et rétrocédé au Comité. « Une fois reçu, explique le secrétaire général du CIM-TS, nous étions très conscients qu’il fallait faire des améliorations. Nous sommes très conscients qu’une partie de la statue ne ressemble pas à notre héros. Nous rappelons à l’opinion qu’il s’agit d’une œuvre provisoire ».

Et, poursuit-il, c’est dans le souci de faire coïncider l’ouverture du site du mémorial et l’hommage au président Thomas Sankara avec la commémoration du cinquantenaire du FESPACO que « la statue a été dévoilée provisoirement ». Aussi promet-il, « l’œuvre finale reflétera naturellement et fidèlement le visage, les traits du héros que nous aimons tous. Nous avons bien noté les exigences du peuple ». Partant, dans un délai de deux mois, des corrections seront apportées par le CIM-TS qui « endosse l’entière responsabilité de son achèvement ».

Nathalie Yamb a, au nom de l’ancien président ghanéen Jerry Rawlings, remercié le CIM-TS pour le travail déjà abattu. Selon elle, le « buzz » qui a été constaté après le dévoilement de la statue de Thomas Sankara « est une preuve d’amour ».

Vidéo – Revivez la conférence de presse en intégralité

Burkina 24

Mais l’amour, ce n’est pas seulement dans les mots. C’est aussi dans les actes. « Nous appelons tous ceux qui éprouvent de l’amour ou de l’admiration pour Thomas Sankara, à mettre la main à la poche pour contribuer à la réalisation de ce mémorial. Il ne s’agit pas seulement de critiquer sur les réseaux sociaux, mais il s’agit de s’impliquer concrètement dans la réalisation de cette œuvre », a fait savoir  Nathalie Yamb.

Pour sa part, l’ancien Président ghanéen a indiqué avoir eu « les mêmes impressions que tout le monde ». Dans la même lancée que ceux qui se sont offusqués, Jerry Rawlings a fait savoir qu’il faut « refaire » jusqu’à ce qu’elle ressemble à Thomas Sankara. 

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Il y a 1 commentaire

  1. Nous voulons que la mémoire du juste soit juste pour cela une statue digne de son image serai une justice pour sa mémoire abas l’approximative vive le vrai sankara.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre