Grand prix de l'inclusion

Grand prix de l’inclusion (handisport) : Yacouba Tapsoba vainqueur de la 3e édition

325 0

La troisième édition du Grand prix de l’inclusion s’est disputée le samedi 6 juillet 2019 sur l’Avenue Bassarwarga de Ouagadougo. Tapsoba surnommé Armstrong a remporté cette édition devant 17 autres concurrents.

Grand prix de l'inclusion remporté par Yacouba Tapsoba
Yacouba Tapsoba (jaune) a attendu la dernière minute pour se détacher.

Promouvoir les personnes handicapées et travailler à leur inclusion. C’est l’objectif que s’est fixé l’artiste chanteur et humoriste Ali Traoré dit Ali Ponré Premier. Avec son handicap qu’il assume parfaite et manifeste à travers l’autodérision dans ses sketchs, Ali Ponré Premier travaille à l’inclusion des personnes comme lui. C’est ainsi qu’il organise depuis trois ans le Grand prix de l’inclusion. Il s’agit d’une compétition cycliste pour les personnes souffrant d’un handicap.

En face du palais du Mogho Naba, chef des Mossi de Ouagadougou, les personnes souffrant d’un handicap se sont mobilisées donc pour soutenir la thématique de l’inclusion sociale prônée par l’initiateur. Comme chaque année, c’est à travers une course cycliste que ces « handi-capables », rivalisent. Les différents concurrents devaient parcourir 15 km.

Top départ de la course
Le promoteur Alain Ponré premier ses amis et des cyclistes professionnels ont pris un départ fictif.

A ce jeu,  c’est Tapsoba plus connu sous le pseudonyme d’Armstrong qui a ravi la vedette à tous. Avec 2,5 km à parcourir six fois, Tapsoba a d’abord laissé son principal concurrent dominer la course avant de se détacher à deux tours de la fin. Il franchira la ligne en solo. « J’ai constaté que personne ne pouvait me suivre alors j’ai filé », confie Yacouba Tapsoba. Cette victoire est un véritable cri de cœur pour le vainqueur. Il dénonce le manque de compétition pour les personnes handicapées.

Le cri de cœur du vainqueur

« Ali Ponré a bien imaginé cette compétition. Il faut que d’autres promoteurs pensent au handisport. J’ai tourné dans beaucoup de pays de la sous-région où nous Burkinabè étions les meilleurs. Il faut qu’on aide à franchir un cap. Nous n’avons que le championnat et cette compétition de Ali Ponré premier pour nous exprimer », lâche-t-il amer.

Pour prendre part au grand prix de l’inclusion, Yacouba Tapsoba a mis en place une séance d’entrainement spéciale. Pendant presqu’une dizaine de jours, il s’est entraîné sur 30 km alors que cette compétition se dispute sur 13,8 km. Le temps mis est de 28’41s soit une vitesse moyenne de 29,57 km/h.

Grand prix de la combativité
Le prix de la combativité est revenu à Amadou Sawadogo.

Quant au promoteur Ali Ponré premier, l’objectif est atteint à travers la mobilisation en elle-même uniquement. « Il y avait l’adhésion de plusieurs partenaires et cette édition me comble, explique-t-il. Mais l’objectif est d’organiser une course dédiée aux personnes en situation de handicap venant de partout d’Afrique ».

Pour le promoteur, cette compétition devrait amener la société à comprendre que les personnes souffrant de handicap peuvent surpasser leur mal. Il estime aussi qu’ils ont leur place et leur rôle  à jouer dans la société.

Avec plus de soutien, cet objectif peut être atteint.  Le troisième grand prix de l’inclusion est parrainé par Omar Yugo, président de la Fédération burkinabè de karaté do. « Il faut retenir que la solidarité est nécessaire dans notre pays envers les personnes handicapées mais toute la population démunie», soutient Yugo.

Yacouba Tapsoba remporte le 3e Grand prix de l'inclusion des personnes handicapées
Yacouba Tapsoba pense pouvoir représenter le drapeau du Burkina sur le continent

Yacouba Tapsoba, vainqueur de la compétition remporte en plus du trophée, une moto pour personne handicapée, 300 mille francs CFA et des gadgets. Thierry Paré est deuxième de la compétition. Il arrive devant Lassani Gasbeogo (3e), Jean Sawadogo (4e) et Appolinaire Traoré.

Le prix de la combativité est revenu à Amadou Sawadogo qui a roulé avec une seule main. 17 coureurs ont pris part à cette troisième édition du Grand prix de l’inclusion. Les participants devaient boucler un circuit de 2,300 km six fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre