Grève dans les médias publics : Floby à l’heure du JT de 13-H de la RTB ce 17 juillet

Annoncé depuis le mois dernier, les travailleurs des médias publics ont tenu promesse. Le mercredi 17 juillet 2019, ils ont observé une grève « sur l’ensemble du territoire national ». Musique à fond, à table autour de jeux de cartes, d’autres devisant sous la tente hissée devant les locaux de la télévision nationale, ils étaient nombreux au piquet de grève à Ouagadougou.  

Le Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) est l’initiateur du mouvement de grève générale du 17 juillet 2019. Par ce mot d’ordre, le syndicat entend exiger la satisfaction de sa plateforme revendicative qui contient en tout, trois points.

Il s’agit de la mutation diligente des Editions Sidwaya et de la Radiodiffusion télévision du Burkina  (RTB) en Société d’Etat avec l’ensemble du personnel, de la dotation de ces médias en équipements et de moyens conséquents et du versement intégral de la taxe de soutien au développement des activités audiovisuelles de l’Etat aux médias publics.

… des magazines animaliers

A Ouagadougou, au piquet de grève, Aboubacar Sanfo, secrétaire général adjoint du SYNATIC, s’est dit satisfait de la mobilisation. « Depuis le matin, commente-t-il, les camarades ont commencé à investir le piquet de grève. Il y a du monde. Les rédactions, soit à Sidwaya, à la télévision, à l’Agence d’information du Burkina, sont vides. Les camarades ont observé le mot d’ordre de grève ».

A la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB), à l’heure du Journal télévisé (JT) de 13h, après un bref générique, aucun présentateur ne se passe à l’écran. En lieu et place, de la musique burkinabè est diffusée, notamment le titre « Weedo » du Kundé d’or 2019, Floby. Partant, il n’y a pas eu de Journal télévisé. Depuis le matin, sur les petits écrans, sont diffusés de la musique, des rediffusions d’émissions et des magazines animaliers.

Les travailleurs des médias publics, par cet arrêt de travail, espèrent que le gouvernement prêtera une oreille attentive et donnera suite à leur revendication. Au cas contraire, « nous allons développer d’autres formes de lutte pour exiger du gouvernement, la mise en œuvre intégrale du protocole d’accord signé depuis 2016 », annonce Aboubacar Sanfo.

Il a par ailleurs tenu à préciser que ce n’est pas de gaieté de cœur que les travailleurs des médias publics sont en mouvement. « Nous avons été poussés à bout par le gouvernement », dit-il.

Lire 👉 Burkina : Les travailleurs des médias publics battent le pavé

Le mouvement d’humeur des médias publics a été cité comme la raison du report du Conseil des ministres du mercredi 17 juillet 2019. Mais d’autres sources ont confié à Burkina 24 que ce report est lié à la tenue du Dialogue politique débuté le 15 juillet 2019. Plusieurs ministres sont impliqués, relate la source.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page