Stratégie de scolarisation accélérée/passerelle (SSA/P)

Education : Vers une stratégie pour intégrer des élèves non scolarisés

48 0

La Stratégie de scolarisation accélérée/passerelle (SSA/P) est un processus d’enseignement permettant aux enfants de 9 à 12 ans, non scolarisés ou précocement déscolarisés, de rejoindre la classe de CE2 de l’école classique après une formation accélérée de 9 mois. Pour permettre une appropriation des missions du Secrétariat Permanent du SSA/P par les cadres du ministère en charge de l’éducation et les autres acteurs de l’éducation, un atelier est organisé du 7 au 8 août 2019 à Dédougou dans la région de la Boucle du Mouhoun.

Au Burkina Faso, de nombreux enfants et adolescents demeurent en marge du système éducatif. Soit parce qu’ils n’ont pas eu la chance d’accéder à l’école primaire au moment opportun ou l’ont quitté sans avoir achevé l’enseignement de base.

Une étude réalisée sur les enfants et adolescents en dehors de l’école (EADE) au Burkina Faso révèle que plus de 2 millions d’enfants en âge scolaire étaient hors école en 2014. Ainsi, ces enfants  sont  exposés aux risques sociaux comme la délinquance, le mariage précoce, le travail des enfants, etc. Egalement, avec les défis sécuritaires, des milliers d’enfants sont hors du système éducatif, déscolarisés de façon temporaire.

Lire également 👉Burkina : La « passerelle » vers l’éducation pour tous

En 2004 au Mali, la Fondation Stromme Afrique de l’Ouest a initié la formule d’éducation rapide dénommée « stratégie de scolarisation  accélérée/passerelle (SSA/P) ». Cette formule permet d’insérer ou de réinsérer le système éducatif classique, les enfants de 9 à 12 ans, non scolarisés ou précocement déscolarisés.

Il s’agit d’un processus d’enseignement/apprentissage de neuf mois, soit deux mois en langue nationale et sept mois en français. Au regard de la pertinence de cette formule, en 2006, cette alternative s’est étendue au Burkina Faso et a contribué à booster les indicateurs de l’enseignement primaire.

Le ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, Stanislas Ouaro, a précisé que cette formule permet d’accroitre le taux brut de scolarisation. A l’écouter, de 2006 à 2018, la SSA/P a permis d’enrôler 56 483 enfants dont 46 463 ont  été transférés à l’école primaire en classe de CE2.

atelier est organisé du 7 au 8 aout 2019 à Dédougou
Ouverture de l’atelier est organisé du 7 au 8 août 2019 à Dédougou

Il a laissé entendre que les acquis de la SSA/P sont louables. Il a pris l’exemple du meilleur élève de la circonscription d’enseignement de base (CEB) de Kourouma dans le Kénédougou, dans la région des Hauts-Bassins, qui est issu des passerelles. Pour mieux dynamiser ce processus de formation, un Secrétariat Permanent (SP) du SSA/P a été mis en place.

C’est ainsi qu’un atelier est organisé du 7 au 8 août 2019 à Dédougou, dans région de la Boucle du Mouhoun, pour partager les résultats des évaluations externes de la SSA/P et assurer une appropriation des missions du SP-SSA/P par les cadres du ministère en charge de l’éducation et les autres acteurs.

 « Nous voulons que les premiers responsables en charge de l’éducation puissent s’approprier de cette stratégie. Sa pertinence est avérée. Cette année, nous avons plus de 500 centres. Au regard du nombre assez important des enfants hors école, il va davantage ouvrir d’autres centres à passerelles », a expliqué la nouvelle Secrétaire Permanente du SSA/P, Catherine Kaboré.

A l’en croire, les enfants issus des passerelles présentent des meilleurs résultats aux examens. « Cette année nous avons des certifiés, des bacheliers, et même des enseignants qui sont issus de cette stratégie », a-t-elle révélé.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre