15e session de la conférence de l’Union

Union des parlementaires de la coopération islamique : Le Burkina Faso prend les commandes

462 0

C’est parti pour la 15e session de la conférence de l’Union des parlementaires des Etats membres de l’organisation de la coopération islamique (UPCI). L’ouverture officielle est intervenue ce mercredi 29 janvier 2020 à Ouagadougou. 

Ouagadougou accueille du 29 au 30 janvier 2020 la 15e session de la conférence de l’Union des parlementaires des Etats membres de l’organisation de la coopération islamique (UPCI). Plus de 400 participants de 54 pays membres sont présents à cette rencontre au Burkina Faso. Ce mercredi 29 janvier 2020 a marqué l’ouverture officielle de cette rencontre internationale. Le président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, Alassane Bala Sakandé, s’est prononcé sur l’avenir de l’organisation.

Lire également 👉Coopération islamique : Ouagadougou accueille la 15e conférence de l’Union des parlementaires

« Ouagadougou nous offre l’opportunité donc de nous pencher sur le nouvel horizon de notre organisation. Cet horizon, à mon sens dégage une lueur annonciatrice d’espoir si nous acceptons enfin renoncer un tant soit peu à nos égos et regarder dans la même direction, direction de la paix  et du dialogue. Cet horizon est plein d’espoir si nous acceptons engager des réformes au sein de notre organisation pour la rendre plus dynamique et plus vivace », a-t-il indiqué.

plus de 400 participants de 54 pays membres étaient présents à cette rencontre au Burkina Faso
Plus de 400 participants de 54 pays membres étaient présents à cette rencontre au Burkina Faso

Par ailleurs, Alassane Bala Sakandé a invoqué le cas d’un fonds de solidarité. « La question du Fonds de solidarité dont on parle depuis déjà plusieurs réunions, mais qui se fait timide quant à son opérationnalisation. Je serais heureux si ce Fonds pouvait officiellement être mis en place durant cette 15e session », a-t-il suggéré.

A l’en croire, l’union compte 54 membres et constitue la deuxième plus grande organisation après l’ONU. « Mais si en terme numérique, l’UPCI peut s’enorgueillir d’être un géant, force est de constater que jusque-là elle ne pèse pas du poids économique, politique et diplomatique que lui confère son envergure. Il nous faut donc impérativement et incessamment  mettre fin à ce paradoxe en allant à la conquête de la véritable place qui lui revient sur l’échiquier mondial », a lancé le chef du parlement burkinabè. 

Il propose de mettre fin aux “égoïsmes nationaux“, de renforcer la coopération entre Etats et de faire de la diversité une force. A écouter Alassane Bala Sakandé, l’UPCI se doit d’affirmer sa légitimité, moins par les discours que par les actes concrets.

le Premier ministre, Christophe Dabiré, a salué le dynamisme du parlement burkinabè
Le Premier ministre, Christophe Dabiré, a salué le dynamisme du parlement burkinabè

En marche de la cérémonie d’ouverture, Alassane Bala Sakandé a été investi président de l’UPCI pour un mandat d’un an. Il a rappelé qu’en trois ans, le Burkina Faso a pris la tête de l’Union parlementaire africaine (UPA), le G5 Sahel et l’UPCI. Le Premier ministre,  Christophe Dabiré, a présidé la cérémonie au nom du Chef de l’Etat. Il a tenu à saluer le dynamisme du parlement burkinabè.

En rappel, l’Union parlementaire des Etats membres de l’organisation de la coopération islamique (UPCI) a été créée à Téhéran en d’Iran en 1999. 2020 marque les 20 ans de l’organisation. A ce jour, l’union compte 54 pays membres et 23 observateurs. Elle vise, entre autres, à fournir un cadre de coopération et de dialogue entre parlements des Etats membres.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre