Police nationale : L’UNAPOL annonce un arrêt de travail illimité à partir du 4 février

Des officiers de police ont observé un mouvement d’humeur ce jeudi 30 janvier 2020 au ministère de la sécurité. Ces derniers réclament leur reclassement à l’issue du concours d’officiers de police. L’Union Police nationale, de son côté, annonce un arrêt de travail illimité à partir du 4 février 2020. La question du reclassement des officiers de police fait partie de leur revendication. Mais, pas que ça.

Des officiers de police sont mécontents de leur traitement salarial. Ils ont manifesté leur mécontentement une fois de plus ce 30 janvier devant le ministre de la sécurité. En effet, des policiers qui sont passés d’assistant à officier par le truchement d’un concours professionnel sont confrontés à un blocage au niveau de leur classement indiciaire. Des assistants de police toucheraient, ainsi, plus que les officiers de police.

 Si rien n’est fait concernant la situation le mouvement vas s’accentuer

« Je suis sorti de l’académie de Police depuis 2017. Jusqu’à ce jour, je n’ai pas de situation  administrative fiable. En réalité, je ne suis pas reversé dans la nouvelle loi 027.  C’est comme si je suis régi toujours par la loi 045. Donc, en tant qu’officier, je perçois aujourd’hui mon salaire d’assistant de Police de la loi 045. Mes promotionnaires qui n’ont pas eu le concours d’officier avec moi en 2015 et qui sont restés assistants sont aujourd’hui mieux rémunérés que moi », s’est offusqué un lieutenant de Police qui a gardé l’anonymat.

Lire également👉 Mouvement d’humeur au ministère de la sécurité : Quand des officiers de police sont moins rémunérés que des assistants

Il a expliqué que les policiers, qui sont dans ce cas ont demandé « juste une correction ». « Le syndicat a fait tout ce qu’il pouvait. Aujourd’hui nous avons mis une cellule en place. La cellule a entrepris beaucoup de démarches. Mais, c’est le silence absolu. 

A chaque fois, on nous promet que les doléances seront transmises au plus haut niveau pour qu’une solution soit trouvée. Quand il s’agit de sanction, les gens font recours à la loi 027 pour sanctionner. Quant à notre situation nous ne savons pas dans quelle sauce on est mangés », a indiqué le policier visiblement mécontent.

Un arrêt de travail illimité  sur toute l’étendue du territoire à compter du 4 février 2020

A l’écouter, si rien n’est fait concernant la situation, le mouvement va s’accentuer. « Des mesures plus fortes sont en train d’être entreprises. On a tout fait. On a été pacifique », a-t-il lancé. Un autre lieutenant de Police concerné par cette situation explique : « Avec la loi 027, réussir le concours professionnel des officiers de Police est devenu comme une punition ». A l’en croire, deux policiers recrutés la même année; si l’autre réussit au concours professionnel à la fin de sa formation, il revient toucher un salaire inférieur à son promotionnaire qui n’a jamais eu de concours.

« J’ai été recruté en 2004 et j’ai fini ma formation en 2006. En 2009, j’ai été admis à un concours professionnel. J’ai fait deux ans de formation et je suis sorti en 2011. Selon la loi 027, on me reclasse à l’indice 800. Mais mon promotionnaire qui est rentré à la police la même année que moi qui n’a pas réussi au concours professionnel a un indice plus de 1000.

On a fait comprendre au gouvernement que ce n’est pas juste. Ça cultive l’indiscipline. On ne réclame pas une augmentation de salaire, ni un avancement. On dit de juste prendre un arrêté pour rétablir notre situation à la normale. Mais malheureusement, on face à un gouvernement qui fait la sourde oreille. C’est vraiment désolant », a-t-il déploré. Il a laissé entendre que les officiers de police qui sont concernés par cette situation sont environ plus de 1000 policiers.

Par ailleurs, dans un communiqué rendu public, l’Union police nationale (UNAPOL) menace d’un arrêt de travail illimité  sur toute l’étendue du territoire à compter du 4 février 2020.


Jules César KABORE

Burkina 24



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page