SECOBIO

Filière coton : Le Burkina se dote d’une usine d’égrenage

121 0

En marge du Salon International du Coton et du Textile (SICOT), le Burkina Faso a inauguré  sa première usine d’égrenage de coton biologique à Koudougou. Nommée Société d’égrenage du coton biologique (SECOBIO), cette unité est également la première installation du genre dans la sous-région. Elle a nécessité un investissement de plus 3,8 milliards de FCFA et dispose d’une capacité de traitement de 17 500 tonnes de coton par an. 

Le Burkina Faso a inauguré sa première unité industrielle d’égrenage du coton biologique. Implantée dans la ville de Koudougou, la Société d’égrenage du coton biologique (SECOBIO)  a été inaugurée le jeudi 30 janvier 2020. En outre, l’usine est le fruit de la collaboration entre l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB) avec 51% des actions et 48% pour la SOFITEX.

Lire également 👉SICOT 2020:  Rendez-vous du 30 au 31 janvier à Koudougou

D’un coût d’investissements estimé à 3,850 milliards de FCFA, l’usine de la SECOBIO emploiera 40 travailleurs permanents, une centaine de saisonniers, près de 200 journaliers et plus de 500 emplois indirects. A travers cette unité, le gouvernement entend accompagner la production du coton biologique. Le directeur général de la SOFITEX, Wilfried Yaméogo, a fait savoir que cette usine vient résoudre le faible taux de transformation du coton.

Lire également 👉SICOT 2020 : Le Burkina en quête du leadership dans la transformation du coton en Afrique

« Cette usine va contribuer à consolider la chaîne de valeurs de la sous filière coton biologique et à l’autonomisation des femmes qui représentent 60% des employés du secteur. La fibre de coton de l’unité SECOBIO sera produite, conformément aux normes internationales de certification. Et permettra de relancer le coton burkinabè sur le marché international », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, selon lui, cette usine améliorera le délai de paiement des producteurs. A l’écouter, de 2006 à nos jours, la production cotonnière biologique du Burkina Faso a connu un pic.

Lire aussi 👉SICOT 2020 : L’or blanc illuminé à Koudougou

« On était autour de 4000 tonnes et compte tenu du fait qu’il y avait des difficultés par rapport à l’infrastructure de service, le découragement avait gagné du terrain. C’est pour ça que la production du coton biologique s’est repliée. Mais avec cette usine, la capacité d’égrenage est de 17 500 tonnes de coton graine au titre de la première ligne installée. L’usine est dimensionnée pour accueillir une deuxième ligne. Si cette deuxième ligne d’égrenage est mise en place on pourra donc pousser le potentiel d’égrenage à 25 000 tonnes. Nous avons au total 50 moteurs qui sont mobilisés et 15 Km de câblages qui sont dans les galeries et dans les gaines qui sont adjacentes », a expliqué le directeur général de la SOFITEX.

Il a révélé que le coton biologique,  même si son rendement pour des raisons objectives, est inférieur de 50% au rendement du coton conventionnel, il est mieux vendu.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre