Gestion du Covid-19 au Burkina Faso : « Catastrophique » selon Adama Sosso

318 0
ECOUTER

Adama Sosso, député à l’Assemblée nationale et deuxième vice-président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) chargé des affaires politiques est revenu, le mardi 28 avril 2020, sur le débat qui se tient autour du décès de la députée Marie Rose Compaoré.

Marie Rose Compaoré/Konditamdé est décédée dans la nuit du 17 au 18 mars 2020 de covid-19, selon les autorités sanitaires du Burkina Faso. Cette version est contestée par la famille de la défunte. Le mardi 28 avril 2020, à Burkina 24, Adama Sosso, député à l’Assemblée nationale et deuxième vice-président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) a également marqué son étonnement.

« La nouvelle nous a surpris, comme tout décès, parce qu’on devait être ensemble à Tenkodogo pour nos journées parlementaires (le 14 mars 2020, ndlr). Elle n’a pas pu faire le déplacement parce qu’on nous avait donné l’information qu’elle était souffrante. Mais de là à voir un lien avec le mal (Covid-19, ndlr), on ne l’avait pas fait », relate Adama Sosso.

Lire 👉 COVID-19 au Burkina Faso : Les révélations de la famille de feue Député Rose Marie Compaoré

Bien avant cette activité, selon le chargé des affaires politiques, Marie Rose Compaoré/Konditamdé, par ailleurs deuxième vice-présidente de l’Assemblée nationale a participé, « le 1er mars 2020 », à la commémoration du dixième anniversaire de la naissance de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). « Le matin, nous avons fait le cross ensemble, toutes les activités, nous les avons menées ensemble. Je savais qu’elle avait de petits soucis, mais nous avons fait la randonnée ensemble et il n’y avait pas d’inquiétudes », se rappelle-t-il.

Avec le témoignage de la famille de feue Marie Rose Compaoré/Konditamdé, l’affaire vient de prendre une autre tournure. Selon l’époux de la défunte, Amado Compaoré, la députée n’a pas été testée au Covid-19 lors de son séjour au Centre hospitalier universitaire de Tengandogo (CHUT). « Même s’il y a eu test, ils ne peuvent pas avoir de résultats parce que, à ce que nous sachions, on nous a toujours dit qu’il faut trois jours (…) pour avoir les résultats. Ma femme n’a fait que quelques heures. Comment ont-ils pu détecter qu’elle avait le Covid ? », a interrogé Amado Compaoré.

Dans la foulée, la ministre de la santé, le Pr Claudine Lougué qui avait déclaré devant l’Assemblée nationale qu’un contact avait été établi avec la famille de la défunte a reconnu avoir été induite en erreur. « On m’a fait mentir à l’Assemblée nationale », a-t-elle déclaré dans la dernière parution du Courrier confidentiel.

Du côté de la famille politique de feue Marie Rose Compaoré/Konditamdé, quelle est la position du parti ? Quelle conduite l’UPC a adopté depuis le décès du membre du parti ? Sur ces points, Adama Sosso n’en dira mot. Le parti compte faire officiellement une sortie médiatique dans les prochains jours, a-t-il laissé entendre à Burkina 24.

Lire 👉 Affaire Rose Marie Compaoré : Le ministre de la santé accuse ses collaborateurs de l’avoir “fait mentir”

Mais de façon globale, sur la gestion du Covid-19 par le gouvernement burkinabè, le deuxième vice-président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) la juge « catastrophique ».

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre