Tanwalbougou : « Ceux qui sont décédés n’ont pas été exécutés », selon trois survivants de la même cellule (Procureur)

362 0
ECOUTER

Le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Fada N-Gourma a communiqué, le mercredi 27 mai 2020, l’évolution des enquêtes ouvertes sur le dossier de Tanwalbougou. Deux enquêtes ont été ouvertes à cet effet. La première sur les suspicions de terrorisme reprochées aux 25 personnes interpellées et la seconde sur le décès des 12 présumés terroristes.

L’enquête sur le décès des 12 présumés terroristes a permis aux Officiers de police judiciaire (OPJ) de se rendre à la Brigade de Tanwalbougou, une commune de Fada N’Gourma, pour le constat d’usage. « Ce constat d’usage a été fait en compagnie de l’infirmier chef de poste de Tanwalbougou. Le constat des 12 corps sans vie a été fait avec des prises de photos », a indiqué le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Fada N-Gourma, le mercredi 27 mai 2020.

« Sur ces photos, nous n’avons noté aucune trace visible sur les 12 corps. En outre, le major du CSPS de Tanwalbougou qui a accompagné les OPJ nous a produit le certificat médical daté du 18 mai par lequel il certifie avoir examiné les corps sans vie de 12 personnes au sein du poste de sécurité de Tanwalbougou. Il relève que seule une autopsie pourrait permettre de situer les causes exactes de ces décès »

Le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Fada N’Gourma, Bokuy Judicaël Kadéba

Après les constatations, poursuit le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Fada N’Gourma, l’aide de la mairie de Fada N’Gourma a été sollicitée pour ramener les dépouilles au Centre hospitalier régional de Fada N’Gourma pour requérir les médecins afin de « procéder à des investigations plus approfondies ». Les corps ont donc été ramenés à Fada N’Gourma dans la soirée du 12 mai 2020.

Le lendemain 13 mai, les examens des corps devaient se poursuivre. « Malheureusement, la morgue ne disposant pas de chambre froide, les corps n’ont pas pu bénéficier de bonnes conditions de conservation. Les médecins que nous avons requis ont fait le constat que les corps étaient en état de putréfaction et que dans ces conditions, leur examen ne pouvait pas être fait, à plus forte raison, une autopsie », a déclaré le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Fada N’Gourma. Un rapport a été produit et reversé dans le dossier, les corps ont ensuite été remis aux familles.

Lire 👉 Député Aziz Diallo : « Au sein des FDS, nous avons des brebis galeuses »

Aussi, rapporte le procureur Bokuy Judicaël Kadéba, cette enquête ouverte a permis d’auditionner 15 personnes dont le commandant du poste de Tanwalbougou. Par la suite, les 12 détenus survivants ont été auditionnés. Selon les explications du procureur, ils étaient 25 à avoir été interpellés mais l’un d’eux avait été libéré provisoirement « compte tenu de son état de santé et de son âge avancé ». Ce sont donc 12 survivants qui ont été entendus.

A écouter le procureur, trois survivants étaient dans la même cellule que les 12 personnes qui ont trouvé la mort. « Ils ont été entendus en tant que témoins oculaires des faits (…) Les trois ont mentionné à l’unanimité que ceux qui sont décédés n’ont pas été exécutés », relate le procureur. Partant des faits susmentionnés, selon le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Fada N’Gourma, « les résultats de cette enquête ne permettent pas déterminer les causes exactes des décès d’où la nécessité d’envisager des investigations plus approfondies qui sont toujours possibles ».

Lire 👉 Mort de 12 présumés terroristes à Tanwalbougou : Le gouvernement annonce l’ouverture d’enquêtes

Revenant sur la première enquête concernant les 13 personnes soupçonnées de faits de terrorismes, le procureur précise qu’elle est toujours en cours. Mais pour celle ayant trait au décès des 12 présumés terroristes, selon le procureur Bokuy Judicaël Kadéba, « la procédure sera transmise au procureur militaire ».

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre