Allaitement au Burkina : La campagne « Plus fort avec le lait maternel uniquement » lancée

37 0
ECOUTER

La campagne nationale « Plus fort avec le lait maternel uniquement ; pas d’eau jusqu’à six mois pour un bébé en bonne santé » a été lancée ce lundi 29 juin 2020 à Ouagadougou. Le Burkina Faso se joint ainsi aux autres pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre afin de renforcer les actions de communication ciblant l’élimination notamment de l’eau donnée aux nourrissons de moins de six mois à la place du lait maternel.

La campagne nationale « Plus fort avec le lait maternel uniquement » a été imaginée et organisée à la suite de nombreuses études montrant que dans les pays du Sahel, des mamans continuent à donner de l’eau aux nourrissons de moins de six mois ; en voulant étancher leur soif à cause de températures très élevées.

« Le lait maternel est pourtant l’aliment le plus complet qui soit pour le bébé jusqu’à l’âge de six mois. Selon les spécialistes, aucun autre produit n’est aussi économique et ne peut fournir les mêmes avantages sur la santé des nourrissons », a indiqué le Champion national de la nutrition, le Larlé Naaba Tigré, par ailleurs parrain de la cérémonie de lancement de la campagne « Plus fort avec le lait maternel uniquement ».

Les autorités ont reconnu que des efforts supplémentaires doivent être fournis.
« Le lait maternel uniquement protège le bébé contre les infections »

Une dame allaitante du nom de Grâce Kiéma/Batiana a partagé son témoignage avec l’auditoire. Pratiquante de l’allaitement exclusif, elle dit être convaincue que le lait maternel se digère mieux et plus vite que le lait en poudre et est adapté au système digestif des enfants.

« Le lait maternel uniquement protège le bébé contre les infections, contient de nombreux facteurs de protection qui aident le bébé à mieux se défendre contre certaines infections, même quelques mois après le sevrage (après au moins 24 mois) », a-t-elle confié. Les acteurs sont cependant unanimes que malgré les efforts fournis dans la sensibilisation, beaucoup reste encore à faire.

« Même si, au cours des dernières années, nous avons constaté une amélioration, il était nécessaire d’agir. En effet, une étude nationale menée entre 2012 et 2018 indique une diminution progressive de cette pratique. Nous sommes passés de six nourrissons sur dix (58,5%) à quatre nourrissons sur 10 (42,5%) recevant de l’eau avant l’âge de six mois. La proportion des tisanes données aux nourrissons a également baissé de 21,5% à 7,5% pendant la même période. Cependant, cette diminution est trop lente », a révélé la Représentante de l’UNICEF, Dr Anne Vincent.

Les acteurs sont favorables à la poursuite des sensibilisations sur l’allaitement exclusif.
Les mères testées positives au COVID-19 invitées à poursuivre l’allaitement

Elle a aussi ajouté, citant une étude de la revue scientifique « The Lancet » réalisée en 2008, que de toutes les interventions de prévention de la malnutrition, l’allaitement optimal des nourrissons a le plus grand impact sur la survie de l’enfant ; avec la possibilité d’empêcher le décès de 1,2 million d’enfants de moins de cinq ans dans les pays en développement. Au nom de l’UNICEF et Alive & Thrive, elle a réaffirmé la disponibilité des partenaires techniques et financiers à accompagner la mise en œuvre de la campagne lancée ainsi que des interventions de santé et de nutrition.

La ministre de la santé, Claudine Lougué, a rappelé qu’au Burkina Faso, l’allaitement exclusif a progressé de 38,2% en 2012 à 59% en 2019. « Nous sommes sur la bonne voie, mais il faut accélérer. Il faut aussi ajouter que la vaccination est très importante aux côtés de l’allaitement », a-t-elle lancé.

Avant d’offrir des présents à Dr Anne Vincent, en fin de mandat au Burkina, et à Grâce Kiéma/Batiana pour son témoignage, la ministre a informé que la campagne est en droite ligne avec le PNDES en son axe II notamment le développement du capital humain. 

Il y a lieu de noter, par ailleurs, que l’OMS recommande aux mamans de poursuivre l’allaitement y compris pour les mères testées positives au COVID-19, en respectant les règles d’hygiène et le port du masque.

La représentante de l’UNICEF est en fin de mandat au Burkina Faso.

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre