La direction générale de l’urbanisme et de la viabilisation

Burkina Faso : Vers la reprise des lotissements à Ouaga et Bobo

228 0
ECOUTER

La direction générale de l’urbanisme et de la viabilisation a animé un point de presse ce mardi 7 juillet 2020 à Ouagadougou. Les lotissements, la restructuration et l’apurement passif sur le foncier urbain étaient à l’ordre du jour.

Dans le souci d’améliorer les conditions d’existence des occupants des zones non loties, le gouvernement a entrepris de restructurer ces zones. La restructuration est synonyme de lotissement sur un espace déjà habité. En outre, elle consiste à tenir compte des contraintes afin de préserver le maximum existant dans la mesure du possible.

De même, ce n’est pas la première fois que le Burkina Faso pratique la restructuration, a affirmé le directeur général de l’urbanisme, Marc Ouédraogo.

Lire également👉Burkina : Le ministère de l’urbanisme se dote d’une nouvelle stratégie de développement

 « Notre pays n’est d’ailleurs pas à sa première opération de restructuration. Cissin à Ouagadougou et Dioulassoba à Bobo Dioulasso ont déjà connu une restructuration. A ce jour, nous disposons d’une stratégie de résorption de l’habitat spontanée. 14 villes sont concernées. Il s’agit de Ouagadougou, Bobo Dioulasso, Koudougou, Dédougou, Tenkodogo, Banfora, Ouahigouya, Fada n’Gourma, Kaya, Dori, Gaoua, Manga, Ziniaré et Pouytenga », a-t-il indiqué.

A l’écouter, des concertations sont en cours pour aboutir à la mise en œuvre d’une phase pilote, suivie de la généralisation de l’opération. Ainsi, la stratégie prévoyait la mise en place des enquêtes foncières et l’utilisation des images satellitaires. Aussi, est-il prévu de l’espace supplémentaire pour dédommager les habitants qui seront touchés par la restructuration.

Marc Ouédraogo a ajouté que les communes de Saaba, de Banfora et de Pouytenga se sont annoncées pour la restructuration. Par ailleurs, le gouvernement a mis en place une commission interministérielle chargée d’apurer le passif du foncier urbain au Burkina Faso. Cette commission devrait investiguer sur les problèmes fonciers de 1995 à 2015.

Lire aussi 👉Foncier au Burkina : Les éclaircissements du ministre de l’urbanisme

A l’exception de Ouagadougou et Bobo Dioulasso, les conclusions des travaux ont permis la levée partielle en octobre 2018 de la mesure de suspension des opérations de lotissement. Le directeur général de l’urbanisme a laissé entendre que des commissions ad hoc ont été mis en place dans les deux villes.

« Les travaux, malgré les nombreux obstacles rencontrés, sont à présent achevés et les résultats ont été transmis à la commission interministérielle ad hoc chargée d’apurement du passif sur le foncier urbain au Burkina Faso, pour examen et validation», a relaté Marc Ouédraogo.

Selon lui, les travaux ont permis à ce jour, de proposer des solutions. Il s’agit, entre autres, de la poursuite judiciaire de certains responsables dans la malversation des opérations de lotissement. Il s’agit également de procéder au remboursement des contributions au recensement et au lotissement, à des personnes déjà attributaires de parcelles dans la même localité.

« A l’issue de l’examen du résultat par le conseil des ministres, la levée de la mesure pourrait intervenir pour Ouagadougou et Bobo-Dioulasso », a confié le directeur général de l’urbanisme.

Jules césar KABORE

Burkina 24

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre