Sécurité au Burkina Faso : Le statut des Officiers de la Police nationale réajusté

213 0
ECOUTER

109 députés sur 127 ont adopté à l’unanimité, ce mercredi 8 juillet 2020 à l’Assemblée nationale, le projet de loi portant modification du statut du cadre de la Police nationale. Le but est de corriger un « problème d’iniquité », selon les termes du ministre de la sécurité, Ousséni Compaoré. Par ailleurs, aucun député approché n’a souhaité se prononcer sur la plénière tenue à huis clos le 6 juillet 2020 et faisant cas d’un projet d’éventuel report des élections législatives.

La Police nationale s’est dotée, depuis 2010, d’un statut autonome à travers l’adoption d’une loi portant Statut du personnel de la Police nationale. Depuis la mise en œuvre de ladite loi, une partie du personnel, notamment les Officiers de Police, a rencontré des problèmes aussi bien dans sa carrière que dans sa rémunération.

Ces problèmes résultent de l’application d’un article de la loi qui dispose que «le policier admis dans une école de formation est, à la fin de sa formation, reclassé au premier échelon du premier grade du corps pour lequel il a été formé et soumis à un stage d’un an dans un service de Police. Si son indice de traitement est supérieur à l’indice de traitement correspondant au premier échelon du premier grade du nouveau corps, il conserve cet indice jusqu’à ce que, par le jeu des avancements, il l’atteigne ou le dépasse ».

L’application de ladite disposition a entraîné chez l’Officier de Police issu du concours professionnel des conséquences, notamment sur le plan de carrière et sur le plan de rémunération.

Corriger une « injustice » qui date de 2010

« L’Officier de Police reclassé dont l’indice dans le corps des Assistants de Police est supérieur à 550 avance sans incidence financière jusqu’à ce que, par le jeu des avancements, il l’atteigne ou le dépasse. Pendant ce temps, l’Assistant de Police de la même promotion est susceptible de changer de grade. Ce qui ne fait que creuser l’écart en matière de rémunération entre les deux policiers de la même promotion », a reconnu le ministre de la sécurité, Ousséni Compaoré.

Devant le Parlement burkinabè ce mercredi 8 juillet 2020, il a affirmé qu’il convenait d’adopter une loi modificative afin d’instaurer une « équité » au sein de la Police nationale, et par ricochet corriger une « injustice » datant de 2010. C’est le deuxième Vice-président de l’Assemblée nationale, Adama Sosso, qui a présidé les travaux du jour.

Au cours de cette assemblée plénière, les députés, dans leur ensemble, ont tenu à faire un ban spécial pour louer les efforts des Forces de défense et de sécurité engagées dans la lutte contre le terrorisme. A écouter le rapport des travaux effectués auparavant, les responsables du Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) et de l’Union Police nationale (UNAPOL) ont été d’avis pour la modification du texte en question.

« Si la Police va mal, notre sécurité va mal »

Sur 127 députés que compte le Parlement, les 109 présents ont émis à l’unanimité un avis favorable à la modification de cette loi qui a finalement été adoptée après un débat général entre élus et Ousséni Compaoré.

Certains députés ont salué l’adoption de la loi modificative considérée comme une épine retirée du pied de la Police. D’autres se sont cependant demandés pourquoi l’Alliance Police nationale (APN), par exemple, n’a pas été associée aux travaux. Pour le ministre de la sécurité, c’est seulement parce que cette structure n’est pas reconnue juridiquement, ne disposant pas de récépissé d’existence.

Selon le premier responsable du département de la sécurité, la résolution du problème des cadres de la Police ne peut qu’apporter un vent nouveau au sein du corps. « C’est d’abord le souhait de tout le monde. Pas seulement des policiers. C’est le souhait de tous les Burkinabè. Si la Police va mal, notre sécurité va mal. En tout cas, sur cette question (de statut du cadre de la Police), je ne pense pas qu’il y aura d’autres réclamations puisque le problème est entièrement résolu dans sa globalité », a déclaré Ousséni Compaoré.

Par ailleurs, à l’issue du vote, aucun député approché n’a souhaité se prononcer sur la plénière du 6 juillet dernier tenue à huis clos et faisant état d’un projet d’éventuel report des élections législatives. Comme si un mot d’ordre général avait été lancé !

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre