Nouvelle facturation de l’ONEA : Le gouvernement se prononce

844 0

Le conseil des ministres suspendu pour les activités politiques, a eu lieu ce mercredi 23 décembre 2020 à Ouagadougou. Outre des dossiers essentiellement de ratification d’accords et de projets de loi à l’ordre du jour, la question de la nouvelle démarche de taxation de l’eau par l’ONEA était sur la table.

Depuis quelques mois, l’ONEA a entrepris de nouvelles démarches de facturation de l’eau à ses consommateurs. « Le principe de ce nouveau système consiste à relever l’index du compteur une fois tous les deux mois. Une facture intermédiaire du mois non relevée est calculée et éditée sur la base de la consommation moyenne du client. A chaque passage du releveur, le client recevra deux factures mensuelles avec des dates limites de paiement différentes », peut-on lire sur le communiqué de l’ONEA.

Cette méthode fait des mécontents chez la population. Ils sont nombreux à se plaindre de recevoir des sommes faramineuses à payer. Et même chez les ministres, à  écouter Rémis Fulgance Dandjinou, porte-parole du gouvernement.

« Il ne faut pas oublier que les ministres sont aussi des consommateurs d’eau. Beaucoup de ministres ont exprimé des situations où ils étaient à des consommations de 20 000 ou 25 000 FCFA et on leur a dit de payer 75  000 à 200 000 FCFA du jour au lendemain. Donc il y a un problème », a-t-il dit. Avant de s’offusquer lui-même : « Je dois dire personnellement, j’ai exprimé, par exemple, le fait que je ne comprends pas comment on pouvait calculer la consommation sur des moyennes ».

Pas de pénalités sur les factures d’eau 

Le ministre de l’eau a donc donné à ce conseil des ministres, les explications et les raisons fournies par l’ONEA. Mais, aux dires de Rémis Fulgance Dandjinou, le Premier ministre a, à son tour, donné deux instructions fermes.

« C’est que le ministre en charge de l’eau reçoive le directeur général et le président du conseil d’administration de l’ONEA avec deux directives. Premièrement, puisque certains reçoivent 3 ou 4 factures, que sur ces factures, il ne soit pas question de prélever la moindre pénalité que ce soit. Deuxièmement, qu’on regarde le système, s’il est nécessaire de revenir sur le système que l’on revienne dessus, afin qu’il n’y  ait pas d’éléments qui puissent brimer les gens », a expliqué le ministre de la communication.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *