Jonathan Zongo à propos de sa blessure : «Grâce à lui (Roch Kaboré), je peux marcher”

736 0

Vers la fin de la polémique sur ce qu’on pourrait désormais appeler l’affaire Jonathan Zongo. L’ancien joueur des Etalons du Burkina a tenu à « clarifier  les choses »: il a bien reçu du soutien du chef de l’Etat.

Dans un direct Facebook le vendredi 25 décembre 2020, jour de Noël, Jonathan Zongo a donné sa version sur la prise en charge des frais médicaux de sa blessure. Le mardi 22 décembre 2020, le joueur dans un post sur sa page Facebook a annoncé la fin de sa carrière. Il s’en est suivi un article du journal L’équipe qui revenait sur les déboires vécus par le joueur depuis sa blessure.

« Ma blessure en 2017 lors de la CAN a été un tournant dans ma carrière. Je tiens à remercier tous ceux qui m’ont soutenu pendant cette longue période. Je remercie spécialement le président de la république monsieur Roch Marc Christian Kaboré. Aujourd’hui, grâce à lui, je peux marcher. En son temps, il ne s’agit plus de rejouer mais de marcher », explique le joueur. Selon Jonathan Zongo, sa sortie dans le journal L’équipe visait tout simplement à annoncer la fin de sa carrière de footballeur.

« Le chirurgien n’a pas voulu me décourager»

« Je n’ai jamais pu me remettre de cette blessure. J’ai tenté plusieurs fois, ça n’a pas donné parce que le genou était vraiment touché. On entend parler de ligaments croisés mais c’était plus que des ligaments croisés, raconte Zongo. Il  poursuit, quand je suis arrivé au départ, le chirurgien n’a pas voulu me décourager. Il n’a pas voulu me dire toute la vérité. Il essayait de réparer et de voir si la nature allait prendre le dessus. J’ai essayé de revenir sur le terrain plusieurs fois en Espagne, le genou ne répondait pas. S’il me disait que j’allais finir sur une chaise roulante, je pouvais péter les plombs ». Une réponse adressée, peut-être, à Aristide Bancé qui dans un direct sur Facebook estimait que le joueur a refusé le médecin qu’il lui proposait pour un autre supposé meilleur.

Après sa guérison, l’ancien joueur de l’Union sportive de Ouagadougou (USO) explique avoir tenté de rejouer au football mais sans succès. Il a dû subir une deuxième opération lorsqu’il a rejoint le FC Baladone (club D2 d’Espagne). Après cet échec, il tente une aventure en Thaïlande. Mais Zongo explique avoir été contraint de résilier son contrat dès le premier match.

En ce qui concerne les polémiques sur la prise en charge des soins par le chef de l’Etat, Jonathan Zongo estime que les « gens ont mal compris ce qui a été dit ». Il se montre plutôt reconnaissant d’avoir bénéficié de l’aide du chef de l’Etat. Ce qui semble l’offusquer, c’est le montant annoncé dans les réseaux sociaux de près de 60 millions qu’il aurait reçu. Il nie cette information sans en dire plus.

«  Ma blessure a pris le dessus sur moi »

« Je vais taire la somme que le chef de l’Etat m’a donnée parce que c’est dans un cadre super privé, plus que privé, la famille. Quand il y a des situations qui se passent dans un cadre super privé, je n’accepterai jamais que des personnes manquent de respect ou alors essayent d’imaginer ou jouent les apprentis sorciers pour imaginer la somme que le chef de l’Etat m’a remise. Pour moi, là n’était pas le plus important parce que si j’ai été invité par ce grand monsieur qui est le président de la république, c’était déjà suffisant (…) Si je marche aujourd’hui, c’est grâce à lui », assure Jonathan Zongo.

Cependant, le message que le jeune homme a voulu faire passer est simple : « Je voulais simplement dire au revoir au peuple burkinabè, à toute la famille du football. Il faut que vous sachiez que ma blessure a pris le dessus sur moi ». Ancien joueur de l’USO, Jonathan Zongo a disputé 27 matchs en équipe nationale avant de se blesser lors de la CAN 2017. Le Burkina Faso affrontait le Gabon (1-1) lors de la deuxième journée des phases de poules. Jonathan Zongo s’était blessé en tentant une action contre le Gabonais Denis Bouanga.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *