Rentrée parlementaire : « Nous allons donner la critique positive » (Eddie Komboïgo)

A l’issue du scrutin du 22 novembre 2020, l’Assemblée nationale a procédé au renouvellement de ses députés. Ce lundi 28 décembre 2020 a marqué la validation des mandats des députés nouvellement élus. Des élus se sont prononcés.

Le mandat des 127 députés de la 8e législature a été validé. Ainsi, Alassane Bala Sakandé a été réélu comme Président de l’Assemblée nationale. Des députés nouvellement élus se sont prononcés lors de cette rentrée parlementaire.

Rentrée parlementaire de la 8e législature
Rentrée parlementaire de la 8e législature

« Nous voudrions réaffirmer notre engagement à militer pour des changements notables et remarquables en faveur de la population du Burkina Faso. Il y a tellement de défis dans notre pays qu’il faut que chacun fasse preuve de concentration et d’engagement afin qu’on puisse relever les défis », a précisé le député Alkassoum Maiga.

Question de savoir s’il va siéger à l’Assemblée nationale, il a affirmé que cela ne dépendait pas de lui.

« Pour le moment je suis député. La suite des évènements ne dépend pas de moi. Nous sommes des combattants au service de notre pays. Quel que soit l’endroit où on nous positionne pour mener le combat, nous allons faire preuve d’engagement et d’abnégation pour relever les défis », a lancé le député Alkassoum Maiga.

Lire également 👉Burkina Faso : Alassane Bala Sakandé réélu Président de l’Assemblée nationale

Le parti Nouveau temps pour la démocratie (NTD) compte être un allié de taille dans la gouvernance dans le 2e mandat de Roch Kaboré.

« Mon parti a apporté un certain nombre de députés qui permettent au MPP d’être dans une posture d’être à l’aise politiquement pour gouverner. Je suis persuadé que nous allons aider le président du Faso à bâtir efficacement son programme pour le peuple burkinabè », a souligné le Président du NTD, Vincent Dabilgou.

Députée Workya Rouamba
Députée Workya Rouamba

En plus, le député Stanislas Ouaro s’engage à apporter des solutions aux préoccupations des populations.

« A travers ce nouveau mandat, je ressens une lourde responsabilité qui est celle de porter régulièrement les besoins exprimés par nos populations lors des élections. Je m‘engage, avec ce mandat à porter  ces besoins afin que des solutions soient apportées pour le bien-être de nos populations et aussi pour le développement harmonieux de notre pays », a-t-il déclaré.

La députée Workya Rouamba a été élue pour un second mandat.

« J’espère faire mieux que la 7e législature. Que je puisse impacter afin que les populations qui m’ont accordé leur confiance puisse être fières de ma représentation. Et que je puisse impacter la gent féminine afin d’être un modèle. Je place mon mandat sous le signe de la paix, de la réconciliation nationale et le développement », a-t-elle fait savoir lors de la rentrée parlementaire.

…La fonction parlementaire est tellement importante que je l’a préfère même à d’autres fonction…

Arsène Bongnessan Yé a rappelé qu’il était le premier Président de l’Assemblée nationale de la 4e république.   

« Je pense qu’il est bon que d’autres jeunes frères puissent expérimenter cette fonction (présidence de l’assemblée nationale) qui est une fonction exaltante. La fonction parlementaire est tellement importante que je la préfère même à d’autres fonctions. Je vais vous faire une confidence. Il m’est arrivé de refuser des fonctions de nomination pour siéger comme simple député à l’Assemblée nationale par le passé », a-t-il confié.

Lire aussi 👉Burkina Faso : Le Conseil constitutionnel proclame les résultats définitifs des législatives

Egalement, pour le député Paul Kaba Thiéba et ancien Premier ministre s’est réjoui d’être un parlementaire.

« C’est un grand honneur d’avoir été choisi pour être représentant du peuple. Ce n’est pas important pour nous, les militants du MPP, de faire une course aux responsabilités et aux postes. Toutes les responsabilités sont importantes. Si tout le monde fait bien son travail, le Burkina Faso va avancer. Ayant été au gouvernement, j’ai eu la chance de savoir quels sont les maux dont souffre notre société. Quels sont les problèmes qui font que notre pays n’arrive pas à décoller et à être un pays émergeant. Je pense qu’en tant que représentant du peuple, j’aurai ainsi la possibilité de pouvoir apporter ma contribution pour pouvoir orienter les choses dans le sens de ce qui peut faire reculer la pauvreté », a-t-il déclaré.

Eddie Komboigo le nouveau Chef de file de l'opposition politique au Burkina (CFOP)
Eddie Komboigo le nouveau Chef de file de l’opposition politique au Burkina (CFOP)

De plus, Eddie Komboigo le nouveau Chef de file de l’opposition politique au Burkina (CFOP) a indiqué que diriger le CFOP n’est pas contraire à siéger.

…Une critique qui tient compte de l’intérêt supérieur de la nation…

 « Ce que le Burkina Faso souhaite, c’est la paix, la sécurité, la réconciliation nationale, la cohésion sociale et une relance économique. Les premiers responsables (de l’assemblée nationale et de la présidence du Faso) ont été choisis, nous allons observer sur le terrain les actes qui seront posés. Le nouveau programme de Roch Kaboré, nous suivrons pas à pas. Nous allons donner la critique positive. Une critique qui tient compte de l’intérêt supérieur de la nation. Il ne s’agit pas de contrer à tout moment, mais de dire ce qu’il faut faire et bien faire pour l’intérêt de la nation soit préservé », a-t-il signifié.

Jules César KABORE

Burkina 24



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page